Skip to main content
Intelligence Artificielle - un enjeu sociétal

Intelligence Artificielle - un enjeu sociétal

By L'Echo des Arènes | Le média web des enjeux sociétaux
L'intelligence artificielle questionne notre quotidien et notre future. Ses origines, son fonctionnement, ses réalisations, ses limites, son avenir, ... autant de sujets importants à analyser afin de mieux comprendre les enjeux sociétaux d'aujourd'hui et de demain. #IA #Numérique #IntelligenceArtificielle #TransfoNum
Listen on
Where to listen
Breaker Logo

Breaker

Google Podcasts Logo

Google Podcasts

Pocket Casts Logo

Pocket Casts

RadioPublic Logo

RadioPublic

Spotify Logo

Spotify

Currently playing episode

#3 Intelligence Artificielle : La qualité au cœur du débat pour éviter l’ère de l’approximation

Intelligence Artificielle - un enjeu sociétal

1x
#7 Webinaire Zoom L’Intelligence Artificielle en procès livre Yannick Meneceur
Webinaire Zoom autour de l'ouvrage de Yannick MENECEUR : "L'intelligence artificielle en procès"  Enregistré le 8 Janvier 2021 de 14h30 à 16h30 Organisé avec Institut Présaje / L'Echo des Arènes / Autonomisation des acteurs Judiciaires par la Cyberjustice (AJC) / Laboratoire de cyberjustice / Cyberjustice Laboratory et l'OBVIA Programme du Webinaire,  Discussion modérée par Harold Epineuse  1° Pourquoi l’IA en procès ? Yannick Meneceur, auteur de l’ouvrage « L’intelligence artificielle en procès » aux éditions Bruylant   2° Un défi technique Avec Jean Lassègue, chercheur au CNRS, philosophe et épistémologue et Fabien Tarissan, chercheur au CNRS, professeur attaché à l’ENS Paris-Saclay 3° Un enjeu politique Avec Karine Gentelet, titulaire de la Chaire Abeona-ENS-OBVIA Intelligence artificielle et justice sociale et Emmanuel R. Goffi, directeur de l’Observatoire Ethique & IA de l’Institut Sapiens 4° Une réponse juridique Avec Thomas Cassuto, vice-président de l’Institut Presaje et Ysens de France, responsable de la prospective à l’Institut Sapiens 5° Conclusions : vers un cadre réglementaire européen ? Discussion conclusive entre les intervenants #IntelligenceArtificielle #Droit #Justice  L'Echo des Arènes  Le Média des Enjeux Sociétaux | Apprendre aujourd'hui pour défier demain www.lechodesarenes.com
02:25:50
July 15, 2021
#5 L'Intelligence Artificielle peut elle faire bon ménage avec la justice ?
Interview de Yannick Meneceur, magistrat détaché au Conseil de L'Europe conseiller en transformation numérique et en Intelligence Artificielle qui nous apporte ici un éclairage précis sur les questions d'usages et enjeux sociétaux que l'IA pose vis à vis de la justice. Interview réalisé par l'Echo des Arènes https://www.lechodesarenes.com #intelligenceartificielle #justice #IA
04:58
July 15, 2021
#6 L'Intelligence Artificielle fait-elle peser un risque sur la démocratie ?
Interview de Yannick Meneceur, magistrat détaché au Conseil de L'Europe conseiller en transformation numérique et en Intelligence Artificielle qui nous apporte ici un éclairage précis sur les questions d'usages et enjeux sociétaux que l'IA posent vis à vis de la démocratie. #intelligenceartificielle #IA #démocratie  L’Écho des Arènes | le média web des enjeux sociétaux www.lechodesarenes.com
05:00
July 15, 2021
#4 IA : morale, autorégulation ou régulation : quel chemin à prendre ?
Interview de Yannick Meneceur pour son livre "L'Intelligence Artificielle en procès"  « Tout ce qui est neuf n’est pas nécessairement nouveau ».  Cette pensée, prêtée à Paul Ricoeur, semble parfaitement pouvoir tempérer les derniers développements de la transformation numérique que nous sommes en train de vivre, dont les tentatives de traiter des décisions de justice avec le formalisme mathématique à des fins prédictives. L’on connaît pourtant déjà bien les limites de la description de certains phénomènes, comme les phénomènes sociaux, par des équations : confusion entre corrélations et causalité, biais des données, data-dredging… De plus, enfermer les individus dans le déterminisme du  chiffre ne présente-t-il pas toutes les caractéristiques d’un projet de société totalitaire ? Mais l’enchantement