Skip to main content
Récréation Sonore - Radio Campus Paris

Récréation Sonore - Radio Campus Paris

By Récréation Sonore
Trois dimanche par mois à 18h Récréation sonore est le rendez-vous des oreilles curieuses sur Radio Campus Paris. La création sonore sous toutes ses formes: documentaires, fictions, reportages élaborés, paysages et cartes postales sonores, Hörspiels, musiques électroacoustiques et expérimentales, collages, ovnis sonores etc.
Listen on
Where to listen
Apple Podcasts Logo

Apple Podcasts

Breaker Logo

Breaker

Google Podcasts Logo

Google Podcasts

Pocket Casts Logo

Pocket Casts

RadioPublic Logo

RadioPublic

Spotify Logo

Spotify

Currently playing episode

S3 E28 La nuit #2 trous noirs, catacombes

Récréation Sonore - Radio Campus Paris

1x
S3 E29 La nuit #3 English episode // NOCTURNE feat. Vanessa Lowe
Text/description - podcast et Insta: Featuring THE SOUND OF MOONLIGHT an episode of the Nocturne podcast. Vanessa Lowe produces the show which she's been writing, editing and sound designing on her own for the past 7 years. Check out more episodes of Nocturne here: https://nocturnepodcast.org/the-sound-of-moonlight/This episode of Recreation Sonore was produced and presented by Abi McNeil. Music : "Fundamental Values" by Nils Frahm.
39:43
April 25, 2021
S3 E28 La nuit #2 trous noirs, catacombes
Des histoires de trous noirs, de galaxies, de constellations et d’observations du ciel dans les Alpes de Haute Provence ; un « field recorder » qui pense entendre un disque de punk dans l’enregistrement d’une tempête de tous les diables ; Et trois scènes de théâtre : une excursion dans les catacombes de Paris, un homme politique énervé que ses gardes du corps mettent au lit et une écrivaine en manque d’inspiration. C’est Récréation Sonore et, comme la semaine dernière, nous parlons de la nuit, avec Antoine Bellanger, Chloé Sanchez et les membres de L’Atelier Théâtre de la Compagnie Dire et Ouïr. Une nuit de tempête “Gau On”, en basque, ça veut dire bonne nuit. Produit par Antoine Bellanger, Gau On est un disque en vinyle recyclé et à la pochette imprimée artisanalement grâce à une encre faite avec des pommes de pin glanées après une nuit de tempête… Une nuit, donc, dans le Pays basque. Une tempête terrible. Un simple micro, caché sur la colline. Au petit matin, Antoine Bellanger serpente entre les débris pour aller récupérer son matériel. Dans la carte mémoire, 12 heures de coupes de vent qui sonnent, comme nous l’a dit Antoine, comme “un disque de punk”. Ce mois-ci, Antoine Bellanger lance donc le vinyle de Gau On, que l’on peut se procurer au prix de 20 euros (+ 5 euros de frais de port) en se rendant sur https://antoinebellanger.hotglue.me/ La nuit pleine de lumière de l’espace intersidéral « Au Pays des Astro » : Chloé Sanchez, membre historique de Récréation Sonore, est montée jusqu’à l’Observatoire de Haute-Provence, plus précisément au Centre d’Astronomie de Saint-Michel-l’Observatoire. On y observe en plein jour, le soleil, mais aussi, en pleine nuit, à la recherche de réponses sur des phénomènes simples, comme la rotation de la terre, et d’autres, plus mystérieux, comme celui des trous noirs… La nuit en trois piécettes de théâtre Comme chaque mois, voici trois scènes écrites et interprétées par les membres de l’Atelier Théâtre de la Compagnie Dire et Ouïr. Avec Alice Bellefroid, Corinne Frimas, Isabelle Gozard, Bernard Pellegrin, Sophie Tandel, Delphine Zingg et François Bordonneau. “Une nuit sous terre”, de Sophie Tandel : six amis qui vont visiter – clandestinement – les catacombes, jusqu’au moment où ils tombent sur un promeneur solitaire, l’étrange Jérémie, polyglotte bègue… “Fin de soirée à l’Hôtel des Voyageurs”, de François Bordonneau : Jean-Pierre Grine est un leader écologiste très populaire qui bat la campagne, de ville en ville, d’hôtel en hôtel : ce soir il vient dormir à l’Hôtel des Voyageurs, où Sophie, son assistante, prépare sa chambre. Jérémie, qui loge dans la chambre d’à côté, s’enthousiasme lorsqu’il découvre que son idole va passer la nuit dans l’hôtel. Jusqu’à ce qu’il découvre le vrai visage de Jean-Pierre Grine… “Alice, la lune, la nuit” de Isabelle Gozard : Alice, une écrivaine en panne d’inspiration, essaie d’inventer des aventures à Jérémie, son personnage. La Nuit et la Lune assistent à la scène et ne sont pas avares de commentaires… La semaine prochaine, vous avez rendez-vous avec Abi McNeil, toujours pour parler de la nuit ou, plutôt, de « la night », puisqu’il s’agira de notre émission mensuelle 100% en anglais.
50:19
April 18, 2021
S3 E27 La nuit #1 énigmatique et inquiétante
En ce dimanche d’avril , premier épisode du cycle sur la  nuit de Récréation Sonore.  Nuit qui se fait multiple, sonore, énigmatique et inquiétante . Ecoutons toutes les vies qui l’habitent, oiseaux et les papillons de nuit, mais aussi peur d’enfants et terreurs nocturnes … En compagnie de Floriane Pochon de Phaune Radio, de Cabiria Chomel, d’ Emmanuelle Gibello et Renée Greusard, plongeons au coeur de la nuit . Polyphaune #15, saison 2 :  Alerte au mâle hibou ! Lumière pliée dans ses plumes, Phaune Radio déploie ses ailes sur les branches de la nuit et s’entête à défoncer le point du jour. Plumes acérées, cri en suspension, silence majuscule et vol cursif, Strigidae et Tytonidae fendent l’air, l’air de rien, et rien ne pourra les faire terre. Phaune Radio suit donc à la lettre tous les signes de caractères de ces oiseaux de nuit et, en bon arracheur de temps, traverse les étoiles pour vous livrer ce nouvel épisode polyphaunesque. Avec des vrais morceaux de : Alan Tower, Setec, The Super Powered Owl (BBC), Yann Paranthoën, Pierre Huguet, Niobe, Chris Marker, Knud Viktor, Jean Claude Roché, Julia Hanadi, Cliff Edwards, Deaf Center, THF Drenchin, Twin Peaks, Gillian Welch & Alison Krauss, Legend of the Guardians: The Owls of Ga’Hoole (Zack Snyder), Uncle’s Bob Storybook Room, Archimede’s Laugh, The Incredible Transforming Owls Qui sont les papillons de nuit ? que font ils dans nos jardins ? Les enfants d’un atelier  en école primaire, à Bruxelles, ont confié leurs idées à Cabiria Chomel  Papillons de Nuit, 2015 . Nuit, un poème de Victor Hugo, est lu par Muriel KS . Emmanuelle Gibello nous propose une composition sonore “Pour faire peur aux enfants dans le noir”, issue de son album “Labyrinthe” . « Son style est indéfinissable, à la fois très imagé mais abstrait; trop froid pour être onirique, mais pas formaliste pour autant. Il est agréable de se perdre dans ce labyrinthe qui constitue une première proposition forte et porteuse.  » Francois Couture La nuit, quand la plupart des gens dorment tranquillement, Renée  affronte un monde hostile. Dans son sommeil elle voit des fantômes. Elle sent le sol qui s’écroule, le plafond qui tombe. Elle crie, elle hurle, parfois même elle cogne. Qui est le plus à plaindre : la mauvaise dormeuse ou son amoureux ? Et que faire pour que ça cesse ? Enquête médicale à la recherche du sommeil perdu. Terreurs nocturnes, une réalisation de Renée Greusard pour Arte Radio Musique Expérimentale Dans le cadre de notre partenariat avec le Studio d’Électroacoustique du Conservatoire de Pantin », nous écoutons une des compositions les plus récentes, une pièce  intitulée « Salcousmatique» de Valentin Sismann. Cette émission a été préparée et présentée par Muriel KS. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard. Musique  :  Poison de  Ona  –  Licence Creativecommons  
53:40
April 11, 2021
S3 E26 Sport #3 (feat. Two Tons of Hot Air - RTE Radio Ireland)
It’s not about where you’re going, it’s about the moment of drifting - taking in all of the sights around and beneath you. "Two Tons of Hot Air" (38'40) a documentary produced and presented by Maxwell Sweeny for RTE Radio Ireland in 1977 @rtedoconone. Music : "Fundamental Values" & "Says" by Nils Frahm. This episode of Recreation Sonore was produced & presented by @abimcneil *** Il ne s’agit pas de savoir où vous allez, mais du moment de dériver - admirer tous les paysages autour et sous vous. "Two Tons of Hot Air" (38'40) un documentaire produit et présenté par Maxwell Sweeny pour RTE Radio Ireland en 1977 @rtedoconone.
40:38
March 28, 2021
S3 E25 Le sport #2 Danse, piscine, coupe du monde et théâtre
Deuxième émission de notre cycle consacré au sport. On va parler de danse avec François Rescalou, de Piscine avec Claire Veysset et Edgar Imbault, de foot, avec Felix Blume. La séquence sera conclue par une création sonore d’Anne-Line Drocourt. Enfin, comme chaque mois, les membres de l’atelier théâtre de la Compagnie Dire et Ouïr ont écrit et interprété cinq mini scènes. “Première Danse” Il fut un temps où Arles était un carrefour de la danse contemporaine. Et les Alyscamps une grande scène ouverte aux gestes les plus contemporains. Pour cet autoportrait, réalisé dans le cadre d’un stage d’initiation à la réalisation sonore, François Rascalou – danseur, chorégraphe et metteur en scène – se souvient du lieu de ses débuts. « La Piscine” S’il trouve qu’il est parfois éprouvant de se jeter à l’eau les soirées d’hiver, Marc le regrette rarement. Ce Brestois de 58 ans y voit la possibilité de faire du sport sans transpirer et de prendre du plaisir aux côtés d’inconnus tout nus, sans se gêner, sans se juger. On le suit à la piscine municipale, grâce au micro de Claire Veysset et Edgar Imbault, pour un mini documentaire réalisé dans le cadre de l’atelier de création radiophonique de l’Université de Bretagne Occidentale mené par Longueur d’Ondes et Oufipo. Coupe du Monde de foot Et maintenant : du foot. Enfin… du foot à la manière de Felix Blume. Réalisé avec Sara Lana et produit par Arte Radio en 2018, “Radio Mondial” est un collage de six minutes qui fait revivre la finale de la coupe du monde 1998 à travers les commentaires d’une soixantaine de radios du monde entier, du Ghana à la Pologne, de l’Indonésie au Brésil… Une création sonore Avec « Du Sport ! », Anne-Line Drocourt nous propose une collage sonore très rythmé – presque une pièce de musique électroacoustique. Théâtre On termine cette émission avec notre désormais traditionnelle séquence théâtre. ce mois-ci, les membres de l’atelier théâtre de la Compagnie Dire et Ouïr ont composé des scènes sur le thème du sport. On va y entendre parler du “sportif au lit”, d’un couple qui s’effrite au contact d’une footballmania, d’une thérapie miracle et, enfin, d’une séance de sport en Ehpad, un peu spéciale. Avec Alice Bellefroid, Corinne Frimas, Isabelle Gozard, Bernard Pellegrin, Sophie Tandel, Delphine Zingg et François Bordonneau.
51:31
March 21, 2021
S3 E24 Le sport #1
Ce 14 mars, Récréation Sonore entame un cycle de trois émissions consacrées au sport, avec des documentaires, de la création sonore et du théâtre. Il y a 9 jours, le 5 mars, à 8h35 précises, Ari Huusela était le dernier concurrent du Vendée Globe à franchir la ligne d’arrivée, après plus de 116 jours en mer et plus de 36 jours après l’arrivée du vainqueur de cette course. On va donc parler de voile et de course au large, non pas en solitaire mais en équipe et par étapes : nous allons entendre Eric Loizeau, navigateur – devenu alpiniste – raconter sa participation à la Whitbread en 1977-78, une course autour du monde par étapes et en équipage. Dans ce récit, réalisé par Camille Juzeau pour l’excellent podcast Les Baladeurs, Eric Loizeau parle de son parcours – notamment avec Eric Tabarly – il parle du bateau, transformé pour la course, il parle des galères et des réussites, des grosses frayeurs et des moments de grâce… Après ce long monologue d’Eric Loizeau, on vous propose de ré entendre l’entretien que Camille Juzeau nous avait accordé en octobre dernier. Création sonore avec des sons de vélo Invité régulier de Récréation Sonore, Yves Zysman nous propose “A bicyclette”, création sonore extraite d’une pièce plus longue réalisée pour La Nuit Blanche 2014. Yves a posé ses micros le long de la piste cyclable du canal de l’Ourcq et… il a attendu. Son idée, c’est de renvoyer chacun à son propre imaginaire et aux sensations suscitées par le mouvement, le rythme, la musicalité, la circulation et l’ambiance à bicyclette… La semaine prochaine, on continue à parler de sport, avec une séance de piscine ainsi que les saynètes écrites et interprétées par l’Atelier Théâtre de la Compagnie Dire et Ouïre.
50:57
March 20, 2021
S3 E23 L'invisible #2
