Skip to main content
Chroniques de Motor City - l'Histoire des Detroit Pistons

Chroniques de Motor City - l'Histoire des Detroit Pistons

By PistonsFR
Les Chronique de Motor City est le podcast qui parle de l'Histoire des Detroit Pistons, cette grande franchise NBA qui existe depuis 1948.
Petites histoires et grandes performances se côtoient dans un podcast où tous les sujets sont abordés.

Fan de la franchise de la Motor City depuis plus de 15 ans, je vous raconte la fureur des Bad Boys, le destin de Ben Wallace et tout ce que vous ignorez encore sur le Detroit Basketball !
Listen on
Where to listen
Apple Podcasts Logo

Apple Podcasts

Breaker Logo

Breaker

Castbox Logo

Castbox

Google Podcasts Logo

Google Podcasts

Overcast Logo

Overcast

Pocket Casts Logo

Pocket Casts

PodBean Logo

PodBean

RadioPublic Logo

RadioPublic

Spotify Logo

Spotify

Stitcher Logo

Stitcher

Le Walk-Off des Bad Boys | Episode 32
En 1991, lors de la Finale de la Conférence Est, les Bad Boys ont choqué le monde de la NBA avec leur tristement célèbre Walk-Off. Menés 3-0 par les Chicago Bulls de Michael Jordan et à quelques secondes de se faire sweeper, les Pistons ont délibérément choisi de quitter le parquet avant la fin du temps réglementaire, sans se plier à la traditionnelle séance de félicitations au vainqueur. Dans un Palace d'Auburn Hills en feu malgré la fin d'une ère, les Bad Boys Isiah Thomas, Bill Laimbeer, Dennis Rodman, Mark Agguire...ont quitté le terrain direction les vestiaires en passant devant Jordan et les Bulls sans un regard, comme une ultime provocation. C'était la toute première fois qu'un vaincu partait sans prendre le temps de saluer son bourreau et ce Walk-Off a eu l'effet d'une bombe en NBA. Les Pistons étaient déjà vu comme les mauvais garçons du basketball mais cet épisode a marqué la fin de leur domination et a conduit les meneurs de cette fronde à de nombreuses critiques, jusqu'à l’éviction d'Isiah Thomas de la Dream Team de 1992. Dans cette Chronique de Motor City, nous revenons sur cet incident de manière objective en rapportant un maximum de déclaration des deux parties. Et sans juger personne, nous essayons de comprendre comment les Bad Boys en sont venus à ce fameux Walk-Off. Il y a plusieurs raisons qui auraient pu pousser les Pistons à quitter le terrain sans montrer une seule once de sportivité : d'abord il y a la haine entre les deux équipes, avec des Pistons qui avaient éliminé les Bulls lors de leur 3 dernières confrontations en playoffs. Cette fois-ci, l'heure de Chicago était arrivée mais les Bulls n'ont pas été des vainqueurs modestes, avec de grosses critiques après le Game 3, réduisant le basket des Pistons à un "jeu sale, dont plus personne ne veut" et puis il y avait peut-être une volonté des Pistons de transmettre le flambeau aux Bulls de la même manière que Boston l'avait transmit à Detroit en 1988. Cette année-là, alors que les jeunes Pistons battaient enfin leur rivaux des Celtics, les joueurs de Boston, Larry Bird en tête étaient également partis avant la fin du temps réglementaire, sans saluer les Pistons Dans ce podcast, nous allons voir que tous les avis méritent d'être entendus et que personne ne peut réellement se mettre à la place de cette équipe des Pistons à deux doigts de se faire sweeper en 1991, usée par les critiques des Bulls les années précédentes. Pour aller plus loin : Le Walk-off en vidéo The Day the "Bad Boys" Walked Out John Salley explains why he didn't take part in Bulls-Pistons' walkout How Isiah Thomas' explanation for the Pistons walk-off has evolved over the years "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
29:40
September 15, 2020
La Re-Vitale-isation ratée des Pistons en 1978 | Episode 31
En 1978, les Detroit Pistons veulent changer de dimension. Lassé d'être toujours la dernière équipe de la Motor City, Bill Davidson, le propriétaire de l'équipe, cherche un architecte. Son rôle : coacher l'équipe, lui inculquer une culture de la gagne et la faire exister dans la paysage sportif de Detroit. Et pour mener cette mission à bien, Davidson engagera l'Homme le plus acclamé de tout Detroit en cette période : Dick Vitale. Dick Vitale, vous le connaissez peut-être comme commentateur de la NCAA sur ESPN. L'Homme officie depuis 40 ans sur le network, avec sa voix reconnaissable entre milles et ses expression bien à lui. Et pourtant initialement, Dick Vitale était un coach de basket. Son plus grand fait d'arme, c'est avec l'Université de Detroit qu'il l'a réalisé, mettant les Titans sur la carte alors même que le programme basket n'avait jamais vraiment brillé. Vitale conduira son équipe jusqu'au tournoi NCAA et se fera une belle réputation à Detroit. Et c'est justement cette réussite à partir de rien et cette popularité croissante qui amènera Dick Vitale jusqu'aux Detroit Pistons. Avec l’arrivée de Dick Vitale, c'est un nouveau cycle qui commence pour les Pistons. D’abord Detroit sera basculé enfin dans la Conférence Est puis l'équipe se trouvera une nouvelle maison quittant la Cobo Arena pour le Pontiac Silverdome. Enfin, les Pistons inaugurent de nouveaux jerseys électriques, parsemé d’éclairs, qui rompent avec leur classique uniforme. Pour symboliser tous ces changements, l'équipe marketing de la franchise met en place un slogan autour du nom de Dick Vitale : le nouveau coach sera là pour  « re-Vitale-iser » la Motor City (« re-Vitalize-ing » en V.O.) comme il a pu le faire pour l’Université de Detroit.  Malheureusement, l'histoire ne sera pas une réussite et Dick Vitale ne passera qu’une saison et demi à Detroit. Le gouffre entre NCAA et NBA est bien trop grand pour lui, surtout qu'il est rapidement pris par ses opérations de promotion de la franchise. La première saison, les Pistons ne gagneront que 30 matchs et Vitale sera licencié après seulement 12 matchs en 1979. Mais pourtant, il était important de parler de Dick Vitale dans les Chroniques de Motor City : d'abord parce qu'il a eu les clés de la franchise pendant un moment, ensuite parce qu'il a essayé de relancer l'équipe mais surtout parce qu'il a échoué ! C'est à partir du moment où Dick Vitale a touché le fond que les Pistons ont décidé de tout reprendre de nouveau d'une feuille blanche. Et ironie de l'histoire, c'est Dick Vitale qui encouragera Bill Davidson à confier les rênes de l’équipe à Jack McCloskey, futur architecte des Bad Boys. Pour aller plus loin : - Maillot Lighting Bolt - The Dickie V Era, NBA.com - In Detroit, Vitale Revisits His Season of Despair, New York Times - Dick Vitale didn't last long with 1979-80 Pistons, Michigan Live "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
30:32
September 1, 2020
Draft All-Time Detroit Pistons | Hors-série
Pour cet épisode spécial des Chroniques de Motor City, j'ai invité 3 personnalités du basket en France, fan des Pistons et de ce que la franchise représente. Accompagné de Val du compte Pistons France, de Ilyas du podcast Dunkhebdo et d'Alex de Trashtalk et The Ball Never Lies, nous vous proposons aujourd'hui une draft All-Time special Detroit Pistons. Chacun notre tour comme dans une draft NBA classique, nous allons choisir 5 joueurs pour bâtir un 5 Majeur, leur ajouter un remplaçant et terminer par le choix d'un coach pour mettre le tout en musique. La seule règle de ce petit jeu sera de ne choisir que des joueurs passés par la Motor City.  Et bien évidemment la version des joueurs que nous prenons en compte est celle de leur Prime sous le maillot des Pistons. Par exemple si l’un de nous voudrait prendre Allen Iverson, c’est celui de 2008-2009 qu’on doit considérer et non pas le MVP des Sixers. Au contraire, pour un joueur comme Grant Hill, c’est la version 95-2000 donc avant blessure qu’on doit prendre en compte. Notre objectif : imaginer la meilleure équipe possible 100% Detroit Pistons, qui pourrait battre toutes les autres avec les règles NBA d'aujourd’hui et les connaissances du jeu que nous avons. Mes invités pour ce Podcast : - Ilyas de Dunkhebdo - Val de Pistons France - Alex de The Ball Never Lies "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR  