collectif opéré par le seul énoncé du terme, vague et marketing « d’intelligence artificielle » (IA) semble aujourd’hui avoir parfaitement occulté la réalité concrète de la mécanique sous-jacente de cette dernière mode. L’apprentissage automatique (machine learning) et ses dérivés ne sont en fait qu’une manière de créer de l’information en donnant du sens à des données par diverses méthodes statistiques et nombre de concepteurs semblent ne pas se soucier de ces limites. Les exemples européens et internationaux les plus divers nous parviennent sur des utilisations sans conscience de ces nouveaux systèmes computationnels : évaluation de la dangerosité aux États-Unis, « crédit social » en Chine, tentatives de manipulations avérées de l’opinion publique sur les réseaux sociaux à l’occasion du Brexit ou de l’élection de Donald Trump. Il y aurait donc peut-être un nouvel impératif catégorique qui s’imposerait à tout citoyen : celui de comprendre les enjeux de cette société numérique, au prix d’une autopsie minutieuse, technique et politique, de ce que l’on appelle « l’IA ». Cela pour en déduire une réponse juridique forte, puisque en dressant un état en droit comparé des cadres existants en Europe et dans le monde, nous avons besoin d’instruments clarifiés pour défendre l’État de droit, la démocratie et les droits de l’homme.  #IntelligenceArtificielle #Régulation #IA
08:40
July 15, 2021
#3 Intelligence Artificielle : La qualité au cœur du débat pour éviter l’ère de l’approximation
Interview de Yannick Meneceur pour son livre "L'Intelligence Artificielle en procès"  « Tout ce qui est neuf n’est pas nécessairement nouveau ». Cette pensée, prêtée à Paul Ricoeur, semble parfaitement pouvoir tempérer les derniers développements de la transformation numérique que nous sommes en train de vivre, dont les tentatives de traiter des décisions de justice avec le formalisme mathématique à des fins prédictives. L’on connaît pourtant déjà bien les limites de la description de certains phénomènes, comme les phénomènes sociaux, par des équations : confusion entre corrélations et causalité, biais des données, data-dredging… De plus, enfermer les individus dans le déterminisme du chiffre ne présente-t-il pas toutes les caractéristiques d’un projet de société totalitaire ?  Mais l’enchantement collectif opéré par le seul énoncé du terme, vague et marketing « d’intelligence artificielle » (IA) semble aujourd’hui avoir parfaitement occulté la réalité concrète de la mécanique sous-jacente de cette dernière mode. L’apprentissage automatique (machine learning) et ses dérivés ne sont en fait qu’une manière de créer de l’information en donnant du sens à des données par diverses méthodes statistiques et nombre de concepteurs semblent ne pas se soucier de ces limites. Les exemples européens et internationaux les plus divers nous parviennent sur des utilisations sans conscience de ces nouveaux systèmes computationnels : évaluation de la dangerosité aux États-Unis, « crédit social » en Chine, tentatives de manipulations avérées de l’opinion publique sur les réseaux sociaux à l’occasion du Brexit ou de l’élection de Donald Trump.  Il y aurait donc peut-être un nouvel impératif catégorique qui s’imposerait à tout citoyen : celui de comprendre les enjeux de cette société numérique, au prix d’une autopsie minutieuse, technique et politique, de ce que l’on appelle « l’IA ». Cela pour en déduire une réponse juridique forte, puisque en dressant un état en droit comparé des cadres existants en Europe et dans le monde, nous avons besoin d’instruments clarifiés pour défendre l’État de droit, la démocratie et les droits de l’homme.
06:08
July 15, 2021
#2 - Intelligence Artificielle et Masse de données - quels risques pour l'homme ou la société ?