Dimanche 28 février, pour la troisième émission du cycle sur l’invisible, on part chez les Gnaouas, ses musiciens traditionnels marocains dont la musique permet de communiquer avec les esprits… Au programme également, l’Atelier Théâtre de la Compagnie Dire et Ouïr et le Studio d’Electro-Acoustique du Conservatoire de Pantin. Gnaouas Deux variations sur le thème des Gnaouas du Maroc, d’abord avec Zineb Soulaimani, qui est allée, à Tanger, écouter « Abdulah, maître gnawa ». Puis à Paris, avec Gabriel Faure, qui, pour « Le Monde invisible des Gnaouas », a interrogé plusieurs personnes qui, par la transe que la musique des Gnaouas permet d’atteindre, ont pu régler certains de leurs problèmes… Théâtre ! Ce mois-ci, l’Atelier Théâtre de la Compagnie Dire et Ouïr a composé un cadavre exquis, écrit à 14 mains. Une petite pièce de théâtre qui part du mot “invisible” pour aller… bien ailleurs, cadavre exquis oblige ! Avec Alice Bellefroid, Corinne Frimas, Isabelle Gozard, Bernard Pellegrin, Sophie Tandel, Delphine Zingg et François Bordonneau. Musique expérimentale On écoute “Hyper Ultra”, de Manil Lamriben, élève du Studio d’Electroacoustique du Conservatoire de Pantin. « Les adjectifs « hyper » et « ultra » sont normalement employés pour exagérer à l’extrême les mots qu’ils accompagnent. Ici, ils accompagnent le rien, l’invisible, ils l’exagèrent, et avec cette pièce, je souhaitais représenter ce sentiment de vide, de silence mental, à la fois pesant et apaisant. Cependant ce qui n’est pas perceptible par un de nos sens s’offre souvent à un autre ou à nos instincts et intuitions. Je souhaitais que mon auditeur.trice ne sache plus différencier ce qui a été écrit de ce qu’il.elle a pensé avoir perçu, mais aussi, d’un point de vue plus personnel, je voulais savoir si ce rien était en réalité quelque chose de tangible dans lequel je pouvais puiser de l’inspiration ou s’il n’était que vide sans aucune finalité possible pour moi. C’est ainsi que cette pièce débute par des sons « inaudibles ». Inaudibles pour une grande partie des êtres humains parce qu’ils se situent dans la région fréquentielle dont nous perdons immanquablement la perception à partir d’un certain âge » Manil Lamriben
01:04:43
February 28, 2021
S3 E22 L’invisible #1
Récréation Sonore  ouvre un nouveau cycle sur l’invisible,  avec l’envie de nous surprendre, de nous intriguer, de nous questionner. Invisible fictionnel et énigmatique, invisible scientifique et humoristique, invisible nostalgique et poétique.   Ouvrons nos oreilles à ces invisibles… La convergence des méridiens Après l’avoir abandonnée lorsqu’elle était enfant, un père donne rendez-vous à sa fille un soir d’été sur une plage en Bretagne afin de renouer avec elle. Leurs retrouvailles vont converger avec l’inattendu… Drame fantastique (épisode pilote d’une série à venir) réalisé par Guillaume Lecamus avec la complicité d’Alexandre Plank, Antoine Richard et Baptiste Tanné et dans le cadre du stage    « Nouvelles fictions sonores »  de Phonurgia, été 2020, Dinard. Voix: Léa Chatauret et Fred Marty. La seconde « La seconde est la durée de 9 192 631 770 périodes de radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l’état fondamental de l’atome de Césium 133 » Peut on entendre toutes les secondes qui vivent dans une seconde ? Peut on voyager dans l’immensité de cette toute petite fraction du Temps ? Ecrit et réalisé par Charlotte Costes-Debure avec la complicité d’Alexandre Plank, Antoine Richard et Baptiste Tanné pendant le stage « Nouvelles fictions sonores » de Phonurgia à Dinard en Août 2020. Au bord du chant de l’exil Portraits croisés de personnes en exil -Une composition de Jacky Merit avec  des textes écrits par Nassima , Zohal, Mamad, Ekmat, Saied. Un espace sonore où se déploient et se croisent les paroles de cinq personnes ayant vécu l’exil, habitant aujourd’hui Toulouse. Textes poétiques, réflexions philosophiques, témoignages et extraits d’entretiens s’entretissent pour exprimer des zones intérieures, des souvenirs, des manières d’être au monde et aux autres, teintées d’une sensibilité et d’un vécu, par essence singuliers. Nassima – voix et co-autrice des textes, a écrit un texte sur cette expérience sonore Une production de « Arts en acte »  dans le cadre du projet « d’Ici et d’ailleurs », en partenariat  avec l’association Hambastegi, et avec le soutien du  Conseil Départemental de la Haute Garonne. Cette émission a été préparée et présentée par Muriel KS.   Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard. Musique de fonds : To the Great Beyond, de Stellardrone.
59:13
February 21, 2021
S3 E21 La famille #4 Paroles de filles
#parolesdefilles En ce dimanche de Saint Valentin,  Récréation Sonore  reste en famille et  propose une programmation non pas amoureuse mais filiale: nous allons donner la parole à des filles parlant de leurs parents . Nous écoutons ce soir deux autrices qui ont pris le micro pour évoquer l’héritage de son père, pour Emmanuelle Gibello, le secret de sa mère pour Laure Porthé. Transmission, héritage, mémoire, souvenir, histoire,  secret, filiation sont les mots de cette émission. Elle c’est ma fille, de Laure Porthé « L’été ça fait toujours des histoires… c’est ce qu’on finit par croire quand on a 10 ans et que les grands se disputent. Assise sur les marches de la maison, je regarde passer une fourmi et j’entends les mots, les noms et les cris depuis la cuisine. Je ne comprends pas et pourtant je n’oublierai jamais.» Cette création a été réalisée par Laure Porthé et a remporté le 2è prix au concours Arte Radio 2017 « Un été singulier » Esculape en Algérie, d’Emmanuelle Gibello C’est dans l’héritage intellectuel qu’un père transmet à sa fille que cette création prend son inspiration. Elle propose un questionnement sur le cheminement des souvenirs au travers des différentes strates des mémoires. Emmanuelle Gibello pose ici un regard bienveillant, sur l’homme vieillissant que son père est devenu, en mettant en corrélation deux textes qu’il a écrit à peu près au même moment : « Pensée, mémoire, folie« , un essai publié en 2013 chez Odile Jacob, où il tente d’expliquer la complexité et le polymorphisme de la mémoire et « Esculape en Algérie« , un texte inédit, où il remonte dans ses souvenirs de jeunesse, pour raconter avec humour et bienveillance son service militaire en tant que jeune médecin appelé dans le petit village d’Edgar Quinet, au sud de la région des Aurès. Nous sommes en 1959, il a 27 ans. Ce documentaire est une plongée dans les fragments d’une mémoire qui s’efface. Le son y est pensé comme un tissage mental. La création sonore et la musique sont créées à partir de sons enregistrés dans le village et aux alentours de Faucogney-et-la-Mer, où Bernard Gibello est en train de s’éteindre. C’est le hors-champ des mots. On y capte à la fois le paysage qui l’entoure, mais aussi l’activité mentale qui continue de l’habiter. Il se tisse un dialogue entre les deux textes, entre deux époques, entre un père et sa fille. Un documentaire de Emmanuelle Gibello, réalisé par Jean-Philippe Zwahlen. Une production de David Collin soutenue par le fonds Gulliver, une initiative de la RTBF, de la RTS, du service de la Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la SCAM-SACD Belgique et France. Cette émission a été préparée et présentée par Muriel KS. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
58:10
February 14, 2021
S3 E20 Family #5 English Episode - Feat. Joyce de Badts
Tonight's special guest @joycedebadts is a writer, mother and audio maker with a certain knack for documenting her family story. We're also featuring an episode from @mortifiedshow where @pauliarrobino shares entries from his 1976 childhood diary. This episode of Recreation Sonore was produced & presented by @abimcneil *** L'invitée spéciale de ce soir, @joycedebadts, est une écrivaine, une mère et une créatrice sonore avec un certain talent pour documenter l'histoire de sa famille. Nous avons également un épisode de @mortifiedshow avec @pauliarrobino qui partage les entrées de son journal d'enfance de 1976.
29:51
February 10, 2021
S3 E19 La famille #2 adultes, enfants, confinement
Une Récréation Sonore – toujours consacrée à la famille – où l’on entendra essentiellement des voix, celle d’une fratrie de dix adultes se souvenant de leur enfance, celle d’une famille, pendant le premier confinement, celles des multiples personnages écrits et interprétés par les membres de l’Atelier Théâtre de la Compagnie Dire et Ouïr. En famille « J’ai trente ans et une grande famille que je ne connais pas. Une grand-mère de cent-quatre ans qui a dix enfants et que je vouvoie. Une tribu où le silence est d’or, où la parole n’est pas d’argent. Les souvenirs de ces enfants devenus adultes surgissent par bribes. » Voici le texte qui accompagne “On ne va pas Epiloguer”. En 2013, dans sa première tentative documentaire, Julie Berthier faisait se croiser les paroles de ses dix oncles et tantes, autour de la figure de leurs parents – et de leur mère centenaire –, pour évoquer les souvenirs d’une enfance bien particulière et de cette fratrie quelque peu disjointe… Julie Berthier, qui a produit notamment plusieurs documentaires sur la famille et le couple pour France Culture, est notre invitée. Des rires et des cœurs Un fond tiré d’un “vieux vinyle présentant des échantillons sonores caractéristiques de pathologies cardiaques”, des rires, des voix… Maycec, élève en deuxième année du Studio d’Electroacoustique du Conservatoire de Pantin, nous propose “Joyeuse Arythmie”, une pièce qui évoque la vie familiale, qu’elle a composée et enregistrée spécialement pour cette émission. Maycec est également notre invitée. Cinq visions de la famille Pour la deuxième fois, l’atelier théâtre de la Compagnie Dire & Ouïr a planché pour Récréation Sonore : sur le thème de la famille, la compagnie s’est donné pour contrainte “papa, maman et moi”. Le résultat tient sur cinq saynètes, toutes très différentes, tantôt comiques, tantôt tragiques, tantôt poétiques, tantôt sportives, à table, en bateau ou par téléphone… Avec Alice Bellefroid, François Bordonneau, Corinne Frimas, Isabelle Gozard, Bernard Pellegrin, Sophie Tandel et Delphine Zingg.
01:06:43
February 1, 2021
S3 E18 La famille #1 parent, enfant
Aujourd’hui, nous ouvrons notre nouveau cycle sur la famille, qui durera jusqu’au 14 février. Vaste sujet , sur lequel aujourd’hui nous écouterons aujourd’hui parent, enfant, ancien enfant et enfant en devenir.. Nous écouterons d’abord “Consistance de lien”, un documentaire sonore de création de Elphège Berthelot, qui aborde sous un jour particulier les liens de parentalité qui se tissent entre enfant et parent non géniteur. Consistance : nom féminin qui décrit le degré plus ou moins grand de solidité ou d’épaisseur (d’un corps). Ici, je m’interroge sur la consistance du lien que l’on peut tisser ou détisser, alimenter ou délaisser, dans l’espace d’une relation enfant/papa non géniteur. À partir de mon histoire, je vais à la rencontre d’autres vécus et cherche à croiser certaines des questions qui m’habitent… Elphège Berthelot, Mars 2020. Dans le tiroir, de Léa Minod Devenir mère, de Léa Minod Souvent la famille démarre comme cela : une grossesse pour la première fois, un accouchement, et la vie est chamboulée. Aujourd’hui, Awalou s’appelle Awa, elle a deux ans, je suis devenue mère, famille, parent. Tout va bien, tout tangue. Voici, quelques bribes du journal intime de cet ouragan, ma grossesse. L’amour c’est comme un pétard « C’est quoi l’amour pour vous ? » Fabien Arca a posé cette question à un petit groupe d’enfants réunis dans un centre de loisirs aux vacances de la Toussaint: collectivement ils ont imaginé et construit ce petit « documenteur ». Entre fiction et documentaire, les enfants se sont rapidement prêtés au jeu et livrés au micro. Fabien Arca a ensuite monté cette matière sonore pour rendre compte de ce qui s’était passé le temps de ces quelques jours. Le « documenteur » a fait l’objet de séances d’écoute dans des médiathèques de la région. Cette émission a été préparée et présentée par Muriel KS. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
58:42
January 24, 2021
S3 E17 Les repas #3 un Kebab, des légumes...
Ce soir, nous concluons notre cycle consacré au repas. La semaine prochaine, 24 janvier et jusqu’au 7 février, nous vous proposons trois émissions sur le thème de la famille. Au programme de cette émisison : un kebab, un bon kebab, avec du pain, de la viande, des légumes et une sauce… Les légumes, on les ramasse, bien mûrs, au potager, par exemple dans ces potagers bretons où les salariés et bénévoles de l’Écomusée des Monts d’Arée – c’est en Bretagne – sont allés balader leurs micros… On écoute « Papotages dans le Potager », une production Oufipo/Longueurs d’Ondes – Ecomusée des Monts d’Arrée, réalisée en 2015. Dans le potager, on a trouvé notamment des oignons et c’est le créateur sonore et musicien Yves Zysman qui s’est chargé de les cuisiner. On écoute… « Oignons ». Pour faire la sauce blanche, il faut du yaourt à la grecque, des herbes, de l’ail, du citron… Et si on essayait de la relever avec un bouillon Kub ? Pour « Histoires de cubes », Aude Rabillon a posé ses micros dans une épicerie dont les clients lui ont expliqué toute la magie de ce petit cube d’assaisonnement. Enfin, nous obtiendrons notre kebab, selon la recette de Jafar, qui tient le “meilleur Kebab d’angoulême”. « De la neige en Eté » est le portrait de Jafar, signé Zineb Soulaimani. Musique électroacoustique A la toute fin de cette Récréation Sonore, nous écouterons « Astre de la Gorge », pièce musicale de Julie Mondor, qui fut élève du studio d’électroacoustique du Conservatoire de Pantin. Malgré le titre qui pourrait prêter à confusion, cette pièce ne s’inscrit pas dans la thématique du repas. “Un voyage au cœur d’une intimité qui pourtant nous est étrangère. Comment le si proche peut être si loin ?” Cette émission a été préparée et présentée par François Bordonneau. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