1:27:59
August 4, 2020
4 Pistons font la loi au All-Star Game 2006 | Episode 30
En 2006, pour le All-Star Game de Houston, les Pistons ont été le temps d'un soir les plus brillantes des étoiles de la NBA. Pour cet événement incontournable, ce sont 4 joueurs des Detroit Pistons qui ont été sélectionnés par les coachs,  un fait rarissime. Mais ces seules selections n'auraient pas suffit à rendre ce moment si important.  Non, c'est bien par la teneur de la rencontre que ce All-Star Game restera dans les mémoires : accompagné du jeune LeBron James, les 4 Pistons sélectionnés, à savoir Ben Wallace, Rasheed Wallace, Rip Hamilton et Chauncey Billups ont dicté leur loi dans ce match des étoiles et l'ont remporté à eux tous seuls ! Sortant d'un titre NBA en 2004 et d'une Finale en 2005, les Pistons ont pourtant été largement snobés du All-Star Game ces années-là. Pas de Billups, pourtant MVP des Finales en 2004 par exemple. Mais en 2006 les choses changent dans la Motor City. Larry Brown, le rigoureux coach quitte la franchise et le GM Joe Dumars le remplace par Flip Saunders. A partir de la, c'est la revolution : Saunders met en place un jeu bien plus attrayant que celui de Brown, avec plus de rythme, où les talents offensifs de Billups ou d'Hamilton sont bien mieux exploités. Cette évolution offensive du jeu des Pistons permet à Detroit de réaliser le meilleur début de saison de son histoire et de propulser l'équipe en tête de la Conférence est. Lors du All-Star Break en février 2006, les Pistons sont à la tête d’un bilan de 42 victoires pour seulement 9 défaites. Flip Saunders est donc nommé coach de l'équipe de l’Est pour le All-Star Game, mais ce n'est que la premiere étape. Lorsque les titulaires sont nommés par les fans, aucun joueur de la Motor City n'est appelé. Et c'est logique, tellement il est impossible d'isoler une individualité de ce collectif de cols bleus de Detroit difficilement compatibles avec l’ambiance du All-Star Game.  Et pourtant quand vient le choix des coachs, la surprise est entiere : 4 joueurs des Detroit Pistons sont appelés. Ben Wallace revient une nouvelle fois, Rasheed Wallace fete son premier All-Star Game sous le maillot de Detroit alors que Rip Hamilton et Chauncey Billups deviennent All-Star pour la premiere fois. Dans ce Podcast, je vous raconte le déroulé du match. D'abord remplaçants et peu habitués au show du All-Star Game, les Pistons vont attendre que l'Est soit menés de 21 points pour montrer tout leur talent.  Après la mi-temps, le match va complètement changer d'ambiance et les joueurs de Detront vont enchaîner les stops en défense et forcer les pertes de balles de l'Ouest. Flip Saunders utilisera ses 4 joueurs ensemble sur le terrain pendant de longues séquences, au point même de réutiliser certains systèmes qu'on voit habituellement au Palace d'Auburn Hills ! Pour aller plus loin : - Histoire de la NBA : Le All-Star Game 2006, moment de gloire pour les Detroit Pistons - All Star Game 2006 : la consécration des Pistons - Le All-Star Game 2006 en intégralité "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
27:49
July 28, 2020
Rétrospective de la saison 2004 des Detroit Pistons, partie 2 | Episode 29
Suite et fin de notre rétrospective sur la saison 2004 des Detroit Pistons. Après la saison régulière il y a 15 jours lors de la dernière Chronique de Motor City, place maintenant au gros morceau : les playoffs. Tour après tour, nous allons revenir sur le parcours de cette équipe de cols bleus, au départ outsider qui a fini par devenir Champions NBA. Au fil des matchs, les grandes tendances vont se dessiner : Rip Hamilton la principale menace offensive, Tayshaun Prince le meilleur défenseur extérieur de l'équipe, Ben Wallace l'homme de l'ombre qui empile les rebonds, Rasheed Wallace qui donne une confiance absolue à chacun et Chauncey Billups, présent dans les moments chauds, lui le futur MVP des Finales 2004. Le premier tour des Pistons se jouera contre les Milwaukee Bucks de Michael Redd, l'une des meilleures attaques de la NBA en 2004. Cette série sera l'occasion de voir en action la défense d'élite des Pistons. Au second tour, Detroit retrouve New Jersey, des Nets qui avaient sweepé les Pistons en 2003. Face à Jason Kidd, ce sera les ajustements de Larry Brown qui feront la différence. Mais la série sera très serrée. En Finale de Conférence, les Indiana Pacers, meilleure équipe de l'Est cette année là fera face aux Pistons. Ce duel entre deux énormes défenses sera pourtant le terrain de jeu idéal pour Rip Hamilton, qui en profitera pour battre un record de franchise. Enfin en Finales NBA, les Pistons vont déjouer tous les pronostics en battant les Lakers, cette équipe composée de 4 Hall of Famers, puisque Payton et Malone avaient rejoint Shaquille O'Neal et Kobe Bryant l'été précédent. Detroit n'était censé faire que de la figuration en Finales mais a surpris tout le monde en gagnant ce titre NBA 2004. Dans ce podcast, nous reviendrons en détail sur chacun des matchs de playoffs des Pistons. En moins d'une heure, je vous propose une Chronique longue de 23 matchs ! Pour aller plus loin : - Top Moments: Pistons shock NBA world, win championship in 2004 - Retro Rewind: Pistons dominate Lakers in 2004 Finals Game 5 - Why the 2004 NBA champion Detroit Pistons are still so important "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
52:00
July 14, 2020
Rétrospective de la saison 2004 des Detroit Pistons, partie 1 | Episode 28
Un podcast très spécial aujourd'hui que ce soit dans son sujet ou dans son format. Commençons par le sujet : pour la première fois dans les Chroniques de Motor City, nous allons faire une rétrospective d'une saison des Pistons et quelle saison, puisqu'il s'agit de la saison 2004 lors de laquelle les Pistons ont gagné le titre NBA, le 3eme de l'Histoire de la franchise.  Mais comme cette saison est l'une des plus riches de l'Histoire récente des Pistons, le format sera aussi ajusté puisque le podcast sera partagé pour la première fois en 2 parties : aujourd'hui nous traiterons uniquement de l'intersaison et de la saison régulière 2003-2004, quand nous nous concentrerons sur les playoffs dans 15 jours. Il y a beaucoup à dire sur la saison 2003-2004 victorieuse des Detroit Pistons. Après un bref retour sur le sweep infligé par les Nets lors des playoffs 2003, nous revenons sur l'acte fondateur de cette équipe : le remplacement de Rick Carlisle par le coach Larry Brown. Avec Brown, les Pistons de Ben Wallace, Chauncey Billups, Rip Hamilton et Tayshaun Prince deviendront l'une des meilleures défenses NBA en tenant leurs adversaires à 83 points de moyenne en 2004. Les débuts seront difficiles mais les Pistons trouveront leur voie en gagnant 13 victoires de suite entre décembre 2003 et janvier 2004, tout simplement un record de franchise, mieux que les Bad Boys de 1990. Mais quelques défaites face aux cadors de la Ligue feront dire au GM Joe Dumars que Detroit a besoin de plus, d'un facteur X pour débloquer certaines situations. Et c'est ainsi que les Pistons feront l'acquisition de Rasheed Wallace en Mars 2004. Avec le Sheed, Detroit trouvera la confiance nécessaire pour finir sa saison en boulet de canon. Avec en prime un autre record NBA, une série de 5 matchs consécutifs où l'adversaire ne dépasse pas les 70 points marqués... Dans cette nouvelle Chronique de Motor City, nous reviendrons en détail sur tous ces événements en faisant un focus particulier sur le groupe en place.  Pour aller plus loin : - Remembering the 2004 Detroit Pistons, The Game Haus - Joe D’s Final Countdown: The Going to Work Pistons, a Retrospective - Les Pistons à travers l’Histoire #7 : Goin’ to Work Era - The Goin’ to Work Pistons: the most unique champions the NBA has ever crowned "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