Interview de Yannick Meneceur pour son livre "L'Intelligence Artificielle en procès"  « Tout ce qui est neuf n’est pas nécessairement nouveau ». Cette pensée, prêtée à Paul Ricoeur, semble parfaitement pouvoir tempérer les derniers développements de la transformation numérique que nous sommes en train de vivre, dont les tentatives de traiter des décisions de justice avec le formalisme mathématique à des fins prédictives. L’on connaît pourtant déjà bien les limites de la description de certains phénomènes, comme les phénomènes sociaux, par des équations : confusion entre corrélations et causalité, biais des données, data-dredging… De plus, enfermer les individus dans le déterminisme du  chiffre ne présente-t-il pas toutes les caractéristiques d’un projet de société totalitaire ?  Mais l’enchantement collectif opéré par le seul énoncé du terme, vague et marketing « d’intelligence artificielle » (IA) semble aujourd’hui avoir parfaitement occulté la réalité concrète de la mécanique sous-jacente de cette dernière mode. L’apprentissage automatique (machine learning) et ses dérivés ne sont en fait qu’une manière de créer de l’information en donnant du sens à des données par diverses méthodes statistiques et nombre de concepteurs semblent ne pas se soucier de ces limites. Les exemples européens et internationaux les plus divers nous parviennent sur des utilisations sans conscience de ces nouveaux systèmes computationnels : évaluation de la dangerosité aux États-Unis, « crédit social » en Chine, tentatives de manipulations avérées de l’opinion publique sur les réseaux sociaux à l’occasion du Brexit ou de l’élection de Donald Trump.  Il y aurait donc peut-être un nouvel impératif catégorique qui s’imposerait à tout citoyen : celui de comprendre les enjeux de cette société numérique, au prix d’une autopsie minutieuse, technique et politique, de ce que l’on appelle « l’IA ». Cela pour en déduire une réponse juridique forte, puisque en dressant un état en droit comparé des cadres existants en Europe et dans le monde, nous avons besoin d’instruments clarifiés pour défendre l’État de droit, la démocratie et les droits de l’homme.  #IntelligenceArtificielle #Bigdata #IA
09:32
June 22, 2021
#1 - L’Intelligence Artificielle, rêve ou réalité ? - Yannick Meneceur pour son livre "L'Intelligence Artificielle en procès"
« Tout ce qui est neuf n’est pas nécessairement nouveau ». Cette pensée, prêtée à Paul Ricoeur, semble parfaitement pouvoir tempérer les derniers développements de la transformation numérique que nous sommes en train de vivre, dont les tentatives de traiter des décisions de justice avec le formalisme mathématique à des fins prédictives. L’on connaît pourtant déjà bien les limites de la description de certains phénomènes, comme les phénomènes sociaux, par des équations : confusion entre corrélations et causalité, biais des données, data-dredging… De plus, enfermer les individus dans le déterminisme du  chiffre ne présente-t-il pas toutes les caractéristiques d’un projet de société totalitaire ? Mais l’enchantement collectif opéré par le seul énoncé du terme, vague et marketing « d’intelligence artificielle » (IA) semble aujourd’hui avoir parfaitement occulté la réalité concrète de la mécanique sous-jacente de cette dernière mode. L’apprentissage automatique (machine learning) et ses dérivés ne sont en fait qu’une manière de créer de l’information en donnant du sens à des données par diverses méthodes statistiques et nombre de concepteurs semblent ne pas se soucier de ces limites. Les exemples européens et internationaux les plus divers nous parviennent sur des utilisations sans conscience de ces nouveaux systèmes computationnels : évaluation de la dangerosité aux États-Unis, « crédit social » en Chine, tentatives de manipulations avérées de l’opinion publique sur les réseaux sociaux à l’occasion du Brexit ou de l’élection de Donald Trump. Il y aurait donc peut-être un nouvel impératif catégorique qui s’imposerait à tout citoyen : celui de comprendre les enjeux de cette société numérique, au prix d’une autopsie minutieuse, technique et politique, de ce que l’on appelle « l’IA ». Cela pour en déduire une réponse juridique forte, puisque en dressant un état en droit comparé des cadres existants en Europe et dans le monde, nous avons besoin d’instruments clarifiés pour défendre l’État de droit, la démocratie et les droits de l’homme. #IntelligenceArtificielle #Société #IA
09:29
June 22, 2021