01:02:20
January 17, 2021
S3 E16 Meals #4 English Episode feat. Dreaming of Fat Men - RTE Radio Ireland
This documentary comes from award-winning radio maker Lorelei Harris. DREAMING OF FAT MEN was made for RTE radio 1 Ireland in 1994 and it’s as ever fresh, funny and relevant. It takes place around a dinner table where four women are feasting, reflecting, and reminiscing. Find more wonderful documentaries like this from @rtedoconone on all podcast platforms. This episode of Recreation Sonore was produced & presented by @abimcneil *** Ce documentaire provient de la réalisatrice de radio primée Lorelei Harris. DREAMING OF FAT MEN a été réalisé pour RTE radio 1 Ireland en 1994 et il est toujours aussi drôle et pertinent. Il se déroule autour d'une table où quatre femmes se régalent, réfléchissent et se remémorent. Trouver plus de ces merveilleux documentaires @rtedoconon sur toutes les platforms podcasts.
41:53
January 11, 2021
S3 E13 Le repas #1 (Tympan CulCul / François Beaune / théâtre Compagnie Dire & Ouïr)
De 1'20 à 19'00 Entretien avec Pauline Nulle Part, auteure du podcast pornographique "Tympan CulCul" et de "Confinement de Canard". De 19'03 à 25'33 "Eloge de la Main”, un des épisodes du podcast pornographique "Tympan CulCul" De 25'33 à 45'44 “La Bouillabaisse Infernale” et "Pastis Hallal" de François Beaune (Arte Radio) De 45'45 à 52'43 Entretien avec François Beaune De 52'50 L'atelier théâtre de la Compagnie Dire et Ouïr présente cinq scènes sur le thème du REPAS écrites et interprétées spécialement pour Récréation Sonore
01:15:39
January 6, 2021
S3 E15 Le repas #2 - Manger
Ce premier dimanche 2021, l’équipe de Récréation Sonore vous souhaite une excellente nouvelle année. Inutile de souhaiter que 2021 soit meilleure que 2020, çà peut difficilement être pire .  Bien que les fêtes soient passées, nous continuons jusqu’au 10 janvier à parler de de repas et de nourriture… Nous allons ce soir frissonner sur “Mange moi”, une fiction sonore nordique de Luvan . Elle nous emmène dans la montagne du Nord Suédois, suivre Annah en fuite.  Ayant ainsi eu faim, nous ferons un tour chez Drouant, où nous attend Hervé Marchon, qui a tendu son micro, entre deux casseroles, au futur Goncourt avec “Michel Houellebecq: non, je n’ai pas déjeuné”.  Puis nous dégusterons “Manger français” , une pièce de Jérôme Thorel qui épingle la double ambition de la gastronomie française: être à la fois ancrée et internationale.  Enfin nous terminerons par un Sproposito d’après fêtes , que Muriel KS a spécialement concocté pour vous. Cette émission a été préparée et présentée par Muriel KS. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
58:37
January 3, 2021
S3 E12 English Episode 3 La maison #4 - Loneliness
Tonight’s episode of Recreation Sonore is about loneliness! Those who are stuck at home right now may relate to this. This documentary comes from deep in the archives of RTE Documentary on One @rtedoconone, Radio Ireland. It’s called “A Universal Affliction, Loneliness”. It’s actually quite soothing hearing these different characters describing how they feel and being listened to by this neutral, non-judgdemental voice as they talk about everyday things. It brought back memories of my Grandmother listening to the radio whenever she was awake—I think it helped her to feel less lonely. “A Universal Affliction, Loneliness” was produced by PP McGuire and broadcast for the first time in 1975 on RTE Radio Ireland. This episode was presented by @abimcneil for @recreationsonore
39:42
December 13, 2020
S3 E11 La Maison #3 Bienvenue dans la maison
Pour la troisième fois, bienvenue dans la maison, la maison de Récréation Sonore dont la porte reste ouverte jusqu’à dimanche prochain. Quoique, ce soir-là, Abi McNeil vous parlera sûrement de The house et the door : le 13 décembre, c’est notre émission 100% en anglais et 100% en podcast. Je vous propose d’abord la seconde partie de mon entretien avec Audrey Pouliquen, musicienne et plasticienne sonore, qui nous avait présenté le 22 novembre une pièce composée à partir des sons de son lave-linge. Voici, sur le même principe, « Frigo chanteur », qui nous accompagnera pendant toute l’émission. Mes oreilles ont vraiment adoré « Trois Chambres et un Piano » à tel point que je l’ai écouté plusieurs fois. Dans ce documentaire simple, chaleureux et instructif, Sarah Jacquet, du Collectif Transmission, a recueilli le récit d’Anne-Laure qui, avec Julien, son compagnon, a construit sa maison. Sarah Jacquet y dessine le portrait d’une femme (et d’un couple, et d’une famille), déterminée et poète, énergique et sensible, tout cela sur fond de piano – ça c’est Julien – et de jeux d’enfants. La diffusion du documentaire est suivie d’un entretien avec Sarah Jacquet, réalisé par Muriel KS. Je vous invite ensuite à découvrir un autre genre de maison, une maison où se retrouvent tous les Parisiens amoureux de poésie. A l’extrême-ouest de Saint-Germain-des-Prés, Le Club des Poètes est un étonnant micro-cabaret où, depuis cinquante ans, les jeunes et les moins jeunes viennent dîner entre amis, boire un coup et, surtout, une fois la porte fermée, écouter et dire de la poésie. Enfin, comme chaque mois, le Studio d’électroacoustique du Conservatoire de Pantin vous propose une œuvre musicale composée par l’un de ses élèves. Voici “Sentir le Grisou”, de Vincent Jehanno. “Sentir le grisou, comme c’est difficile pour nous autres galibots. Assis autour du feu, qui peut se faire grisant à chaque instant, nous partageons le pain du temps qui passe. Alors, on se traîne et on rampe, recouvert de linge mouillé ou de cuir bouilli, tenant la flamme bien en haut. Jusqu’à cet instant, celui où le volatile ne cause plus. Parait-il qu’il est vif. Qu’il pique légèrement les yeux.” Le 20 décembre, on ouvre un nouveau cycle dans Récréation Sonore, consacré, au repas. Cette émission a été préparée par Muriel KS et présentée par François Bordonneau. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
01:05:27
December 6, 2020
S3 E10 La Maison #2 Histoire de ma cité
Pour cette seconde émission de notre cycle consacré à « La maison »,  nous voici partis à Gennevilliers, plusieurs dizaines d’années en arrière. Il y est question de maison, de quartier,  et surtout d’enfance . « Histoire de ma cité », un documentaire de création sonore de Esther Laurent-Baroux & Némo Camus. 55 ans et 1,7 km séparent l’enfance à Gennevilliers de Salah, Ali, Mohamed et Zohra passée à la cité de transit du Port, de celle de Yousra, Hugo et Sana qui grandissent aujourd’hui au Luth. Ces deux générations, en portant un regard l’une sur l’autre, évoquent l’âge de l’enfance et ses enchantements, esquissant les traits d’une mémoire collective de ce morceau de banlieue marqué par l’histoire coloniale française. À partir d’un recueil de textes intitulé « Vivre en cité de transit», écrit en 1983 par les élèves de la classe de CM2 de l’école du Port, Esther  et Némo sont allés rencontrer des élèves aujourd’hui à l’école Diderot de la cité du Luth à Gennevilliers. C’est ainsi que se déploie le cheminement de cette pièce : des enfants, issus pour la plupart de l’immigration  portent un regard et des mots sur les cités de transit, construites il y a 50 ans, à quelques centaines de mètres des HLM où ils grandissent. Histoire de ma cité a été réalisé sur une invitation de *Duuu Radio en résidence  à Gennevilliers. Après un premier film ( 7 moments de danse -2018), Esther Laurent-Baroux explore la voie de divers projets filmiques et radiophoniques. Né en 1994, après des études de cinéma et de sociologie, Némo Camus est actuellement étudiant en Réalisation Radio à Bruxelles . Cette émission a été produite et présentée par Muriel KS et François Bordonneau. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
58:42
November 29, 2020
S3 E9 La Maison #1 Se souvenir des maisons
Dimanche 22 novembre, on change de thème : jusqu’au 13 décembre, on parle de La Maison, avec trois émissions en FM et podcast et une quatrième, uniquement en podcast, en anglais (le 13 décembre). “Domestic Music : Washing Machine To Keep Clean” : cette pièce de musique concrète est le résultat des longs moments qu’Audrey Pouliquen – musicienne et plasticienne sonore – a passés à écouter son lave-linge, ses rythmes, ses timbres, ses harmonies… C’est ce morceau, “Washing Machine…” qui sert de fond sonore à cette émission. On retrouvera Audrey Pouliquen, avec une seconde pièce intitulée “Frigo Chanteur” le 6 décembre. « Se Souvenir des Maisons », réalisé par Jean-Marie Clairambault dans le cadre du « Workshop Nouvelles Fictions Sonores » organisé par Phonurgia Nova l’été dernier, en Bretagne. Auteur de théâtre, Jean-Marie Clairambault, dont c’est la première œuvre sonore, confronte plusieurs récits de maisons disparues, vendues, effondrées… “La Maison de Jacques”  : séjournant à Arles pour quelques jours, Juliette Médevielle est hébergée par un inconnu. Si elle le croise peu au début, dans sa maison, elle apprend à le connaître… “Tout pour la Lenteur” : en 2015, François Bordonneau avait participé, micro en main, à un déménagement à vélo, en plein coeur de Paris. La semaine prochaine, Muriel KS reçoit Némo Camus pour son documentaire long format « Histoire de ma Cité » Cette émission a été produite et présentée par François Bordonneau.
58:00
November 22, 2020
S3 E8 English Episode 2 La ville #4 - Don’t Go Far
Tonight's episode of Recreation Sonore #inEnglish features two Irish school boys, aged 10 & 13, skilfully blagging their way from Dublin to New York. You'll hear from Keith, the 10 year old in the story, who was in his 20s when the documentary was made. "Don’t go Far" was produced by Paul Russell and Ronan Kelly for @rtedoconone. ‘Don’t go Far’ was made for Documentary on One @rtedoconone, RTE Radio Ireland. It’s currently being developed into a feature film. This episode was prepared by @AbiMcNeil for @RecreationSonore, broadcast on @radiocampusparis FM + all podcast platforms. #laville #thecity #recreationsonore #englishepisode #radiocampusparis #dontgofar #rte Further listening and #recommendations of #englishlanguage #podcasts continuing with the theme of CITY LIFE : Ghetto Life 101 by Dave Isay - https://tinylink.net/jFho5 Sensa Parole by Katharina Smets - https://tinylink.net/rn9Uw Give My Regards to Brooklyn by Aja Monet - https://tinylink.net/xC2LF Poetry Texas by Pejk Malinovski - https://soundcloud.com/fallingtreeproductions/poetry-texas #toppicks #coupsdecoeurs
40:40
November 15, 2020
S3 E7 La Ville #3 Moscou, Ville souterraine
Troisième et dernière émission en français de notre cycle consacré à la ville. Ce soir, on est à Moscou avec Marc-Antoine Granier, qui nous fait plonger dans sa “Ville Souterraine”, la “cité de garages”. Ce documentaire de 50 minutes nous permet de parcourir les tunnels de ces parkings souterrains devenus le théâtre d’une économie et d’un monde parallèle, où l’on fabrique, on bricole, on répare : « Quelque part en Russie la vie s’est (ré)organisée par elle même avec ses fantômes, ses peurs et ses désirs d’avenir. Des espaces dans la ville pour produire ou réparer des choses, faire vivre une économie parallèle, un hacking artisanal… Le destin des cités de garages soviétiques raconte trente années de l’histoire souterraine de la Russie capitaliste, où l’entraide et l’instinct de survie ont survécus. » Ville souterraine a gagné le prix Archives de la Parole auxPhonurgia Nova Awards 2019 Cette émission a été produite et présentée par Abi McNeil. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
54:09
November 9, 2020
S3 E6 La Ville #2 l’espace urbain