30:16
June 30, 2020
Isiah Thomas, vu par sa carrière au All-Star Game | Episode 27
Petite parenthèse détente dans les Chroniques de Motor City aujourd'hui. Pour ce numéro 27 de notre podcast, nous allons parler All-Star Game ! Et qui d'autre qu'Isiah Thomas pouvait aussi bien représenté les Detroit Pistons au Match des Etoiles de la NBA ? Zeke était fait pour briller au All-Star Game avec son jeu flashy et son esprit offensif. Starter dès sa saison rookie, Isiah Thomas participera à 11 All-Star Games, en étant titulaire dans 10 d'entres eux. Et comme j'ai toujours pensé qu'un grand joueur se sert de cet événement pour bâtir sa carrière, je vous propose de reprendre un par un tous les All-Star Game de Thomas. De 1982 à 1993, le joueur des Pistons va briller, va décrocher des trophées et des victoires et va se servir de l’événement (parfois involontairement) pour faire évoluer sa relation avec les autres joueurs de son époque. De ses trophées de MVP du All-Star Game en 1984 et 1986 à ses occasions ratées, jusqu'au All-Star Game 92 où il jouera un rôle important dans la présence de Magic Johnson, son vieil ami, Isiah Thomas passera par de nombreux états lors de ces week-end des étoiles. A chaque fois, son rôle dans ces matchs sera en cohérence avec sa stature en NBA. On passera parfois seulement quelques minutes sur une edition mais pour d'autres, il faudra prendre le temps de raconter le contexte (notamment pour le prétendu Freeze-Out Game de 1985). Mais au final, en un plus plus de 30 minutes de podcast, nous ferons le tour de tous les All-Star Game auxquels Isiah Thomas a participé Extrait musical : The Last Dance - Hot Shots 2 Pour aller plus loin : - NBA All-Star Game 1986 - 1985 ALL-STAR GAME: JORDAN FREEZEOUT ? - The Only NBA Game Ever Called on Account of Hugs "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
36:14
June 16, 2020
"Bad News" et cocaïne : la descente aux enfers de Marvin Barnes | Episode 26
Dans la Chronique de Motor City du jour, retour en arrière direction les années 70 pour parler de Marvin Barnes, basketteur talentueux mais fantasque qui a finit par voir sa carrière gâchée par la cocaïne et par un mode de vie plus proche des gangster de l'époque que d'un joueur NBA. Pourtant l'histoire n'a rien de surprenante, Marvin Barnes se faisant appeler Bad News depuis la fac. Dés le début de sa carrière, Marvin Barnes a toujours marché sur un fil. D'un coté, le succès avec Providence (premier Final Four de l'histoire de la fac), de l'autre un comportement inadapté (tabassage de son coéquipier à coup de démonte-pneu). Cette ambivalence poursuivra Marvin Barnes toute sa vie mais ne l’empêchera pas de se faire drafter en NBA. Et pourtant Barnes ne mettra pas tout de suite les pieds dans la Ligue, préférant signer en ABA, la ligue concurrente, réputée plus cool, plus flashy et aussi plus permissive... En ABA dans les années 70, la drogue circule facilement et nombre de joueurs tombent dans la cocaïne, ce qui arrivera à Marvin Barnes. Pour autant, les premières saisons avec les Spirits of Saint-Louis, Barnes fait illusion et se montre même plus fort que son idole Julius Erving, alors MVP de l'ABA. Parler de l'histoire de Marvin "Bad News" Barnes nous permettra aussi de parler de cette ABA tellement intéressante. C'est lors de la dissolution de l'ABA en 1976 et sa fusion avec la NBA que l'histoire de Marvin Barnes rencontre celle des Detroit Pistons. Lors de la draft de dispersion, les Pistons hésitent entre Marvin Barnes et Moses Malone : ils feront malheureusement le mauvais choix et hériteront de Marvin Barnes, qui n'a plus rien du joueur qu'il était auparavant. A partir du moment où Bad News mettra les pieds à Detroit, ça sera la fin pour lui. Dans cette Chronique, vous découvrirez donc la longue descente aux enfers qu'a ensuite connu Marvin Barnes. La drogue est devenu omniprésente dans sa vie au fil des années, jusqu'à faire de lui un sans-abri, passant de peine de prison à cures de désintoxication. Marvin Barnes aurait pu devenir l'un des meilleurs joueurs de la NBA mais a finit par devenir un nom oublié quasiment de tous. Pour aller plus loin : - ORIGINAL OLD SCHOOL: THE YEAR OF LIVING DANGEROUSLY, SLAM - "Bad News": The Turbulent Life of Marvin Barnes, Pro Basketball's Original Renegade, Amazon - Marvin Barnes, Enigmatic Basketball Player, Dies at 62 - Marvin Barnes, une ancienne star ABA nous a quitté "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
40:38
June 2, 2020
Record de points sur un match entre les Pistons et les Nuggets en 1983, symbole de la NBA de l'époque | Episode 25
Le 13 Décembre 1983, les Detroit Pistons et les Denver Nuggets ont participé au match NBA avec le plus de points de l’histoire : 370 points entre les deux équipes. Ce match, les Pistons l'ont gagné 186-184 et à l’occasion de cette orgie offensive encore inégalée aujourd'hui, de très nombreux records battus. Pourtant que ce soit les Pistons de 2004 ou les Bad Boys, la franchise a toujours été associée à une défense de fer, des joueurs durs et mais pas forcément des cadors et attaque. Il n'y a jamais eu de monstre offensif dans les rangs des Pistons à la Jordan ou à la Kobe, personne pour marquer 50 points un soir de folie. En général, à Detroit, les Pistons essayent plutôt d'encaisser moins de points que ses adversaires. Mais lors de ce match record à la McNichols Sports Arena de Denver sur la toute fin d’année 1983, les Detroit Pistons ne sont que dans la première saison de Chuck Daly comme coach de la franchise. Si le noyau dur des Bad Boys est déjà présent dans le roster (Isiah Thomas, Bill Laimbeer et Vinnie Johnson) ces joueurs-là sont encore jeunes et Daly n’a pas encore développé ce qui sera ensuite appelé "l’ADN Bad Boys". Chuck Daly a du composer avec les qualités de ses joueurs, qui étaient principalement offensives : Isiah Thomas était le feu-follet qui détruisait toutes les défenses, Kelly Tripucka était un ailier scoreur craint de tous, Laimbeer tournait encore à 18 points/match et les Pistons possédaient de très fort scoreurs comme John Long, Terry Tyler ou Vinnie Johnson. Dans ce podcast, je vous raconte donc ce match mais surtout son contexte et ce qu'il symbolise de l'époque. Dans ce festival offensif de 3 prolongations et d'une durée de 3 heures et 11 minutes, il y a un condensé du basket du début des années 80, quand le rythme était au moins aussi rapide que dans la NBA moderne et où chaque franchise disposait de plusieurs joueurs capables de marquer 10, 20, 30 points à haute fréquence.  Dans les déclarations des joueurs de l'époque, Tripucka ou Thomas pour les Pistons, Vandeweghe et English pour les Nuggets, on comprend d'ailleurs à quel point le jeu était différent. Et le tout quasiment sans aucun tir à 3-points, puisqu'il n'y en a eu que 3 de shooté dans ce match... Pour aller plus loin : - Le match en intégralité, YouTube - La box-score, Basketball-Reference - Unforgettable Moments – NBA's Highest Scoring Game, Pistons.com - PISTONS, NUGGETS SHATTER MARKS, New-York Times "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
30:29
May 19, 2020
L'Histoire des filles du Detroit Shock en WNBA | Episode 24