Pour cette seconde émission de notre cycle consacré à la ville, voici plusieurs manières d’aborder l’espace urbain… … à travers les souvenirs de Lana, qu’Hélène Bigot a interrogée sur son enfance et son adolescence dans l’Irak de Saddam Hussein. Dans “Retour à Bagdad”, Hélène Bigot part du récit Lana de son retour récent dans sa ville natale pour nous faire entendre la guerre, l’exil et quelque chose comme le sentiment d’identité… … en visiteur curieux, à Grenoble, où La Fabrique Documentaire a réalisé un diaporama sonore… … en courant et sautant, de rambarde en muret, de gouttière en banc public : dans “Notre Chemin c’est l’Obstacle”, Aude Rabillon a suivi un groupe de “Yamakazis”, pratiquants d’un sport urbain physique et acrobatique, le “parkour”… … avec Yves Zysman, qui nous emmène “Sous le Pont de Pantin”, une pièce réalisée pour « Bande Originale «  produit par le collectif MU, un parcours sonore le long du canal de l’Ourcq. « Je suis parti d’un enregistrement classique type field recording, sous le pont, pour aller progressivement vers de l’électroacoustique, en focalisant sur la secousse du passage des véhicules, sur le pont. Un peu plus loin, il y a un pont SNCF, dont j’ai utilisé les sons pour donner le côté rythmique de la fin. L’ensemble se « noyant » progressivement dans l’aquatique, le canal, pour un retour au « réaliste » à la fin ». … enfin, avec Léa Minod, qui a ouvert le Tiroir de Récréation Sonore pour y puiser quelques enregistrements jamais exploités… Aujourd’hui, Léa débute une série qui raconte ce qui l’a amenée à quitter Paris, sa ville natale, pour s’installer dans un petit village du Morvan. Cette émission a été produite et présentée par François Bordonneau. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
01:00:16
November 1, 2020
S3 E5 La ville #1
Voici la première émission du second cycle de cette saison 2020-21 : jusqu’au 15 novembre on parle de la ville. C’est un voyage sonore et presque uniquement sonore : on n’y entend pas de voix autres que celles des personnages que Sophie Berger a croisé. A Dunkerque, pour réaliser « Dunkerque », que nous écoutons ce soir, Sophie Berger s’est baladée avec ses micros, nous faisant entendre les tourbillons du vent, le claquement des drisses sur les mâts métalliques, les courses de vélos, de la musique, des ballons de basket… Il y a de l’air et de l’espace : on en ressentirait presque la mer, la brise et la limpidité du ciel. Cette création est, plus que jamais, à écouter au casque. On s’y délecte de bruits et de rencontres, de sons trafiqués et de mixages donnant naissance à des images impossibles de la ville, comme dans un rêve… Le tout guidé par quelques mots, simples et nets de l’auteure. Musique électroacoustique Ce moi-ci, le Studio d’Électroacoustique du Conservatoire de Pantin a répondu à notre thématique avec brio : « Symphonie du Klaxon », de Benoît Déchaut est une pièce musicale à base d’avertisseurs enregistrés au Vietnam. Cette émission a été produite et présentée par François Bordonneau. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
53:54
October 25, 2020
S3 E4 English Episode 1 Confinement #4
Introducing Recreation Sonore’s 1st ever English language podcast. Each episode is a coup de coeur from the anglophone world of #creationsonore. Tonight we are free-diving with Danish diver Stig Pryds, a deep water experience created, produced and sound designed by HANA WALKER-BROWN @HWalker_Brown @hana_walker_brown DARK BLUE was originally produced for RADIO WOLFGANG, with additional recordings by Laerke Sordring Neilson. Hana describes this work as part documentary, part meditation & part sound installation. This episode was presented by @AbiMcNeil for Recreation Sonore. #confinement #deconfinement #englishepisode #episodeanglais #creationsonore #feature #hanawalkerbrown #london #stigpryds
28:49
October 21, 2020
S3 E3 Confinement #3
Troisième et dernière émission (en français) de ce thème du confinement. Ce soir on écoute : “Confinés à 20000 lieues sous les mers” : pour Arte Radio et sa série “Les histoires de 28 minutes”,  Marie-Hélène Gallay a rencontré l’amiral François Dupont qui fut commandant du sous marin nucléaire lanceur d’engins Le Triomphant. “Jardin sonore pendant le confinement”, de Jérôme Bailly et La Mécanique des Sons, qui produit notamment des paysages sonores à partir de sons captés dans les Hauts de France. Compositeur de musiques concrètes electro-ambiant, Jérôme Bailly a enregistré ce qu’il entendait, dans son jardin, pendant le confinement Le Tiroir de la Création : Léa Minod rempile cette année et continue à chercher dans ses archives sonores. Ce dimanche, on écoute “Les coeurs confits”, ’histoire d’amour d’Augustin et Marie, que Léa a rencontrés pendant le confinement Et on termine cette émission avec quelques sons enregistrés, en famille, par Abi McNeil à Pouilly-sur-Loire, pendant le confinement. Cette émission a été produite et présentée par Abi McNeil et François Bordonneau. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
42:06
October 11, 2020
S3 E2 Confinement #2
Toujours sur le thème du confinement, nous écouterons ce dimanche 4 octobre : “60 Jours sous Terre avec Michel Siffre” : au début des années soixante, Michel Siffre a une vingtaine d’années et est fasciné par le monde souterrain. Il met sur pieds une expérience lors de laquelle il va vivre, seul, pendant deux mois, dans un gouffre profond des Alpes. Le but : survivre dans un environnement hostile, dans le silence, l’obscurité et, au final, hors du “temps du dehors”. Nous recevons Camille Juzeau, productrice des trois premières saisons du podcast Les Baladeurs, hébergé par le revue d’aventure Les Others. “Fueras ? No del Compas”, de Caroline Delpero, élève l’an dernier de la classe de son créée par notre ancienne collègue Chloé Sanchez dans son village provençal de Montjustin. Cette courte pièce s’inscrit dans un projet de balade sonore collective dont le thème était “sortir”. “Ultime Confinement” est une micro-pièce d’Eve-Marie Bouché… “Quand un virus rôde, on n’est jamais trop confiné. Le danger néanmoins n’est pas toujours où on le croit…” Cette émission a été produite et présentée par Abi McNeil et François Bordonneau. Le générique, inspiré par la musique du film “Un Flic” de Jean-Pierre Melville (1972 ; musique de Michel Colombier) est interprété à la trompette par Thibault Renard.
53:17
October 4, 2020
S3 E1 Confinement #1
Voici une nouvelle saison de Récréation Sonore, au son de la trompette de Thibault Renard, trompette qui nous accompagnera jusqu’au 27 juin 2021. Cette année, nous vous proposons 10 thèmes (le confinement, la ville, la maison, le repas, la famille, l’invisible, le sport, la nuit, la nature, la “fantasy”) autour desquels seront construits nos 10 cycles d’émissions : chaque mois, trois émissions en français en FM et en podcast + une émission en anglais, en podcast uniquement. Au programme, toujours, de la création sonore : des docus, des fictions, de l’art, des bricolages… Ce dimanche, pour cette première émission sur le thème du confinement, on écoute : “Rester en Mouvement” est une création autour du thème de l’”apéro confiné”, par le Collectif Wow !, Émilie Praneuf, Sébastien Schmitz et Florent Barat (avec le soutien de la SACD Belgique). Autre expérience confinante, la maladie… Avec “Un homme à la Mer”, Nicolas Losson donne à entendre les impressions, les sensations, le ressenti de Jean-Pierre Le Goff, touché par les premières manifestations de la maladie d’Alzheimer. Autoproduite, la pièce a obtenu une mention spéciale aux Phonurgia Nova Awards 2010. Dans “Mon Préféré Poisson”, Aude Rabillon, qui est notre invitée, a tendu son micro à un petit garçon, qui raconte son confinement. Comme l’an passé, nous vous proposons chaque mois d’écouter une œuvre d’un/une élève du Studio d’Electroacoustique du Conservatoire de Pantin : “Chambre No15” de Daphné Tsiouni, qui met en musique le temps qui coule difficilement, les sons des machines et la nostalgie de la mer… depuis une chambre stérile, à l’hôpital saint antoine. Prochaine émission, le dimanche 4 octobre. Réécoutez cette émission sur Google Podcasts, Apple Podcasts, Spotify, Radioline… et sur www.radiocampusparis.org Cette émission a été produite et présentée par Abi McNeil et François Bordonneau.
50:03
September 27, 2020
S2 E29 Les Listes 2
Ce dimanche, c’est la dernière émission de l’année, que nous terminons avec notre thème : la liste.  La liste noire, la liste d’invités, la liste de voeux, la liste de tâches, la liste de ce que l’on compte faire ou de ce qui est à faire.  Jour après jour, nous utilisons des listes, intimes, personnelles,  qui nous apparaissent parfois comme des litanies, des obsessions, des idées que l’on note et que l’on souhaite parfois remettre à plus tard.  Des listes les plus pragmatiques (inventaires, catalogues, menus et recettes) aux plus poétiques (les travaux de Walt Whitman, Marianne Moore ou Gertrude Stein), tous  se sont nourris de la forme “liste” pour construire leur quotidien, charpenter leurs idées, faire évoluer leurs pensées. Ce dimanche, pour notre dernière émission de l’année, nous diffuserons les oeuvres sonores de Pauline Tiprez,  Jack Kerouac,  Pejk Malinovski,  Léa Minod, ainsi qu’une pièce sonore de l’atelier de production de Phonurgia Nova. On commence cette émission avec l’oeuvre de Pauline Tiprez, « L’inventaire », une oeuvre de 2016 qui aborde la question du deuil. « Aborder la thématique du deuil n’est pas facile. Encore moins lorsqu’il s’agit du deuil de ses parents. C’est à travers la description d’objets que ce documentaire tente une approche sensible de la question. Qu’il s’agisse de lettres, d’objets de la vie quotidienne ou encore de pièces rares, ils sont les derniers fragments qui subsistent après la mort. Et finalement, sans eux, que reste-t- il de celui ou celle que l’on a perdu? » – Pauline Tiprez Nous écouterons ensuite une pièce sonore de Jack Kerouac, intitulée « American Haikus ». En 1958, Jack Kerouac entre en studio avec le saxophone ténor Al Cohn et Zoot Sims pour enregistrer son deuxième album, un mélange de jazz et de poésie appelé Blues et Haikus. Ce sera ensuite au tour de la pièce sonore produite par Phonurgia Nova, « 150 grammes 200°C ». « Explorer le pain, depuis sa croute jusqu’à sa mie. Pain objet de gourmandise, pain madeleine de Proust, pain quotidien et autres pains…pour en faire une modeste tranche sonore, cuisinée collectivement… Cela vous irait-il ? » Nous écouterons enfin « Secrets », de Pejk Malinovski, qui offre dans son documentaire sonore une collection de secrets. Le réalisateur danois propose à des étrangers à confier leurs secrets sur bande… Enfin, nous terminons avec « dans le tiroir », un rubrique de Léa Minod qui s’appelle « Rejoindre la Mer ». « Gemma était belle à faire fondre les hommes, elle ressemblait à Monica Vitti. Jeune italienne, blonde, les yeux bleus, la peau mate, menue et gracieuse. Grandie en Tunisie dans le faste de l’après-guerre. Elle rayonne, séduit. La toute nouvelle saison de Récréation sonore débutera le 27 septembre 2020. Nous lançons d’ores et déjà un appel à création. Vous avez aussi la possibilité de diffuser vos oeuvres selon les thèmes présentées ci-dessous. Date de fin de réception : fin juillet 2020. Thèmes à l’approche : Confinement, Déconfinement, La ville, La maison, Les repas, La famille, L’invisible, Le sport, La nuit, La nature. Toute l’équipe de Récréation sonore vous souhaite un très bel été ! Cette émission a été préparée, réalisée et présentée  par Abi McNeil et Anna-Livia Marchaison.
59:40
September 15, 2020
S2 E27 Rêveries 3 Parole familiale et onirique
En ce dimanche 7 juin 2020, c’est une dernière émission consacrée au cycle de la Rêverie. On entendra le deuxième volet de Gemma conçu et réalisé par Léa Minod, portrait sonore  émouvant d’une femme qui était aussi la grand-mère de la réalisatrice, et nous plonge dans une rêverie singulière façonnée par la parole familiale. “Gemma était belle à faire fondre les hommes, elle ressemblait  à Monica Vitti. Jeune italienne, blonde, les yeux bleus, la peau mate, menue et gracieuse. Grandie en Tunisie dans les années 40, 50. Dans le faste de l’après-guerre. Elle rayonne, séduit. Gemma était ma grand-mère. Mais elle est morte bien avant que je vienne au monde. Restée figée, glacée dans les bouches de ses trois filles. Elles en parlent tant que j’ai le sentiment de la connaître mieux que tous mes autres grands-parents. Fantôme ou  Mythe familial. J’ai pensé qu’en essayant de recomposer son portrait, j’allais pouvoir l’apprivoiser. Voici le deuxième volet de Gemma : La chute.” Puis, on écoutera l’oeuvre d’Angela Shackel, Lazaro’s Dream, une envoûtante traversée dans la ville de Toronto, dans le quartier de Danforth, où se mêle imaginaire urbain et paysage surréaliste. L’oeuvre s’inscrit directement dans la lignée inspirante du poète et romancier canadien Michael Ondaatje. “Before the real city could be seen, it had to be imagined, the way rumours and tall tales were a kind of charting. — Michael Ondaatje, In the Skin of a Lion “Taking its inspiration from Michael Ondaatje’s, In The Skin Of a Lion, the audio walk Lazaro’s Dream provides listeners with a haunting variation on Mr. Ondaatje’s theme of imagining the city into existence..." Lazaro’s Dream was produced for Koffler.digital and Project Bookmark Canada by Angela Shackel of Accounts and Records. https://www.constellationsaudio.com/sounds/lazaros-dream Enfin, on poursuivra notre traversée onirique avec l’oeuvre de Joaquin Cofreces, avec sa pièce sonore “Dreamland”, tout droit inspiré d’un poème d’Edgar Allan Poe. “Dream-Land” (1844) is one of Edgar Allan Poe’s most consistently misread and misunderstood poems. It tells the story of a journey, moving through landscapes of oceans, valleys, caves, and forests, beyond the borders of space and time..." "This radio art piece explores the fragile line between the real and the illusion. Representing acoustically what is said in the poem, read in diverse languages by women from different places of the world such as Greenland, Brazil, México, France, Germany, India, Romania, Australia, etc. Adding “images” and information with soundscapes from where this voices come from..." Et nous terminons ce soir le dernier morceau de la saison de notre rubrique musique expérimentale. Toute l’équipe de Récréation Sonore remercie les élèves du Studio d’électroacoustique du Conservatoire de Pantin, ainsi que leurs professeurs, Marco Marini et Jonathan Prager. Nous remercions également Clarisse, qui nous a aidé à présenter ces œuvres. La saison prochaine, qui débutera le 27 septembre, nous espérons pouvoir continuer à vous faire découvrir les travaux des élèves de cette classe de composition électroacoustique. Dimanche 21 juin, vous retrouverez François pour un nouveau cycle d’émission avec notamment des créations d’Anne-Sophie Girault, Abi McNeil et de François Bordonneau. Cette émission a été produite, préparée et présentée par Anna-Livia Marchaison.
48:59
June 7, 2020
S2 E26 Rêveries 2 Des voix en suspension
Dimanche 31 mai,  deuxième épisode du cycle de Récréation Sonore dédié à la rêverie. Ce dimanche, nous rêverons en musique et en plein sons, avec avec un Hörpsiel de Sebastien Béranger  et les compositions électroacoustiques d’Aude Rabillon et  d’Yves Zysman. Anne Line Drocourt  et le  « Sproposito  des rêves »  nous  emmèneront au son des voix en suspension entre rêve et réalité. Hörspiel et compositions électro-acoustiques On écoute d’abord « Hein deux , trois siècles »  de Sébastien Béranger. « Prenez une photo et découpez-là en touts petits morceaux. Chaque morceau reproduit un détail, qui, pris isolément, devient le sujet même de ces miniatures. Cette œuvre est comme un puzzle qui se découvrirait pièce par pièce, sans jamais se reconstruire dans le bon ordre. Les phrases sont ainsi découpées, puis rassemblées de manière parfois hasardeuse… Décontextualisé, chaque mot s’éloigne se sa signification première. Quelle est cette bête ? Pourquoi trois siècles ? Quelle machine & quel bâtiment ? A vous, chers auditeurs, d’en découvrir le sens ou d’y projeter vos propres imaginaires ! Hein ?!?« Avec « Et je creuse vers plus de silence « ,  Aude Rabillon nous propose d’entrer dans la matière sonore. « Au loin, une masse sourde. Tendre l’oreille. Tendre. Encore. » Aude Rabillon  poursuit son travail sur le silence, sculpte la matière sonore à la recherche  d’un « presque rien » avec sa dernière pièce à découvrir : Latences. Enfin, avec   « Premier bain (Hydrophone) »  Yves Zysman nous conduit vers des rêves liquides, balnéaires et maritimes, vagues  et nappes  sonores  essentielles en ces temps où nous sommes passés de confinés à assignés à résidence. Rêves de voix Anne Line Drocourt  nous livre une oeuvre étonnante de 2min22. « Dans le bleu »,  pièce créée pour l’appel à son de Daniel Martin-Borret en 2018,  évoque un temps de latence, de suspension, là oû rode l’ennui et menace la solitude. Une sorte de prémonition du confinement, qu’Anne-Line a magnifiquement évoqué dans sa dernière pièce « La mort de Mme S » Un « sproposito » est  « une brève parole hors de propos/ mal à propos dans une conversation, dans le fil d’un discours ». Sproposito, c’est la rubrique mensuelle de Muriel KS, de l’équipe de Récréation sonore, qui propose un collage hétéroclite, musical et sonore autour des voix de Pierre Schaeffer et Daniel Pennac. Avec un emprunt- hommage à Dominique Petitgand. Prenez soin de vous, et rêvez en sons ! L’émission de cette semaine a été produite, réalisée et présentée par Muriel KS. Dimanche prochain le 7 juin  Anna Livia  vous proposera notamment  la pièce Dreamland de Joaquin Cofreces, et le tiroir de Récréation sonore de Léa Minod.
58:52
May 31, 2020
S2 E25 Rêveries 1
Dimanche 24 mai, Récréation Sonore débute son avant-dernier cycle de la saison, dédié à la rêverie. Ce dimanche, avec Eléonore Dupraz, Sebastián Ernesto Pafundo, Stefan Opryshko et, pour la troisième fois cette année, John Lennon. Théâtre radiophonique On écoute d’abord Nekuia, pièce de théâtre qui met en scène deux comédiennes, l’autrice Eléonore Dupraz, directrice de la Compagnie du Domaine Théâtral, et la comédienne Mariana Jurilli, dans un décor sonor créé par Jean-Baptiste Masson, musicien instrumental expérimental et field-recorder. « Nekuia » – rituel sacrificiel lié à la mythologie grecque – est une pièce qui parle du désir, de la rumination de souvenirs jusqu’à leurs sacralisation et de la peur de lâcher-prise sur ces mémoires. Dans cette pièce, les deux personnages, Sumer et Sélémor, ressassent de façon litanique le souvenir d’un désir. Elles sont partagées entre la crainte d’être punies pour cela et le plaisir qu’elles y trouvent. Paysages sonores Bassiste pour un trio de jazz expérimental, professeur de musique et compositeur, Sebastián Ernesto Pafundo nous livre deux oeuvres singulières, Signos de los tiempos et Fracciones de una Realidad. Créée pour le festival Bahía un Sonora, la première fait référence aux communications, des plus primitives aux plus actuelles, dans un contexte de guerre et de crise mondiale. La seconde a été conçue dans un cours de troisième cycle en composition contemporaine (Conservatoire Manuel de Falla). On peut y écouter des instruments de musique – deux flûtes, un violon, deux guitares et un piano – se fondre dans un paysage sonore électronique. Expérience inédite Krystal Cloud est reporter pour Too Much to Dream, un programme radio étudiant qui explore le monde des rêves. Dans sa quête d’une bonne histoire à raconter, la journaliste accepte de devenir cobaye d’une expérience scientifique. Utilisant un nouvel appareil révolutionnaire, elle pénètre à l’intérieur du rêve de John, un patient de l”institut du sommeil”. Ce qu’elle y trouve va bien au delà de ce qu’elle avait imaginé. Ce reportage, plus vrai que nature, a été produit par Stefan Opryshko et interprété par Krystal Selbee, le tout pour CJSR Campus Radio, Edmonton, Alberta, Canada. On termine en musique, avec Airwaves, du groupe allemand Kraftwerk, sorti en 1975 sur l’album Radioactivity. On a appris il y a une dizaine de jours le décès de Florian Schneider, cofondateur avec Ralf Hütter du groupe Kraftwerk, qui fut un des pionniers de la musique électronique populaire. Dimanche 31 mai, retrouvez Muriel KS, avec une deuxième émission consacrée à la rêverie.
57:15
May 24, 2020
S2 E24 Répétition(s) 3 routines
63 ème jour de quarantaine. Pour le troisième épisode du cycle sur les répétions nous vous proposons quelques sons sur les routines : Zoophonie – Contemporain Animal / Épisode 1 : « Cricetus Leske (le hamster) » Zoophonie – Contemporain Animal c’est la journée d’une femme engagée dans la traversée de la jungle urbaine qui l’entoure-étouffe-abîme-attriste et qui voit peu à peu l’humanité s’éroder-ébranler-effondrer et puis presque disparaître. Une production du Collectif WoW! accompagnée par l’ACSR. Réalisation : Florent Barat et Sébastien Schmitz Composition musicale : Sébastien Schmitz Texte : Florent Barat Mixage : Michel Bystranowski (avec l’amicale participation de Bastien Hidalgo-Ruiz) Visuel : Émilie Praneuf Avec Lenka Luptakova, Émilie Praneuf, Amélie Lemonnier, Corentin Lobet, Sébastien Schmitz, Florent Barat. Chemins Intérieurs de Vanessa Vudo Installation sonore ou performance pour un danseur et plusieurs casques. « Pour les Chemins Intérieurs, j’ai suivi et enregistré les danseurs de ‘Bordures’ pendant six mois de répétition et nous avons exploré ensemble le champ sonore du corps en mouvement. Par quoi est-on traversé quand on danse ? Je souhaitais donner à entendre le mouvement, ce qui fait rupture, friction, accord, reprise, entrelacement ou respiration dans le processus créatif des danseurs tant dans leurs mots que leurs gestes. Entrer dans la danse. Littéralement. Dans un espace de contact avec les corps dansants et ce qui les inspire. Au départ, je ne savais pas où j’allais. Je filmais la danse et son processus de création. Puis, j’ai mêlé ma traversée à celle des danseurs. J’ai lâché la caméra pour le micro. J’utilise dans cette pièce la prise son de la caméra et on entend celle-ci. Mais ne pas donner à voir la chorégraphie élargit paradoxalement le champ de « vision ». La rencontre avec Susy Chetteau et les danseurs de la Cie Obaluae a ouvert des territoires de découverte et de narration hybrides, d’exploration autour du et des sens. C’est ensemble que la matière a pris forme. Tout est danse dans la vie, les trajectoires que nous traçons constituent le terrain de je(u) et de contact des différentes réalités. » Peur-répondre de David Stampfli et Marc Matter Au moment où l’outil politique — peur — est fécondé par la numérisation des médias une réaction semble vitale: articuler et partager les peurs diffuses, sournoises. Les commentaires sont des fils de discussions sans queue ni tête. Ces polylogues se transforment-ils quant on tente de les faire entendre? Malgré les algorithmes qui filtrent, analysent, censurent et des équipes d’administrateurs qui gèrent du contenu; il n’y a pas de vue d’ensemble. Nous ne pouvons qu’en retenir des fragments, des instantanés, des snap-shots. Des idées. À la place de la quantification et de la statistique, nous cherchons à rendre compte avec nos moyens artistiques. C’est notre contribution à la discussion. Le discours n’est pas détachable du média. Quelle tableau apparaît lors d’une sonification hybride de ces plateformes, forcément subjective et linéaire? Nous avons traduit et rendu audible les éléments visuels des plateformes: Para-textes, Thumbnails, Likes, Scrolls etc.Comme matériau d’écriture, Peur-répondre utilise des commentaires écrits, authentiques, trouvés sur internet. Ils sont pris aux sérieux et interprétés par des voix amateurs. Nous avons rassemblé ces fragments sonores sous forme de collage. Production : Empreinte (acsr) avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Rubrique de musique électroacoustique : Akito de Sébastien Collinet Emission réalisée par Marcela Lopez Romero Récréation Sonore sera de retour le 24 avril avec le premier épisode du cycle Rêveries
57:03
May 10, 2020
S2 E23 Répétition(s) 2 Le quotidien
Le mois de mai commence et avec lui la possibilité d’une sortie du confinement. Nous n’attendons que cela, tout en sachant que l’on va devoir rester prudent pour repousser la deuxième vague de l’épidémie de Covid19. Cette perspective est épuisante, vivre et le même jour encore et encore jusqu’à une potentiel libération. La routine du métro/boulot/dodo a laissé place à d’autres habitudes, que l’on soit en confinement ou que l’on travaille à la susbsistence de la France, nous vivons en ce moment dans un monde qui se répète inlassablement! Et Récréation Sonore est là pour vous aider, et vous accompagner ! Telle la désormais célèbre Chloroquine ou tout remède miracle, on vous propose un échappatoire autorisé. Le thème de ce moi-ci est : la répétition. Il s’agit ici du deuxième épisode, n’hésitez pas aller réécouter le premier qui vous proposait déjà plusieurs pépites. Notre Pain Quotidien Le premier documentaire est une création de Lucie Roullier qui s’intitule Notre pain quotidien. Il a été réalisé en mai 2019 lorsque les gilets jaunes pouvaient encore manifester contre les positions néo-libérales du gouvernement. Ce documentaire traite des conditions des ouvriers, nous les suivons lors d’une journée de travail, et comprenons leurs difficultés. C’est d’ailleurs important de revenir sur ces travailleurs qui font marcher le monde en ce moment, ceux que l’on appelle les « petites mains », mais qui réalise de grandes choses. La répétition est un sujet qui traverse ce documentaire, avec la répétition quotidienne du labeur, ou encore, la répétition du grand soir, lorsqu’en hobbies, beaucoup d’entre eux ont choisi lutte des classe. Cartophonie, Le Sacrifice de Franck – Symphonie en 6 mouvements d’un Ancien Monde En deuxième temps, comme une ouverture, un échappatoire aux questions sociales compliquées, nous vous proposons une création de l’ACSR. Une création originale aux contours vagues, qui rappelle la situation dans laquelle nous trouvons, confinée, mais rêvant d’ailleurs. La répétition est au coeur de cette création, comme le montre cette description de l’ACSR. « Dans un monde qui exerce une mainmise sur la totalité des activités individuelles, la radio passe en boucle un seul et même morceau de musique. L’animateur dépourvu de passion va indirectement interférer dans la lecture de ce vinyle. De ce simple mouvement, vont prendre forme les personnages du vinyle et petit à petit, mener une sorte de révolution contre leur vie monotone et répétitive. » Réalisation de l’émission : Julie Maréchal