Nos héros se nomment habituellement Isiah Thomas, Ben Wallace, Joe Dumars, Grant Hill ou Chauncey Billups et portent le maillot des Detroit Pistons. Mais aujourd'hui pour cette nouvelle Chronique de Motor City, je vous propose de découvrir de nouveaux héros ou plutôt de nouvelles héroïnes ! Elles s'appellent Deanna Nolan, Ruth Riley, Cheryl Ford ou Katie Smith et ont joué pour le Detroit Shock en WNBA entre 1998 et 2009. A la manière de certains épisodes hors-série comme la venue de Nelson Mandela à Detroit en 1990 ou l'Histoire du Basket à Detroit avant les Pistons, nous allons, avec ce podcast, nous écarter des Pistons pour parler de leur petite sœur le Shock. Nous ne serons pas en territoire inconnu tant les connexions entre les deux franchises sont assez nombreuses : même salle, même organisation, même goût pour la bagarre et certaines légendes sont aussi passés par l'une et l'autre franchise ! Dans cette Chronique de Motor City, nous mettrons donc à l'honneur les filles de Detroit, triples championnes WNBA en 2003, 2006 et 2008. Présent depuis la deuxième saison de l'histoire de la WNBA, le Shock est une franchise assez représentative de cette Ligue jeune, où les idées foisonnent et où les petites histoire s'empilent. Loin de la rigoureuse NBA, la WNBA est un terrain de jeu passionnant et le Detroit Shock l'un de ses meilleurs représentants. Ce podcast sera d'ailleurs une bonne porte d'entrée à cette Ligue, puisque je l'ai voulu accessible à n'importe qui, même si vous n’avez jamais regarder un seul match de basket féminin. Aujourd'hui nous parlerons des premières saisons du Detroit Shock, dirigé par la légendaire Nancy Lieberman jusqu'à son départ en 2000. Puis c'est Bill Laimbeer, la figure des Bad Boys reconverti dans le coaching qui prendra la relève. Pendant son mandat, le Shock a gagné 3 titres, au terme de duels contre les Los Angeles Sparks, le Phoenix Mercury, les Sacramento Monarchs et bien d'autres. Mais les filles du Shock, c'est aussi une mutinerie dans les vestiaires, un remake de Malice At The Palace, des montagnes russes en termes de résultats et bien d'autres choses que vous découvrirez dans ce podcast ! Pour aller plus loin : - 1998-2009 Detroit Shock, FUN WHILE IT LASTED - Bill Laimbeer les deux faces du Prince des Ténèbres, Swish-Swish - Fight entre le Shock et les Sparks, Youtube - Shock reportedly moving to Tulsa, ESPN "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
36:47
May 5, 2020
Bill Laimbeer, pour le plaisir d'être Méchant | Episode 23
Bill Laimbeer est le joueur le plus détesté de toute l'Histoire de la NBA. Méchant ultime, Laimbeer était le socle des Bad Boys, celui qui donnait des coups et qui acceptait aussi d'en recevoir. En endossant le rôle du vilain, le pivot des Detroit Pistons s'est sacrifié pour la cause commune. Sa récompense : deux titres NBA en 1989 et 1990. Aujourd'hui encore, le nom de Bill Laimbeer est synonyme de peur, de malveillance, de brutalité et de hargne. Les joueurs de l'époque se rappellent de lui comme le mal incarné quand ceux qui ne l'ont pas vu joué le voit comme un diable qui a sévit trop longtemps dans la NBA des années 80. En tout cas, demandez à n'importe qui avec une culture basket le nom du Méchant absolu et il vous répondra BILL LAIMBEER ! Dans l'épisode du jour, nous parlerons de la manière dont Bill Laimbeer a gagné sa réputation de vaurien des parquets, de sinistre personnage, de vil basketteur. Le joueur des Pistons a finit par se faire surnommer The Prince of Darkness ou The Ax Murderer, ce qui en dit déjà long sur son pedigree. Ce podcast reviendra sur la carrière de boucher de Laimbeer mais surtout sur les raisons qui l'ont poussé à adopter ce comportement. On verra que Bill Laimbeer a un parcours différent du reste des joueurs NBA de l'époque, ce qui l'a sans doute conduit à être le scélérat qui s'est mis à dos Larry Bird, Michael Jordan, Scottie Pippen et tous les autres. Mais comme d'habitude, nous essayerons d'aller plus loin : oui Bill Laimbeer, c'est des bastons d'anthologie avec Barkley, Bird ou Daugherty, c'est un duo d’exécuteur avec Rick Mahorn du temps des Bad Boys... Mais personne ne se souviendrait de lui aujourd'hui encore s'il n'avait pas été un basketteur talentueux, précurseur sur le shoot de loin et rebondeur d'élite. Pour aller plus loin : - The greatest floppers in NBA history, ESPN - Bill Laimbeer, le bad boy par excellence, Basket Retro - All-Time NBA Villains: C, Bill Laimbeer, BR - Bill Laimbeer Went From NBA Villain to Championship-Winning Coach, Sportcasting "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
27:54
April 21, 2020
GM, coach, président, businessman : retour sur la carrière d'Isiah Thomas hors des parquets | Episode 22
Capitaine des Bad Boys, Isiah Thomas n'a jamais quitté vraiment quitté le monde du basket, même une fois sa retraite de joueur NBA active. C'est même le contraire puisque l'ancien joueur des Pistons a connu une carrière post NBA riche en expérience. Depuis 1995, Isiah Thomas a successivement été GM aux Toronto Raptors lors de leur création, propriétaire de la Continental Basketball Association, coach aux Pacers d'Indiana suite à leur premiere finale NBA, GM et coach chez les New York Knicks de James Dolan entraîneur en NCAA à Florida International et président du New York Liberty en WNBA. Différentes expériences, différentes issues et pourtant Isiah Thomas conserve une mauvaise image auprès du public. La Chronique de Motor City d'aujourd'hui aura donc pour mission de réparer cette injustice. A cause de certains résultats, il fait le dire, plutôt mauvais, une idée reçue s'est rependue autour de l'ancien joueur des Detroit Pistons, un a-priori qui empêche finalement d'entrer dans le détail. Si on demande à un suiveur NBA de juger le travail d'Isiah Thomas comme dirigeant/coach, vous n'entendez que des critiques. Et pourtant... Dans ce podcast, nous reviendrons donc dans le détail sur TOUT le parcours d'Isiah Thomas hors des parquets. Vous verrez que son parcours est plus nuancé qu'il n'y parait. Par exemple,  sans Isiah Thomas, Toronto aurait peut-être subit un destin à la Vancouver... Et sans lui, peut-être que Jermaine O’Neal ne serait jamais devenu un All Star. Ce ne sont que quelques exemples de réussite mais des exemples jamais évoqués, contrairement aux expériences qui font beaucoup plus de bruit, particulièrement chez les Knicks. Il faudra aborder cet épisode avec l'esprit ouvert, en essayant de voir un peu plus loin, d'accepter de regarder chaque expérience dans le détail pour voir les circonstances atténuantes quand elles existent. Et si possible, essayer de réhabiliter le parcours de Thomas post carrière qui a beaucoup souffert de décisions hors basket. Pour aller plus loin : - La baston Nuggets/Knicks, Youtube - Isiah Thomas, un génie insécurisant, Knicks Book - The parting of Isiah Thomas and the Toronto Raptors, CBC - Too Zeke to Fail: A Brief History of Isiah Thomas’s Crashes and Burns, Grantland "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
37:57
April 7, 2020
Joe Dumars comme GM des Pistons : génial ou décevant ? | Episode 21
Personne ne peut rien dire sur Joe Dumars, le basketteur des Detroit Pistons. Double champion, membre des Bad Boys, backcourt de folie avec Isiah Thomas et record All-Time de match joué avec les Pistons sur 2 décennies, bref Dumars est un joueur incontournable. Mais le sujet qui nous intéresse aujourd'hui concerne plutôt son passage comme General Manager des Pistons, poste qu'il a occupé de 2000 à 2014. Pendant 14 ans, Joe Dumars a été le chef des Detroit Pistons, à la tête de toutes les opérations basket de la franchise. Et cette fois-ci, l’expérience a été un peu plus contrastée. Du fait de la longueur de son mandat, les Pistons ont beaucoup changé et Joe Dumars a eu le temps d'accumuler les échecs tout comme les réussites. Alors pour ce podcast,  j'ai choisi de compiler toutes les grandes décisions stratégiques du GM Dumars et essayer d'en tirer une conclusion. A savoir, est-il un manager de génie ou plutôt une arnaque ? Les deux cotés de la balance sont bien remplis chez Joe Dumars. A son crédit, évidemment le titre 2004 remporté par Detroit, le 3ème de l'Histoire de la franchise seulement. Mais plus que ça, il y a surtout la construction d'une équipe qui gagne avec les arrivées réussies de Ben Wallace, Tayshaun Prince, Chauncey Billups et Rip Hamilton.  C'est également Dumars qui a osé faire venir Rasheed Wallace en 2004, un trade crucial dont on a consacré tout un épisode des Chroniques de Motor City. De l'autre coté du spectre, il y a de nombreuses erreurs de Joe Dumars qu'on ne peut occulter. Le GM des Detroit Pistons a globalement raté tous ces hauts choix de draft et a souvent semblé hésitant sur le marché des agents libres. Les erreurs de Ben Gordon, Charlie Villanueva ou Josh Smith sont encore assez récentes pour hanter tous les fans des Pistons. On peut également regretter que le mauvais relationnel de Joe Dumars avec l'ensemble de ses coachs, ces derniers ayant été nombreux durant son mandat. Une fois ce podcast terminé, vous devriez avoir les clés pour décider si Joe Dumars mérite d'être considéré comme un bon GM. Même s'il faudra attendre encore plusieurs années pour savoir comment l'Histoire le jugera. Pour aller plus loin : - The highs and lows of Joe Dumars' long Pistons tenure - Joe Dumars : de joueur vénéré à GM contesté - Ranking Joe Dumars' Worst Moves as Detroit Pistons GM - Remembering the Joe Dumars Era "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
34:12
March 24, 2020
La Teal Era, ou quand les Pistons changeaient de couleurs | Episode 20
Equipe historique de la NBA, les Detroit Pistons ont toujours joué en bleu, en blanc et en rouge. Leur identité visuelle sobre et leur logo (un simple ballon de basket simpliste étaient depuis leur création leur marque de fabrique. Et puis en 1996, tout a changé. Rattrapés par la fièvre marketing des années 90, les Pistons sont changés de couleur pour adopter un bleu sarcelle ultra flashy. C’était le début de la Teal Era. Boostés par les perspectives de succès qu’offrait Grant Hill et souhaitant se débarrasser du lourd héritage des Bad Boys, les Pistons ont choisit au milieu des années 90 de revoir leur identité. Exit le traditionnel bleu/rouge/blanc et place à un bleu sarcelle à la mode. Oublié également le ballon de basket comme logo, remplacé par un cheval en feu et des pots d’échappement. Ce grand écart visuel, les Pistons le doivent autant à la NBA, qui voulaient moderniser l’image de ses franchises, qu’à sa propre envie d’attirer un public plus jeune et plus consommateur. Les Pistons (comme beaucoup d’autres équipes) ont vu dans le succès des nouveaux Charlotte Hornets un modèle à suivre pour vendre des tonnes de maillots. Dans cette Chronique de Motor City, on s’intéressera à l’origine de cette couleur sarcelle. Qui a eu l’idée de cette teinte de bleu qui sonne plus « Los Angeles » que « Detroit ». L’accueil de la population locale sera aussi un sujet abordé, puisque ce changement brutal intervenait seulement quelques saisons après le dernier titre des Bad Boys. Sans vous gâcher la surprise, vous savez déjà que les Detroit Pistons sont repassés à des couleur plus classique, abandonnant la période Teal. Alors nous regarderons les raisons de ce retour en arrière, tout en se posant la question de savoir si nous reverrons un jour les maillots de la Teal Era… Pour aller plus loin : - A wacky oral history about the origin of the Pistons’ teal jersey, horse logo and Hooper, The Athletic - Hardwood Classics – Les Pistons à travers l’Histoire #6 : Teal Era - Histoire des Logos des Pistons "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
28:38
March 10, 2020
Quelle place pour Grant Hill dans l'Histoire des Pistons ? | Episode 19
Classer Grant Hill dans l'Histoire des Detroit Pistons reste encore aujourd'hui une question sans réponse. Joueur extrêmement talentueux mais officiant au cours d'une période noire de la franchise de la Motor City, Grant Hill était, à son époque, et reste encore un joueur clivant. Certains se rappellent de sa grâce et de sa facilité en attaque, quand les autres voient qu'il n'a jamais passé un tour de playoffs en 6 saisons à Detroit. La Chronique d'aujourd'hui s’intéressera à tout le passage de Grant Hill chez les Pistons et à cette reconstruction entre 1994 et 2000. Lors d'une Teal Era où les Pistons ont choisi de changer d'identité, la présence d'un joueur du calibre de Grant Hill devait les amener à être à terme un candidat au titre NBA. Mais en Basketball, il n'y a pas de certitude : tout le talent de Grant Hill n'a pas suffit... Plutôt que de détailler la carrière de Grant Hill, on se concentrera sur 3 points particuliers de son passage chez les Pistons. D'abord le contexte de son arrivée, dans une ligue orpheline de Michael Jordan, qui a choisie d'élire Grant Hill comme son successeur attitré. Cette comparaison injuste a permit à Hill d’accéder à la gloire mais lui a mis une énorme pression sur les épaules. On parlera ensuite de l'incapacité des Pistons à réussir à entourer Grant Hill : hormis le vieillissant Joe Dumars, les renforts ne sont jamais arrivé pour épauler l'ancien de Duke. Et pour finir, nous devrons aborder le départ de Grant Hill de Detroit, dans un trade apparemment anodin mais qui apportera pourtant le futur visage des Pistons, Ben Wallace. A l'issue de ce podcast, vous aurez au moins une vision plus précise de qui était Grant Hill et de ce qu'il a apporté aux Pistons pendant son passage. Il restera malgré tout le joueur symbole de l’échec de Detroit dans les années 90 alors que 4 ans après son départ, Billups, Hamilton et Wallace devenaient champions NBA. Raconter cette histoire nous permet aussi de comprendre à quel point le contexte est crucial en NBA. Pour aller plus loin : - Grant Hill : 2,04 mètres et 102 kilos de politiquement correct, Libération - The Complicated Legacy of Grant Hill, Brad Callas - Grant Hill’s brilliance with the Pistons, explained by those who were part of it, The Athletic - Pub "Grant Hill drinks Sprite" et "Fila Bill Laimbeer" "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
26:08
February 25, 2020
Le Basketball professionnel à Detroit avant l'arrivée des Pistons | Episode 18
Les Detroit Eagles, les Detroit Falcons, les Detroit Gems ou les Detroit Vagabond Kings. Vous ne les connaissez pas et c'est normal. Depuis 1957, les Pistons sont la seule équipe de basket professionnelle de Detroit. Même si les Pistons ont souvent joué hors du centre ville, la relation avec la ville est évidente. Mais pour ce podcast, j'avais envie de remonter avant cette date de 1957 et pour répondre à la question : quelles étaient les équipes de Basketball qui jouaient à Detroit avant la venue des Pistons ? Pour cette Chronique, il m'a fallu remonter assez loin pour trouver ces informations, à une époque où la NBA n'existait même pas. Les ligues en vogue s’appelaient National Basketball League (NBL) ou Basketball Association of America (BAA) une fois la Seconde Guerre Mondiale terminée. Cet épisode des Chroniques de Motor City me permet aussi de refaire un historique de la construction du basket pro vers la NBA. Les pionniers à Detroit ont été les Detroit Eagles, engagés en NBL avant de devenir une équipe itinérante. Puis deux équipes ont connu un destin plutôt similaire, lancées à la même époque : les Detroit Gems en NBL et les Detroit Falcons en BAA. Et puis les Detroit Vagabond Kings seront les derniers représentants du basket à Detroit avant les Pistons, même s'ils ne resteront pas longtemps dans la Motor City. Ce podcast reviendra aux temps préhistoriques du basketball. En s’intéressant à ce qu'il se passait niveau basket à Detroit dans les années 30, on découvre tout un pan de cette culture oubliée : l'instabilité des ligues, les équipes itinérantes (à la manière des Harlem Globetrotters) ou les premières stars... Pour aller plus loin : - Gory Days, l'histoire des équipes itinérantes - King Boring and the Detroit Gems - Before the Big Money, livre - Story of Detroit Vagabond Kings "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
25:35
February 11, 2020
Quand la fin des Bad Boys poussait Dennis Rodman au bord du suicide | Episode 17