51:42
May 4, 2020
S2 E22 Répétition(s) 1 Boucles et confinement
En ce dimanche 26 avril 2020, 42ème jour de confinement, ça tourne en boucle dans nos caboches… L’équipe de récréation Sonore déclare donc ouvert ce nouveau cycle sur le thème  «  Répétition(s) ».    Aujourd’hui, premier épisode ! Ce soir, on répète donc …. Xavier Gautier nous endurcira « Dans le doux »  une courte pièce sonore issue de sa série « Notre travail bénéfique ». Notre Travail Bénéfique, ensemble de samples créés à partir de matériaux sonores, musicaux, littéraires ou filmiques dégage une poésie contemporaine qui a de quoi attiser notre curiosité, loin des sentiers battus… Puis Yves Zysman nous bercera des sons nautiques  en nous immergeant « Dans le port de Piriac ». Vous pouvez écouter d’autres pièces d’Yves Zysman On tourne en rond…. Avec « La dernière pierre »  Christine van Acker nous conduit au Portugal, sur les pas d’un prisonnier . Elle nous dira ensuite quelques mots de son travail (au micro d’Abi). Il y a longtemps à Sintra au Portugal  un homme fut emprisonné à vie dans une tour. La seule chose qu’il pouvait faire était de marcher en rond  au point que le sol aujourd’hui en garde la marque ronde et creuse . Elle regarde la tour et le voit tourner encore et tourne avec lui. « La dernière pierre », texte aussi bref que dense, a obtenu Le Grand Prix SGDL 2009 de la Fiction radiophonique. La pièce a été créée le 6 avril 2009, dans l’émission Par ouï dire de la RTBF, dans une réalisation de Christine Van Acker, également interprète de l’un des deux rôles. Alors, nous poursuivrons notre voyage autour de nous-mêmes, de la rue au balcon, et du balcon à la chambre, pour une « Tentative de survie psychique en milieu confiné »  un triptyque d’ Aurore Juvenelle, de l’équipe de Récréation Sonore. Enfin,  comme chaque mois,  Muriel KS, de l’équipe de Récréation Sonore également , exercera nos oreilles  avec « Répétitions, anaphores, etc … » une création originale. Prochaine émission le 3 mai : Julie Maréchal présentera l’épisode 2  de ce cycle « Répétition(s) ». Cette émission a été produite par Aurore Juvenelle avec l’aide d’Abi Mac Neil à l’interview et de Muriel KS. Le montage d’introduction comprend des extraits sonores  du film de Quentin Dupieux « Réalité ». Programmation musicale :   Fantazio : Punks of London – Aufgang : Douce violence
59:01
April 26, 2020
S2 E21 L’Invisible 3 Se rendre invisible
J’avais prévu à l’origine d’habiller la présentation de cette troisième émission de notre cycle consacré à l’invisible avec The Invisible Man, chanson bien eighties du groupe britannique Queen quand, ce matin, en ouvrant la radio, j’entends que Christophe, une de mes idoles, génial bricoleur de sons, vient de décéder, dans la ville où je l’avais vu pour la première fois sur scène. Ce soir, on parle donc de l’invisible avec…. … d’abord un petit tour au Vietnam, sous terre, pour visiter quelques installations secrètes de l’armée Vietcong … ensuite, L’invisible, de Gautier Paille, nous fait entendre les souvenirs de Léa : après avoir tenté de se suicider, ce qui lui a occasionné un traumatisme cranien, la jeune femme raconte son réveil du coma et parle de son rapport à elle même. …avec Ghost Record – Georgina Starr, Alexandre Duval nous révèle des enregistrements réalisés avec des médiums, dans lesquels l’artiste entend des coups et des voix qui semblent venus de l’au-delà… … enfin, comme chaque mois, Léa Minod nous ouvre son tiroir plein d’enregistrements jamais utilisés. Aujourd’hui, c’est Gemma, sa Grand-Mère, qui réapparaît à travers les souvenirs de sa mère et de ses tantes. On se quitte après la pièce musicale proposée ce mois-ci par le studio d’électroacoustique du conservatoire de Pantin : on écoute Hagioscopes, de Faye-Yannarou. Prochaine émission le 26 avril avec un nouveau cycle, consacré à la/les répétion/s. Cette émission a été produite par François Bordonneau. Le montage d’introduction comprend des extraits sonores issus du CD « Christophe Pour les Indiens », montage sonore de Gwénola Guirriec inséré dans l’ouvrage « Christophe, Résonances de l’Inconnu » de Jean Cléder (Le Bord de l’Eau Editions, 2006)
01:01:09
April 19, 2020
S2 E20 L’invisible 2 La diversité des mondes invisibles
Deuxième épisode du cycle  sur L’invisible, cette émission nous fait vivre toute la diversité des mondes invisibles. Synesthésie, occultisme, paranormal et spiritisme nous entourent. Esprits frappeurs, squelettes et voix sans corps, mais aussi virus et bactéries viennent à notre rencontre. L’émission est sous le signe de la porosité entre sonore et invisible soulignée par Philippe Baudouin:  « C’est l’imaginaire, l’absence d’image, l’écoute aveugle qui donne cette  puissance d’évocation qui contribue à la magie de la radio » . « Dotée ou atteinte ? »  de Vincent Matyn « Dotée ou atteinte » nous fait rencontrer Julie, synesthète : elle a découvert en elle un rapport rare entre couleurs et langage écrit. Une composition sur fond documentaire que Vincent Matyn a composé au plan sonore en s’inspirant du vécu coloré de son personnage. « Collection de squelettes »  François Bordonneau, de l’équipe de Récréation sonore, nous conduit un samedi après-midi, au Musée National des Squelettes, avec les enfants : d’étage en étage – en passant par l »entresol des monstres » – on s’extasie d’un os de poisson-lune et d’un tigre à dents de sabre. » Les voix au corps invisible » François nous présente ensuite son « Cabinet de curiosité, avec une « petite collection de voix acousmatiques », ces voix qui viennent d’une machine. « Sproposito au virus » Comme chaque mois, Muriel KS  de l’équipe de Récréation sonore propose un « Sproposito », collage musical hétéroclite et iconoclaste.  Le « sproposito du virus »  s’inscrit à la fois dans le thème de l’invisible et dans une actualité pandémique , en chansons et musiques d’hier et d’aujourd’hui. Un sproposito vivant, de prévention, de soin et d’espoir. #Prenez soin de vous » L’oeuvre sonore est une maison hantée » « L’oeuvre sonore est une maison hantée » , titre hommage à René Farabet, est une pièce créée par Muriel KS à partir des propos de Philippe Baudouin, philosophe, réalisateur de radio à France Culture et spécialiste du paranormal. Philippe Baudouin poursuit une réflexion à la fois pratique et théorique sur l’objet radiophonique et ses « marges occultes » dans une interview donnée à Marie Bouchler lors du festival « Longueur d’Ondes » 2019. Nous terminerons ce soir avec la 6è et dernière capsule sonore du Collectif Lundi Soir  « Regards Croisés sur la création sonore ».  Narimane a interviewé Emile Palmantier, coordinateur éditorial  de Radio Campus France ,  et Emilie Wadelle, créatrice sonore et membre du bureau, sur la création sonore et les radios associatives. Le 19 avril prochain, Abi Mac Neil réalisera le 3è épisode du cycle de  « L’invisible ». Au programme « L’invisible », un documentaire de Gautier Paille, « Ghost Record TBC » d’Alexandre Duval, ainsi que « Le tiroir de Récréation sonore » de Léa Minod. Cette émission a été préparée et réalisée par Muriel KS. Restez chez vous, prenez soin de vous, de nous, et écoutez la radio !
58:36
April 12, 2020
S2 E19 L’Invisible 1 Port-au-Prince, chercher la vie
Dans notre première émission du cycle consacré à « l’invisible », nous diffusons « Port-au-Prince, chercher la Vie », de Benjamin Bibas et Sébastien Godret, mis en son par Sébastien Lecordier et produit par La Fabrique Documentaire. On part donc dans les Caraïbes, en Haïti, à la rencontre des artistes qui tentent de redonner de l’humanité à une ville – et un pays – durement éprouvée par le tremblement de terre de janvier 2010. 12 janvier 2010 : un tremblement de terre – dont l’épicentre se situe à 25 km de Port-au-Prince, la capitale – tue plus de 230000 personnes. Les décombres recouvrent une bonne partie de la ville, puis, par la suite, c’est un développement toujours sans frein ni planification qui masque tout une partie de la vie, la rendant invisible. En ville, tout le quartier historique, avec ses beaux magasins, s’est transformé en une immense zone de production et de commerce informel, ajoutant un masque supplémentaire sur la vie des Haïtiens. Les habitants ont dû s’adapter tant psychologiquement que culturellement, pour faire face à l’insécurité, à l’Etat corrompu et aux assauts répétés de l’ogre américain, pour lequel le marché de l’alimentation a été ouvert, laissant de côté l’agriculture locale… Chercher la vie, invisible, sous ces montagnes de débris qui masquent toute humanité : dans ce contexte, l’art, la culture populaire et ses racines vaudoues – peintures murales, récupérations, processions…– représentent un espace de résistance, de reconstruction et de beauté. Une manière de rendre à nouveau visible ce que le séisme et ses conséquences avait occulté.
56:58
March 29, 2020
S2 E18 Les archives 3 journal sonore et épistolaires de guerre
Dernier épisode du cycle   sur Les Archives, cette émission se plonge dans les archives sonores, celle d'un journal sonore rural , et celles épistolaires d'une correspondance de guerre. Nous écouterons  d'abord deux oeuvres de Glenn Besnard puis de Catherine Robin qui résonnent comme des archives  contemporaine ou ancienne, chacune à sa manière. Le journal du Mené Glenn Besnard nous invite à écouter les sons, les ambiances et les  voix de son village breton du Mené . Il restitue le paysage de son village, de ses habitants, de son environnement végétal et animal Il a conçu ce projet après un stage de Field Recording avec Felix Blume dans le cadre de Phonurgia, et  explique à Marcela comment il l'a conduit. Lettres à Alice Catherine Robin nous conduit dans le département de la Marne, le 15 juillet 1918. A qui, à quoi pensaient-ils ces poilus au lendemain de la fête nationale après quatre interminables années de guerre ? ll y a 100 ans, mon arrière grand-père envoyait presque chaque jour mots, dessins, photographies parfois, à sa femme et ses deux filles. Ce sont ces mots que j’ai voulu faire entendre, un siècle plus tard après qu’Émile, de son écriture gracieuse, les a adressés à sa chère Alice. Un tendre merci à Jean-Philippe Marie d’avoir découvert ces trésors et de m’avoir prêté sa voix. Puis Muriel KS  propose un "Sproposito"  d'actualité , qui relaye l'inquiétude et la protestation d'historiens, chercheurs  et archivistes  concernant l'accès aux archives contemporaines. Merci à Anais Kien du Journal d'histoire de France Culture pour la synthèse éclairante. Pour plus d'information et action sur ce thème  : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-nous-dénonçons-une-restriction-sans-précédent-de-l-accès-aux-archives-contemporaines Nous terminerons ce soir avec la 5è capsule sonore du Collectif Lundi Soir  sur la création sonore qui nous invite  au festival belge "Ear you are", organisé par l'ACSR, l'Atelier de Création Sonore et Radiophonique. Ils y ont rencontré Félix Blume, qui nous parle de paysage sonore, d'écoute collective, de respect du son dans une interview passionnante. Felix Blume, qui est ainsi le "fil rouge" de cette émission, de Glenn Besnard à Lundi Soir. Le 29 mars prochain démarre un nouveau cycle concernant "L'invisible".  L’émission sera réalisée par François Bordonneau, avec au programme le  documentaire "Port au Prince, chercher la vie" qui montre comment les habitants de la capitale se relèvent du tremblement de terre de 2010 et de l'extension anarchique de la ville qui a suivi.  Bref, comment ils  "cherchent la vie" – a priori invisible – sous les décombres, au sens propre comme au figuré… Cette émission a été préparée et réalisée par Muriel KS et Marcela. Bonne écoute !
58:33
March 15, 2020
S2 E17 les archives 2 Archives de nos vies