Le 11 Février 1993, à 3h du matin, Dennis Rodman, joueur des Detroit Pistons, est dans sa voiture une arme à la main. Cette histoire, tout le monde l'a vaguement entendue mais on ne connait que très rarement le contexte. Si Dennis Rodman a atteint cette limite, s'il s’est rapproché si dangereusement du suicide, c'est en partie à cause des Detroit Pistons et de la fin des Bad Boys. L'équipe championne en 1989 et 1990 disparaît à petit feu et s'en est trop pour un Rodman qui considère ce groupe comme sa vraie famille. Ajoutez à ça des problèmes personnels et un sentiment de malaise constant, et vous arrivez à un joueur prêt à tout pour mettre fin à son anxiété. Dans le podcast du jour, nous parlerons donc de cet événement qui s'est heureusement bien terminé. Il permettra de parler de la fin des Bad Boys, ce groupe qui restera dans les mémoires pour toujours mais qui a connu une fin aussi fulgurante que son ascension était laborieuse. Après le sweep contre les Bulls en 91, les Pistons sont rentrés dans le rang, commençant une longue reconstruction. Et puis surtout cet épisode des Chroniques de Motor City nous permettra de parler de Dennis Rodman, ce joueur si atypique, attachant, machine à rebond et à défendre sur qui personne n'avait misé à part les Pistons. On verra justement que le Dennis Rodman de Detroit n'avait absolument rien à voir avec la personne excentrique qu'on a vu ensuite aux Spurs et aux Bulls. Et puis tragique actualité oblige, ce podcast commencera par un bref hommage à Kobe Bryant, sans qui ce podcast n'existerait peut-etre pas. Pour aller plus loin : - Bas as Wanna Be (Plus méchant tu meurs) - Craig Sager: Always on the bright side - North Korea, Jordan and Tabloid Stardom: A Conversation with Dennis Rodman - DEMOLITION MAN "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
28:19
January 28, 2020
L'histoire derrière la photo de Nelson Mandela aux couleurs des Pistons | Episode 16
Le lien de la photo en question : https://cutt.ly/BrxIzAY C'est l'une des photos les plus iconiques de l'Histoire des Detroit Pistons. Nelson Mandela, figure planétaire, symbole de la lutte contre l'aparthied et prix Nobel de la paix, a un jour posé avec une veste et une casquette des Detroit Pistons ! Comment est-ce possible ? Mandela était-il un fan de Bill Laimbeer ou de Rick Mahorn ? Dans le premier podcast de 2020, je vous raconte l'histoire derrière cette photo. Prise en 1990 à Detroit dans le cadre d'une visite de Mandela dans tous les Etats-Unis, cette photo en dit long sur la ville de Detroit et par extension sur le basket des Pistons. En effet aujourd'hui, nous parlerons pratiquement que de la singularité de cette ville, sa différence avec le reste des USA et les combats qu'elle a mené. Si Nelson Mandela a visité Detroit à peine libéré, ce n'est pas pour rien : il a trouvé dans la Motor City l'endroit parfait pour parler aux travailleurs et aux syndicalistes, ainsi que la ville qui a du faire face aux discriminations et aux conflits raciaux. Ce qui nous intéressera ici, c’est la manière dont les Pistons de l'époque étaient fidèles à la ville de Detroit. Si Nelson Mandela a accepté de revetir les couleurs des Detroit Pistons, c'est aussi parce qu'il savait que la franchise partageait les valeurs de la ville qu'il venait visiter. Pendant tout le podcast, nous revenons donc sur les connexions, même symboliques, qui peuvent exister entre l'homme politique sud-africain, la ville de cols-bleus et cette franchise de basket. Pour aller plus loin :  - Nelson Mandela Comes to America - Remembering Nelson Mandela and Detroit - Remembering Mandela in Detroit: You are my friends and comrades - La Bataille de l'Overpass "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
27:22
January 14, 2020
Le grand QUIZ spécial Detroit Pistons | Episode 15
On finit la saison en beauté ! Après 14 épisodes des Chroniques de Motor City, on profite des fêtes pour vous proposer un Grand Quiz ! Au programme, 20 questions sur des thèmes aussi différents que la Culture Générale, les exploits des Pistons, le palmarès NBA de la franchise et bien d'autres choses sympathiques. Le déroulé du podcast : on vous pose la question, vous avez à chaque fois 5 secondes de réflexion et finalement, on vous donne la réponse avec les explications qui vont bien, histoire de continuer à arpenter la Culture des Detroit Pistons. Qui a marqué le plus de points dans un match ? Combien de Finales ont joué les Pistons ? Voici le genre de question que vous pourrez trouver dans le dernier épisode de la saison. On compte ensuite sur vous pour partager la note que vous avez obtenu au quiz sur les réseaux !!! Et bien évidemment, pas d’inquiétude, les Chroniques de Motor City reviennent en Podcast dès le mois de Janvier. Si vous voulez faire un beau cadeau pour Noel, pensez à faire un saut sur iTunes pour y mettre une note et un commentaire. Ça permettra de faire connaitre les Chroniques aux autres fans des Pistons ! 
30:26
December 18, 2019
Les 16 points en 94 secondes d'Isiah Thomas | Episode 14
En 1984, Isiah Thomas a marqué pour la première fois l'Histoire des Detroit Pistons. Dans ce 14ème épisode du Podcast Les Chroniques de Motor City, je vous raconte ce jour pas comme les autres, cette performance incroyable dans le Game 5 du premier tour des playoffs 1984. A cette époque, le premier tour se jouait au meilleur des 5 matchs et Detroit devait battre les Knicks de Bernard King pour passer enfin un tour, ce qu'ils n'avaient pas fait depuis 1976. En 1984, les Pistons n'étaient pas encore les Bad Boys et Isiah Thomas était cet electron libre qui menait l'équipe à une rythme d'enfer. Les Pistons marquaient énormément de points mais restaient fragile en défense. Cette série de playoffs témoigne bien de cet état, avec un Bernard King qui a tourné à 42 points de moyenne !!! Ce dernier match, New York l'a dominé jusqu'à 1 minute et 34 secondes de la fin de la rencontre. A ce moment-là, Isiah Thomas décide de prendre les choses en main et va marquer dans ces 34 dernieres secondes les 16 derniers points de son équipe et permettra à Detroit d'arracher la prolongation. Devant le défi de raconter - sans les images - cette performance extraordinaire, j'ai choisi de changer un peu le ton du podcast en m'inspirant des Grands Récits du Podcast d'Eurosport. Cet épisode a été plus travaillé et plus écrit pour en faire un vrai récit ! Pour aller plus loin : - Les Grands Récits d'Eurosport, Podcast - Le match complet entre les Pistons et les Knicks en 1984  - Knicks win in overtime and eliminate the Pistons, New York Times - Les Maillots Retirés – le 11 de Isiah Thomas, meilleur joueur de l’Histoire des Detroit Pistons, PistonsFR "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
22:41
December 3, 2019
La mystérieuse disparition de Bison Dele | Episode 13
Existe-t-il joueur plus atypique que Bison Dele à avoir foulé un jour les parquets NBA ? Dans l’épisode du jour, nous allons retracer la vie de celui qui est né sous le nom de Brian Williams avant d'en changer en cours de route. Un podcast qui va prendre des airs d'enquête criminelle puisqu'à ce jour, Bison Dele reste porté disparu, présumé mort, assassiné lors d’un voyage en bateau. Ancien joueur du Magic, des Nuggets, des Clippers et des Bulls avec qui il a été champion, Bison Dele était un basketteur unique, qui a du faire face à la dépression, qui aimait lire de la poésie et pour qui le basket était secondaire. Puisqu'il est dans les Chroniques de Motor City, c'est forcement que Bison Dele a joué pour les Pistons : deux ans, de 1997 à 1999, les saison où il a obtenu les meilleures chiffres de sa carrière . Et c'est après ce passage à Detroit que sa vie est devenu irréaliste, jusqu'à sa fin mystérieuse en juillet 2002. En plus d'être un joueur hors-norme, Bison Dele a aussi choqué par sa mort, lorsqu'il a complètement disparu de la surface du monde et que plus personne n’a plus jamais entendu parler de lui. Toute la deuxième partie de ce podcast sera consacrée à l’enquête sur la disparition de l'ancien Piston. Pour aller plus loin : - Lost Soul, Sports Illustrated - Bison Dele, un parcours atypique et tragique, Basket Retro - The Unique Life And Mysterious Death Of Bison Dele, TieBreaker - The Generation Why, Podcast "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
28:15
November 19, 2019
Quand Detroit "gagnait" Dave Bing en perdant à Pile ou Face | Episode 12
Aujourd'hui on parle de la draft NBA 1966, l'un des plus grands moments de l’Histoire des Detroit Pistons. Lors de cette draft, le first pick a été joué à pile ou face entre les deux pires équipes de la NBA. D'un coté les Knicks, de l'autre les Pistons. Detroit perdra ce pile ou face et ne pourra pas drafter le joueur qu'ils souhaitaient, c’est à dire Cazzie Russell, de Michigan. Mais pourtant c’est Detroit qui fera la meilleure affaire au final, en ramenant Dave Bing, futur Hall of Famer. C’est littéralement ce pile ou face perdu qui aura permis aux Detroit Pistons d’obtenir l'un des meilleurs joueurs de son histoire. Dave Bing sera l’un des premiers meneurs à impacter le jeu. Contrairement aux autres meneurs de l’époque, Bing va se démarquer par son volume de shoots inédit pour son époque. Lors de sa saison sophomore, il tourne à 24 tirs par match, ce qui fera de lui le joueur le plus prolifique de la NBA.  Dans ce podcast, nous parlerons de ce joueur qui a réussit, sur les années 60 et 70 très difficiles pour les Pistons, à donner quelques sensations au public de la Motown. Mais au delà du jeu, Dave Bing a été une personnalité très engagé auprès de la jeunesse défavorisée de Detroit. Il deviendra même Maire de la ville en pleine crise économique.  Pour aller plus loin : - Les Maillots Retirés – le 21 de Dave Bing, de star des Pistons à Maire d’une ville en faillite - Dave Bing: A Life of Challenge - Reflections On Dave Bing's Tenure As Mayor Of Detroit - The Long Weird History of the NBA Draft "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
27:12
November 5, 2019
Les Bad Boys vs les Bulls de Jordan, LA rivalité | Episode 11
Sur la fin des années 80, les Detroit Pistons et les Chicago Bulls se sont affrontés à de nombreuses reprises dans le sang, la sueur et les pleurs.  Il sont devenus au fil des oppositions de vrais ennemis au point de se détester. D'un coté, il y a avait les Bad Boys, un collectif de têtes brûlées à la limite du raisonnable et de l'autre les Bulls de Michael Jordan, le meilleur joueur de sa génération et peut-être même plus. Entre 1988 et 1991, les deux franchises se sont à chaque fois rencontrés en playoffs, dont 3 fois consécutivement en Finales de Conférence. Les joueurs se détestaient et de cette haine est né le basket le plus intense de cette décennie. Le destin des Bad Boys s'est brutalement fracassé contre celui de Jordan, les Pistons retardant pendant de longues saisons le triomphe de sa Majesté. Dans la Chronique du Jour, nous allons revenir sur les affrontements entre les deux franchises mais aussi parler de toute la rivalité qui existait dans cette NBA d'une autre époque. Ça sera l’occasion d'expliquer en quoi les Bulls sont responsables du nom "Bad Boys" mais aussi lever un peu le voile sur la réalité des "Jordan Rules. Pour aller plus loin : - Les rivalités de la NBA - Volume 1, Julien Müller - Vidéo de l'affrontement entre Mahorn et le reste des Bulls, Twitter - 30 for 30 Bad Boys, ESPN - The Toughest Meanest and Nastiest Oakland Raiders Then and Now, BR "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
29:45
October 22, 2019
Mais pourquoi les Pistons ont-ils drafté Darko Milicic en 2003 ? | Episode 10
Lors de la draft 2003, laissant de coté Carmelo Anthony, Chris Bosh ou Dwayne Wade, les Detroit Pistons ont drafté en 2ème position le Serbe Darko Milicic, à peine 18 ans à l'époque. Contrairement à ces 3 futurs Hall of Famers, Darko Milicic a eu une carrière médiocre et aujourd'hui, ce choix est considéré comme l'un des plus gros ratages de l'Histoire de la NBA. Mais alors : mais pourquoi les Pistons ont-ils drafté Darko Milicic en 2003 ? C'est la question à laquelle nous allons essayer de répondre dans le podcast d'aujourd'hui. Nous allons retourner en 2003 pour expliquer le contexte de l'époque et la tendance dans laquelle était la NBA (recherche du nouveau Dirk, défiance du circuit lycéen,...) On parlera bien évidemment de l’incompétence des Pistons sur ce dossier puisque Joe Dumars a déjà avoué par le passé que l'équipe avait mal travaillé. Mais c’est un fait : beaucoup d'autres franchises auraient fait ce même choix. Nous reviendront sur l'attitude de Darko Milicic, qui n'était pas prêt à jouer chez les adultes et qui n'a pas eu le comportement qu'il fallait, surtout avec un coach comme Larry Brown. Et à la fin de cette Chronique, on comprendra peut-être pourquoi les Pistons ont choisi Darko Milicic en 2ème position de la draft 2003. Pour aller plus loin : - Milicic not your typical European teen phenom, ESPN - The chosen ones, ESPN - Darko Milicic, l'histoire raciste du plus gros fiasco de l’histoire de la NBA, Slate - Chauncey Billups literally had to teach Darko Milicic how to shower, NBC - WHAT IF – 2003, la mauvaise pioche des Pistons, QI Basket "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
26:20
October 8, 2019
Korleone Young, le symbole | Episode 9
Pour justifier l'interdiction pour les lycéens de passer directement en NBA sans au moins un an en NCAA, la Ligue utilise principalement l'image d'un joueur : Korleone Young, éphémère joueur des Detroit Pistons le temps de 3 matchs en 1999. Pour la réussite d'un Kobe Bryant, doit-il forcement y avoir un Korleone Young ? Dans le podcast du jour, on va revivre la vie tumultueuse de Korleone Young et voir que tout n'est pas si simple. De la banale famille dysfonctionnelle à l'influence du circuit AAU, en passant par l'échec, la dépression et l'alcool, Korleone Young a vécu une vie loin d'être évidente et rien ne dit que l'université l'aurait sauvé. Influencé par le sinistre Myron Piggie Sr. et en arrivant en NBA au pire moment (lock out 98), Korleone Young a finit par ne jouer que 15 minutes sur toute sa carrière chez les Pistons. Et pourtant son histoire mérite d'être racontée. Pour aller plus loin : - The Forgotten Phenom, Grantland - AAU Basketball - Entre régression et lutte financière, QI Basket - Korleone Young, le tragique destin d’un gamin perdu, BasketUSA - Sole Influence: Basketball, Corporate Greed, and the Corruption of America's Youth, Livre "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
25:13
September 24, 2019
Rasheed Wallace, l'échange décisif | Episode 8
Et si Rasheed Wallace n'avait pas débarqué chez les Detroit Pistons en Février 2004 ? Detroit aurait-il réussi à être champion quelques semaines plus tard ? A se sortir des griffes des Nets et à écraser les Lakers en Finales ? Ce sont toutes ces questions qu'on se pose aujourd'hui dans le nouvel épisode des Chroniques de Motor City. Rasheed Wallace est dans tous les cas un membre très important de cette période chez les Pistons : il est plus que le favori des fans, plus qu'une machine à fautes techniques. Sheed est ce joueur qui a trouvé à Detroit un vrai endroit pour s'épanouir, loin de Portland et de ces JailBlazers, où on lui demandait d'être un héros. Ensemble on va donc revivre cette saison 2004 sous le prisme de l'arrivée de Rasheed Wallace et se rememorer tous ces bons moments ! Pour aller plus loin : - Les soucis du Sheed avec les arbitres en 2003, ESPN - The Block de Tayshaun Prince, Youtube - Detroit Pistons 2003-04 : la victoire des cols bleus, BasketUSA - Le seul match de Rasheed Wallace avec les Hawks, Sports Illustrated "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
23:10
September 10, 2019
La difficile relation entre les Pistons et Detroit | Episode 7