1. 0"46' Lost World of Sounds - Realisé par ROBIN THE FOG Robin the Fog, artiste sonore sous le label HOWLROUND, nous fait découvrir The Lost World of Sounds (Le Monde perdu des sons de Londres). La pièce a été produite dans le cadre du London Sound Survey (Sondage sonore de LONDRES). 2. 06'12" Verina - Enregistrement GAELLE JOLY, Montage ABI MCNEIL Les incendies en Australie sont enfin sous contrôle, mais leurs victimes qui ont tout perdu cherchent à reconstituer leur vie. En effet, nos maisons et nos biens renferment nos histoires les plus intimes. Perdre toutes les archives de notre vie peut donner la sensation de perdre une partie de nous-même. Cet entretien a été enregistré par Gayle Joly dans le New South Wales en Janvier 2020. 3. 08'40" Radio Gadget - Realisée par ABI MCNEIL un court montage d’une émission provenant des archives d’une radio FM des annees 80, émission dont les invités sont trois garçons de 5 à 7 ans interrogés sur leur vie quotidienne. 4. 11'34" Corps Utopiques - Realisée par SONIA FRANCO Au départ, un texte de Michel Foucault, Le Corps Utopique, et l'enregistrement de sa voix qui lit ce texte, en 1966. Un groupe de six hommes le lit, se questionne, réagit, rêve en parole et en sons. Comment les mots de Foucault résonnent pour des personnes dont le corps est emprisonné, mais l'esprit, toujours ailleurs ? 5. 47'16" Capsule 3 : Produire en collectif - avec Raphaëlle Pluskwa et Jean-Charles Resgoni - Realisée par COLLECTIF LUNDI SOIR
58:51
March 8, 2020
S2 E16 les archives 1 Traces sonores
Changement de cycle : après Le Travail. Nous parlerons désormais et tout au long de ce mois de mars des Archives. C’est donc notre toute première émission mêlant plusieurs créations radiophoniques qui résonnent comme les traces sonores d’un passé peu ou prou lointain. Nous commencerons ce soir avec la capsule sonore du Collectif Lundi Soir. Elle fait état de la création sonore, libre et créative, et qui nous parlera ce soir de l’état - encore très évolutif - des aides à la création sonore. Puis nous écouterons deux oeuvres sonores qui résonnent, chacune à leur manière, comme deux archives des anciens temps : Fallait que le vent souffle dans le bon sens Anne-Line Drocourt nous invite à écouter la voix de Robert, 94 ans, nous parlant de sa première voiture, de ses premières vacances, de ses vingts ans. Cette capsule sonore a été réalisée pour l'exposition menée par Kat Lucas, "Photos de famille", à Nantes, en mars 2017. Radio Bip / Radio Tamashi L’autre, de la réalisatrice Marie Roland,  qui donne à entendre ses premiers pas à la radio, lorsqu’elle avait 10 ans. Ce sera au tour de Laura Gicquel, auteure de Rumeurs de la jungle, trace sonore de ce que fût la jungle de Calais, jusqu’à son démantèlement en 2016. Laura Gicquel nous laisse capter les rumeurs mais aussi les silences de « cette lande en proie au vent ». Enfin, nous écouterons Dans le tiroir de Léa Minod. Cette rubrique nous qui plonge, dit-elle,  “ses oreilles dans les rushs, pour les transformer” et nous dévoile ce soir la mémoire d'expériences adolescentes. La semaine prochaine, vous retrouverez le deuxième épisode de cette série sur les archives. L’émission sera réalisée par les soins d’Abi McNeil, avec au programme une création sonore de Sonia Franco, Corps utopiques de Michel Foucault. Puis deux créations sonores signées Abi McNeil, From the archives of Gaelle Joly, et Radio Gadget. Cette émission a été préparée et réalisée par Anna-Livia Marchaison. Bonne écoute !
58:52
March 1, 2020
S2 E14 Le Travail 2 : Au boulot !
Depuis une semaine on parle du travail dans Récréation Sonore et ça va continuer jusqu’au 16 février. En marge, on fera deux tours par le Conservatoire de Pantin et on écoutera les deux premiers épisodes d’une série consacrée à la création documentaire… Des facteurs d’instruments et des agriculteurs Dimanche 9 février. Ce soir on part d’abord à la rencontre d’artisans : « Les facteurs / passeurs d’instrument » est un documentaire qui nous fait rencontrer plusieurs fabricants de flûtes. Musiciennes de formation, c’est pendant leurs études en réalisation documentaire à l’INA que Phane Montet et Alice Boccara ont eu l’idée de ce documentaire – qui devrait bientôt donner une série – afin, comme elles l’expliquent, d’”entendre les instruments d’une autre manière”. On va ensuite en Charente, avec Ambroise Cousin, étudiant au Créadoc, qui s’est intéressé à une famille d’agriculteurs avec, en ligne de mire, la transmission d’une exploitation d’une génération à l’autre. On suit Mathieu, qui s’apprête à succéder à son père à la tête de la ferme familiale. Ambroise Cousin a voulu raconter un quotidien et “pour cela, nous explique-t-il, il faut vivre avec les gens, il faut le vivre pour pouvoir le raconter”. Donc on cherche à retrouver des litres d’alcool perdu, on prend des conseils en matière de semis, on choisit un herbicide, on cherche une recette de boudin et on trinque, enfin, au cochon qui vient d’être tué et cuisiné. “Le Temps qu’il faut”, c’est notre long métrage de ce soir. Pour tout savoir de la création sonore On continue avec le premier épisode d’une série consacrée à la création documentaire : c’est le Collectif Lundi Soir qui vous propose, en six épisodes (dans chaque émission jusqu’à fin mars) de tout apprendre sur cet univers. Conservatoire de Pantin #1 Enfin, on conclut cette émission avec le studio d’électroacoustique du conservatoire de Pantin : à l’origine, le morceau que nous écoutons ce soir devait être diffusé le 8 mars, dans notre cycle intitulé “ce qui se cache sous”… nous l’écoutons finalement ce soir, et c’est un hommage au compositeur Jean-Claude Risset signé Grégoire Terrier.  Et on retrouvera, la semaine prochaine, le conservatoire de Pantin, pour une nouvelle œuvre d’un élève de la promotion en cours… La semaine prochaine, on reste ensemble et je vous emmènerai dans le Morvan, à Paris et à Londres, dans le tiroir de Léa Minod, la laboratoire de Muriel KS et le grenier de John Lennon.
57:59
February 9, 2020
S2 E13 Le Travail 1
Au mois de février, dans l'équipe de Récréation Sonore, nous allons nous intéresser au Travail. Qu'est-ce que c'est le travail? Pourquoi  travaille-t-on ? Peut-on s'y accomplir, ou est-on forcément asservi par celui-ci? Le Travail, un thème terriblement actuel Le dimanche 2 février entame cette thématique avec ferveur en abordant le mouvement social contre la réforme des retraites. En effet, le gouvernement tente d'imposer une énième réforme des retraites, en supprimant les régimes spéciaux. Les conditions de travail actuelles sont donc menacées et pour les protéger, les citoyens descendent dans la rue. Nous vous proposons donc cette semaine une émission EN DIRECT de ce mouvement social (en suivant le média indépendant Radio Parleur), afin de laisser la parole à ceux qui défendent cette thématique du travail. Mais à notre habitude, les créations sonores restent au cœur de notre émission, et voici donc une courte présentation des pièces que l'on vous propose cette semaine. Le petit Inventaire Ici l'auteure, Anne-Line Drocourt nous fait part sous forme de liste de tous les métiers qu'elle a exercée. Ce n'est pas un exercice facile de dire des mots les uns à la suite des autres. Ici la création sonore prend tout son sens! Le dernier Linotypiste Le dernier linotypiste est une pièce de Jérôme Champavert qui a été nommé en 2018 dans la marmite radiophonique à Longueurs d'Onde. Dans ce documentaire il part à la rencontre d'une industrie du passé, où tout livre était fait à la main, à l'aide néanmoins d'une machine à imprimer. Vous entendrez ici les rouages et les mécanismes des lettres qui tombent sur le papier, ces sons d'une autre époque pour accompagner ce sacré personnage! Ripolinage Ripolinage est une pièce de Weilan Zhu, où il fait les poubelles! Il fait les poubelles, c'est à dire qu'il retrouve ses compères pour aller vider des poubelles de supermarché afin de récupérer ce qui est encore mangeable. Et souvent ça l'est! On le suit donc ici dans ce parcours, on commence dans sa voiture et puis on rencontre ses amis, ils comptent ce qu'ils récupèrent... Et cette pièce a toute sa place ici, car aujourd'hui travail rime trop souvent avec précarité, voici donc ici l'envers du décors du travail précaire. Bushcraft Cette pièce par à la rencontre de la nature, à travers une discipline particulière le Bushcraft, qui réunit toutes les pratiques d'insertion dans la nature (camping, randonnée...). Le personnage que l'on rencontre est moniteur de Bushcraft; Bush signifiant nature, craft : artisanat. Il propose des stages de survie afin de pouvoir vivre en pleine nature. Cette pièce fait le tour de ce que signifie le métier de vivre et de ce que l'on a vraiment besoin pour pouvoir subsister. Elle ne s'attarde cependant pas sur l'être social qu'est l'homme et le besoin de vivre ensemble. Ce court documentaire tente de définir ce dont on a besoin vitalement, et le travail en fait-il donc partie? Production et réalisation : Julie Maréchal
01:03:08
February 2, 2020
S2 E12 Ce qui se cache sous 3 Secrets en fiction et documentaire
Dernier épisode du mois et du cycle : « Ce qui se cache sous… ». Nous allons ici écouter différents récits personnels en allant à la rencontre des secrets de certains personnages dans ces documentaires, et ces fictions. Une sorte de bleu à l’encre rouge Un documentaire sonore de Céline Samperez-Bedos où l’auteur revient sur sa relation avec son père décédé. Comment vivre dans le manque, se souvenir, et comprendre son présent avec les douleurs et les joies de son passé, son enfance, et voir ce qui se cache sous? « J’avais 6 ans lorsque j’ai perdu mon père. à sa mort, j’ai tout oublié ou presque. j’ai appris sa mort quatre jours après son enterrement. ma mère m’a dit : ton papa sera toujours dans ton coeur. je l’ai crue. mes histoires d’amour en témoignent. « Crédit photographique : Céline Samperez-Bedos Une porte Yves Zysman est fieldrecordist, il enregistre des fonds sonores, et compose avec cette matière des pièces comme celle-ci, qui lui ont valu le prix Mixage Fou en 2012. Des sons d’insectes, des impressions étranges, inquiétantes, qui vous transportent dans un monde onirique. Mais que se cache-t-il en dessous? Plutôt un rêve ou un cauchemar? « Qui y a t-il derrière cette porte ? Inquiétant… Ou, une porte doit être ouverte ou fermée… » Dyadikotita Dyadikotita signifie « dualité » en grec, Eléonore Dupraz propose ici une pièce abordant la dualité, le double, l’opposé. Cette création sonore fait penser à du théâtre radiophonique. Elle fait parler deux personnages, l’auditeur suit leurs questionnements sur la relation qu’ils entretiennent. La dialogue a été écrit lors d’un atelier de création radiophonique avec Radio Campus Bordeaux, et la musique est d’Alexandre Chaigniau. « Les deux personnages se tournent autour, se mélangent, se répètent, se questionnent sur ce qu’est une relation (leur relation) et comment celle-ci peut naître. » Crédit photographique :  Johannes Plenio Marilyn’s Dream Abi McNeil, qui fait parti de l’équipe de Récréation Sonore propose ici une courte pièce sur la rêverie. Elle nous emmène à la rencontre de Marilyn qui nous décrit précisément son rêve récurrent. Un décors qui plonge l’auditeur dans cette atmophère d’inquiétante étrangeté qu’est le rêve, l’onirisme. Elle nous raconte cette maison, un endroit qu’elle a peut-être connu? Ce passage est en anglais, ce qui ajoute au doute et à la méfiance quant à ce rêve éveillé. Cette création est accompagné d’un son d’abeille qui a été généreusement donné par Yves Zysman. The world is a stage and we are merely players Vanessa Vudo, membre de l’équipe de Récréation Sonore propose ici une pièce sur les dragkings. Alors que l’on connait maintenant assez bien le monde des dragqueens, grâce à des émissions télévisées; les dragking, femmes qui s’habillent en homme sont encore à découvrir, une discrimination de genre supplémentaire… La pièce questionne donc ces notions de genre, ce qui se cache sous le genre, grâce à une rencontre avec une de ces femmes qui est une dragking, qui a notamment défilée sur un char lors de la gaypride. « A la manière du révélateur photographique, bain chimique où l’on trempe le cliché pour faire apparaitre l’image encore invisible, qu ’est ce qui se révèle de nous et du monde dans les personnages que nous créons pour les jouer ? King Size part à la rencontre de Morgane, de son alter ego, le king Thomas Occhio et d’une société de baby kings, apprenties performeuses qui questionnent le genre comme construction. » Crédit : Olivier Parent Réalisation : Abi Mcneil, Production : Abi Mcneil et Julie Maréchal
01:00:16
January 19, 2020
S2 E11 ce qui se cache sous 2 secrets, non-dits, tabous