Pourquoi les Detroit Pistons jouent dans une salle vide aujourd'hui ?  C'est la question à laquelle nous allons essayer de répondre dans cet épisode des Chroniques de Motor City. Nous allons parcourir 60 ans d'histoire des Pistons mais uniquement en se focalisant sur la relation qu'ils ont entretenu avec la ville de Detroit. Nous allons voir que les choix successifs de salle, où les Pistons ont souvent été relégués au second plan, ainsi que le manque d'attrait sportif sur de longues périodes ont fragilisé cette relation. Il y a aussi cet éloignement du centre-ville, qui a duré de longues années. Quand les Bad Boys ont enfin offert de la fierté à leurs supporters, ceux-là n'étaient plus de Detroit, mais de la banlieue, de Pontiac, de Auburn Hills... Toute cette gestion difficile explique que les Pistons n'ont plus vraiment de fanbase solide en 2019. Pour aller plus loin : - When the Pistons played at Olympia Stadium - The Pontiac Silverdome: from dream arena to symbol of American decay - Dee-troit Basketball ! - Photo du Pontiac Silverdome en configuration Basket - Les 16 points d'Isiah Thomas en 94 secondes "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
21:29
August 27, 2019
Jack Molinas, la NBA version Scorsese | Episode 6
L’histoire des Chroniques de Motor City concerne Jack Molinas, basketteur exceptionnel dans la lumière et escroc dans l’ombre. Superstar universitaire, Molinas est drafté à la 3ème place en 1953 par les Fort Wayne Pistons et qui commence tellement bien sa carrière NBA qu’il est immédiatement nommé au All-Star Game. Mais depuis l'adolescence, Jack Molinas tisse des liens étroit avec la pègre et commence à parier sur les défaites de sa propre équipe en NCAA, lâchant les matchs sans scrupule. Le manège continue en NBA mais Molinas finit par avoir les yeux plus gros que le ventre. Tel un film de gangster, Jack Molinas connaîtra pendant 20 ans les paris, escroqueries et magouilles jusqu’à son assassinat en 1975 par la mafia…. Pour aller plus loin : Jack Molinas, l’homme qui voulait corrompre la NBA, BasketUSA Explosion II: The Molinas period, ESPN Molinas's Past Sifted For Clues, New York Times The Wizard of Odds: How Jack Molinas Almost Destroyed the Game of Basketball, Livre "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
21:07
August 13, 2019
L'amitié brisée entre Isiah Thomas et Magic Johnson | Episode 5
Le leader des Bad Boys Isiah Thomas et le meneur légendaire des Lakers Magic Johnson ont partagé une véritable histoire d’amitié dans les années 80. Alors qu'à l'époque, les stars NBA ne vivaient que pour la rivalité sportive, Magic et Isiah sont devenus de vrais frères. L'un pouvait compter sur l'autre et leurs bises avant chaque match sont devenues de vrais sujets de discussion. Mais en 1988, Pistons et Lakers s'affrontent en Finales NBA. Alors que les observateurs se demandent comment ils vont réagir, Isiah Thomas et Magic Johnson privilégient leurs équipes à leur amitié. Sans se douter des dégâts que ca entraînera sur leur relation. 3 ans plus tard, après 3 saisons de confrontation, les deux joueurs se brouillent définitivement. Magic est séropositif, se retire de la NBA mais des rumeurs commencent à naître sur lui. Des rumeurs attribuées au joueur des Detroit Pistons... Dans ce podcast, je vous propose de revivre 30 ans de relation entre Magic Johnson et Isiah Thomas, d'abord les temps heureux, puis la rivalité, la guerre ouverte et enfin la réconciliation en 2017 sur NBA TV. "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
23:17
July 30, 2019
La construction des Bad Boys | Episode 4
L'équipe des Pistons championne 1989 et 1990 restera pour toujours dans l'Histoire de la NBA. Surnommés les Bad Boys, Isiah Thomas, Bill Laimbeer, Joe Dumars, Dennis Rodman et tous les autres joueurs de l'époque ont bousculé le basket américain sur la fin des années 80. Mais comment cette équipe s'est construite ? Dans la Chronique d'aujourd'hui, le vous raconte les principaux mouvements réalisés par les Pistons pour mettre en place ce roster de légende. On commencera en 1981 avec la draft d'Isiah Thomas pour finir en 1989 avec un dernier mouvement crucial, quelques mois avant le premier titre. Au cours de ce podcast, un nom sera souvent utilisé : celui de Jack McCloskey, l'architecte des Bad Boys, celui qui n'a pas hésité à multiplier les échanges et les paris pour enfin offrir un titre à la franchise. "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
22:41
July 16, 2019
Pistons-Lakers 1950, le match le plus long | Episode 3
Le 22 Novembre 1950, les Fort Wayne Pistons se déplaçaient sur le terrain des Minneapolis Lakers, champions en titre menés par George Mikan le meilleur joueur de basket de l'époque. Ce match que je vous raconte dans ce podcast est rentré dans l'Histoire comme étant le match le moins prolifique de toute l'Histoire de la NBA. A la fin de 48 minutes complètement folles, les Pistons ont remporté la rencontre sur le score de... 19 à 18 !! Convaincu qu'il ne pouvait pas gagner à la régulière, Murray Mendenhall, le coach des Pistons, choisit donc une autre stratégie pour réussir l'exploit de battre les Lakers. Dans ce 3ème épisode des Chroniques de Motor City, je vous raconte donc comment les Pistons ont réussi leur coup ! Ce record, qui ne sera plus jamais battu, a eu beaucoup d'influence sur la NBA qui a du, par la suite, changer certaines de ses règles pour éviter que d'autres situation de ce genre ne se reproduisent. Sources : NY Times ESPN Classic Stew Thornley Retro Indy ERRATUM 06:53 : il faut comprendre "1 an" au lieu de "3 ans" "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
23:42
July 2, 2019
Malice At The Palace, comme si vous y etiez | Episode 2
Pour le deuxième épisode des Chroniques de Motor City, nous revivons l'énorme baston entre les Pistons et les Pacers de Novembre 2004 appelée Malice At The Palace. Événement bien connu des fans de NBA, Malice At The Palace va bientôt fêter ses 15 ans, donc ce 19 Novembre 2004 mérite d'être raconté. Nous prenons place dans les gradins du Palace d'Auburn Hill et nous nous apprêtons à vivre l'une des pires soirées de toute l'histoire de la NBA. Avec dans les rôles principaux : Ron Artest, Ben Wallace, Stephen Jackson et quasiment tout le public de Detroit... Les images du fight :  https://www.youtube.com/watch?v=ONfKrtMCUXc  Pour ceux qui aiment lire, plus d'informations disponibles sur www.pistonsfr.com "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
17:38
June 18, 2019
Pourquoi les Pistons s'appellent les Pistons ? | Episode 1
Premier numéro officiel des Chroniques de Motor City et pour remettre tout le monde au même niveau, je vais vous raconter l'origine du nom des Detroit Pistons, ce nom qu'ils portent depuis leur création. Si le lien entre Detroit et le monde automobile a l'air évident, ce n'est pas exactement comme cela que les choses se sont passées lorsqu'il a fallu trouver un nom à la toute jeune franchise NBA. Pour ceux qui aiment lire, plus d'informations disponibles sur www.pistonsfr.com "Les Chroniques de Motor City", c'est votre podcast dédié à l'Histoire et à la Culture des Detroit Pistons. Ensemble, nous voyageons dans le temps pour découvrir ou re-découvrir les moment qui ont compté dans la vie de la Franchise. Podcast humblement piloté par @PistonsFR
11:17
June 4, 2019
Présentation des Chroniques de Motor City | Episode 0
Avant la publication officielle du numéro 1, voici le numéro 0 de votre nouveau podcast dédié à l'Histoire et à la culture de la franchise des Detroit Pistons en NBA : les Chroniques de Motor City. Depuis 2013, j'officie sur le compte Twitter @PistonsFR où je relaie toute l'actualité autour de la franchise et j'écris sur le site www.pistonsfr.com sur la vie des Pistons mais aussi beaucoup sur son Histoire depuis 1941. C'est cette histoire qui sera le cœur de ce podcast. Dans ce numéro 0, je vous explique comment j'en suis arrivé à ce podcast et ce que vous pourrez retrouver dans les futurs numéros. Les Podcasts cités comme inspiration : - L'Echo des Parquets - PosterDunk - Starting Five Les Podcasts NBA Fr : - NetsTalk - Dallas Mavs France - French Big  Ballers - Bullshit
05:36
May 11, 2019