Ce qui se cache sous… : deuxième volet de notre thématique consacrée au secret, aux non-dits, aux tabous… ce soir avec Aude Rabillon, Sarah Hopsort et Muriel KS. « Remettre chaque chose à sa place » Aude Rabillon nous raconte l’histoire d’Aline Courivault : vingt-deux ans après sa naissance, Aline apprend qu’elle porte le nom d’un homme qui n’est pas son père. Elle décide de briser un tabou familial pour retrouver sa véritable « enveloppe ». Rétablir l’erreur pour porter la bonne histoire. « Personne ne naît deux fois » La quête personnelle de Sarah Hopsort, partie à la rencontre de trois personnes, trois proches, pour chercher à reconstruire ses souvenirs perdus. Ensemble, ils ont une enfance commune qui semble lointaine et irréelle, puisqu’elle s’est faite en Ethiopie. Quels souvenirs les proches de Sarah ont-ils de leur enfance commune ? Choisit-on ses souvenirs ou bien se sont eux qui nous habitent ? Accrochée aux souvenirs de ces trois personnes, Sarah Hopsort saisit peu à peu des morceaux d’histoires qui entremêlent des petits et grands changements des identités. Les Cartes du Maréchal  Une création de Muriel KS produite dans le cadre de l’école de radio Transmission. Novembre 1940, les enfants des écoles doivent vendre des cartes du maréchal Pétain pour le compte du secours national. Un papa refuse que sa fille les vende et l’écrit dans un petit mot. Le frère s’attribue ce souvenir, puis bien plus tard dans sa vie, devenu psychologue et historien, écrit un article sur ce « souvenir volé ». L’enquête sur ce souvenir familial va révéler la fragilité et duplicité du souvenir, et sa contribution étrange au roman familial et à l’interprétation historique. « Personne ne naît deux fois » et « Les Cartes du Maréchal » participeront au concours Petites Ondes du 17e Festival Longueurs d’Ondes, qui aura lieu du 4 au 9 février prochain à Brest. Cette émission a été produite et présentée par Aurore Juvenelle.
57:48
January 15, 2020
S2 E10 Ce qui se cache sous 1 Maman est gouine
"Maman est gouine" s'intéresse aux enfants qui vivent au sein de familles homoparentales. Le point de vue est celui d'Inãki, le fils de Déborah, qui après avoir vécu des moqueries de la part de ses camarades d'école, a voulu, sur proposition de sa maman, allez à la rencontre d'autres enfants qui vivaient des situations similaires à - ou du moins proches de - la sienne. Maman est gouine, un documentaire de Deborah Fabré. Prises de son, montage, mixage de Gregor Beck Musique générique interprétée pas aurélie Palmeri, Catherine Lichtert et David Desgain Production : Across Stickos asbl Avec le soutien du FACR de la Fédération Wallonie-Bxl Cette émission était préparée par Abi McNeil.
55:58
January 5, 2020
S2 E9 La nuit 3 Noël
Pour la dernière séance du cycle sur la Nuit, Récréation sonore propose un numéro spécial  de Sproposito, la rubrique mensuelle de Muriel KS  et, comme chaque mois,  le travail d’un élève du Studio d’électroacoustique  du Laboratoire de Pantin, « To die a litte more «  de Moro-Ninja. Sproposito de fête Un sproposito, c’est un propos hors de propos . Ici,  c’est une composition sonore et musicale hétéroclite,  joyeuse et dépressive comme une nuit de Noël. Il y est  question de patron, de ripatons,  de cornichon et de paturons, et de bien d’autres sources de  stupéfaction, de consternation ou de satisfaction. Les musiques ous pourrez (ou pas) reconnaître, par ordre d’arrivée en scène : Perry Como dans « It’s beginning to look like Christmas » , All I want for Christmas is you chanté par les joueurs de rugby de l’AS Clermont,  Renaud dans « Petit Papa Noël », Karen Cheryl dans « J’ai rencontré le Père Noël »,  Franck Sinatra dans Let it snow, Ray Charles puis Elvis Presley dans « Holy Night » puis « I’ll be home for tonight »,  Etyl dans « j’aime pas Noël », Is That You Santa Claus de Louis Amstrong, Gingle Bells de Bobby Helms et Brenda Lee dans « Rock around Christmas tree », Christmas song de Nat King Cole. Vous entendrez également  des extraits de : « Noël FM » de Charlène Nouyoux – Arte Radio « Les traditions de Noël » de Docseven, Films « La bûche » de Danièle Thomson avec  la voix de Claude Rich, « Joyeux Noël » de Christian Carion, « 3615 Père  Noël » et évidemment de « Le père Noël est une ordure » de Jean-Marie Poiré. Les contes Le Conte de Noël d’Alphonse Allais, quasiment décroissant, est lu et scénarisé par Fred Darevil, vous pouvez le trouver sur http://www.lectures.darevil.com et en CD. Le conte quasiment antispéciste que je lis, avec Julien Sarti dans le rôle du boeuf,  est « L’âne et le boeuf de la crèche » de Jules Supervielle aux Editions Gallimard. « Le bœuf approuva par un silence d’une qualité exceptionnelle. Il savait donner à son mutisme un rythme, des nuances, une ponctuation. Par les jours froids, on pouvait aisément suivre les mouvements de sa pensée à la longueur de la colonne de vapeur qui s’échappait de ses naseaux. Et se rendre compte de bien des choses. « Musiques de Hicham Chahibi: Forest, We three kings, Angelo, All is fine. Musique électronique expérimentale Ce mois-ci, sur le thème de la nuit, voici « To die a little more – 1er mouvement », de Moro-Ninja Premier mouvement d’une série consacrée aux états de déréalisation provoqués par certains cas d’insomnie chronique. Moro-Ninja propose une narration entremêlant sons enregistrés et sons de synthèse  dans un univers où les limites entre psyché, monde et corporéité sont abolies. Dimanche 5 janvier 2020 , Abi McNeil vous proposera la première Récréation sonore du cycle  « Ce qui se cache sous », avec « Maman est gouine » une pièce de Déborah Fabré. Cette émission est produite et présentée par Muriel KS, avec la complicité de François Bordonneau. Grand merci  à  Julien Sarti, Fred Darevil  et au conservatoire Pantin.
58:01
December 22, 2019
S2 E8 La nuit 2 Sommeil Paradoxal
Récréation sonore accueille pour la deuxième séance de son cycle sur la Nuit une pièce de Julien Sarti. Il s’agit de Sommeil Paradoxal, une pièce avec laquelle il a reçu le prix Phonurgia dans la catégorie Art Sonore. C’est une composition sonore à la narration originale, où il est question de sommeil, de voix, de fusées, et de bien d’autres surprises. Il fait se répondre des sons, des paroles, issus d’univers différents, qui permettent une création originale. Un rêve séquencé? « Lorsque j’étais enfant mes rêves se déroulaient en séquence, vous voyez ce que je veux dire, comme ces séries d’aventure que l’on voit à la télévision, c’était comme ça. Chacun de mes rêves était un chapitre. » Voici une phrase que l’on peut entendre, par exemple, au cours de cette pérégrination sonore. Elle est étrange, et fait d’ailleurs écho à la manière dont on peut voir cette forme sonore peut-être inhabituelle mais surtout, amusante, plaisante pour nos petites oreilles! En effet Sommeil Paradoxal est composé de plusieurs petites séquences. L’équilibre ne tient pas dans la suite logique suivant un schéma narratif prédéfini, mais il faut davantage voir (et surtout écouter!) cela comme une constellation de capsules sonores qui se répondent les unes aux autres. L’idée originale « Au début, il y eut lʹécriture dʹun livre, Le disque qui parle: un cabinet de curiosités sonores glanées par des collectionneurs. Puis vint lʹidée dʹune création sonore sous forme dʹun grand détournement en piochant dans cette matière bouillonnante. Sommeil paradoxal a été voulu comme un film pour les oreilles, creuset dʹhallucinations nocturnes dont les personnages auraient été sélectionnés parmi les voix qui peuplent ces sillons. » L’idéal pour appréhender cette création est donc de l’écouter. Pour accompagner la pièce, Julien Sarti a accepté de nous présenter son travail, vous aurez donc droit avant l’écoute de la pièce à une interview.
57:34
December 15, 2019
S2 E6 La voix 3 Les rythmes
Troisième émission du cycle sur la voix; nous avons parlé de langue, parole et du chant. Il est maintenant question des rythmes. Nous recevons Anna Buy, formée au Créadoc avec : User de nos paroles Les bègues buttent sur les mots et sont quotidiennement confrontés à l’écart entre leur désir de dire et l’impossibilité de mettre leur pensée en mots. A l’écoute de leurs corps qui bloquent, de leurs témoignages et réflexions, nous prenons le temps de comprendre comment les personnes qui bégaient se construisent avec et contre cette parole agitée, entre lutte et acceptation. Sproposito Muriel KS, membre de l’équipe de Récréation Sonore,  nous invite au sproposito de la voix ce mois ci. Un sproposito c’est un propos hors de propos . Ici dans Récréation sonore, c’est un cocktail hétéroclite et foutraque de sons inspiré par le thème du mois. Muriel, formée à Transmission, travaille avec Julien Sarti sur « la soupe primitive » pour Radio Mega Valence . Ils dénichent , collectent des sons, musiques, bruitages, émissions en tout genre , et recomposent en nous racontant leur histoire. En suite, de l’artiste sonore, Emmanuelle Gibello, vous allez écouter K La Rebelle. Emmanuelle Gibello développe depuis 2001 une pratique qui emprunte à la fois aux arts visuels et à la musique électronique. Elle interroge les rapports sons, images, paysages sonores et souvenirs. Série de musique électronique expérimentale Comme chaque troisième dimanche du mois le conservatoire Pantin 24/11 nous propose : Y’a quelqu’un ? de Lucas Lecacheur « Quand il pleut, il vaut mieux se mettre à l’abri. Attention à ne pas se perdre dans le noir quand même. » Dans cette pièce, de nombreux jeux sur la voix mettent en perspective le questionnement interne du personnage. Y’a quelqu’un ? nous interroge sur notre identité, sur notre personnalité propre en fuite face aux obscures attaches de notre vie sociale, notre société et bien plus encore… Cette émission a été préparée, réalisée et présentée par Marcela Lopez Romero, avec la complicité de Muriel KS et François Bordonneau. Grand merci à Anna Buy et au conservatoire Pantin 24/11.
52:35
November 24, 2019
S2 E5 La voix 2 Le chant
Deuxième émission du cycle sur la voix; après la langue et la parole, il est aujourd’hui question de chant , avec la Pierotta de Péroline Barbet. Formée aux musiques électro acoustiques et à la réalisation radiophonique, chargée de recherche ethnomusicologique, Péroline Barbet s’intéresse particulièrement aux musiques de tradition orale . Dans la Pierotta, elle est partie d’une archive sonore : Au printemps 1956, le collecteur Sergio Liberovici, parcourt le Val de Cogne en Vallée d’Aoste à la recherche de chanteurs et chanteuses. Il va enregistrer une chanteuse de Cogne, Henriette Guichardaz, qu’on surnomme dans le village, La Piéròtta. Avec cette archive musicale comme point de départ, Péroline Barbet interroge la trace et tend son micro vers la mémoire orale des lieux. Elle propose un portrait sonore où il est question d’amour et d’abandon, de délivrance et d’exorcisme par le chant. Au-delà de la trajectoire individuelle, ce documentaire rend hommage aux femmes de Cogne et de Gimillan ; à la survivance et à la force de leur chant. Les oeuvres de Péroline Barbet, et notamment son dernier documentaire musical sur Rachid Taha, sont à écouter sur son site : peroline-barbet.com. Cette émission a été préparée, réalisée et présentée par Muriel KS, avec la complicité de François Bordonneau et Marcela . Réécouter ici sur Spotify et tous les applis podcasts.
58:07
November 17, 2019
S2 E4 La voix 1 La langue et la parole
Changement de cycle : après la nature, nous parlerons de LA VOIX dans les trois prochaines émissions, jusqu’au 24 novembre. Ce dimanche, nous parlerons de langue et de parole ; on entendra aussi une expérience de méditation et une expérience sonore, toutes deux centrées sur la voix. Nous recevons Catherine de Coppet et Jeanne Hervieux. Journaliste et documentariste sonore depuis plus de dix ans (France Culture, France Inter, RFI, Le Monde, Chut !…), Catherine de Coppet travaille principalement sur l’éducation, la transmission de la science et l’histoire. Ses projets personnels font la part belle au témoignage et à la question de l’altérité, comme dans « Retour à la Langue », un podcast en six épisodes qui interroge les liens entre langue et identité. Huit personnes, qui ont décidé de se confronter à une langue qui fait partie d’eux mais n’est pas leur langue maternelle, se livrent au micro de Catherine de Coppet.  (Visuel ci-contre construit à partir de « Moeder en kind, Samuel Jessurun » de Mesquita, 1929, Rijksmuseum). Etudiante au Créadoc (master « écriture et réalisation documentaire » de l’Université de Poitiers), Jeanne Hervieux nous propose « Tenir sa Langue » : entre mœurs d’un autre temps, immigration et place des femmes, ou comment notre histoire familiale devient un récit plus universel. Deux expériences sonores On retrouve le collectif Les Voix Etranges, déjà entendu dans notre première émission du 13 octobre, avec ce dimanche une variation sur le thème de « La Mouche ».  Enfin, notre camarade Abi McNeil va nous amener, grâce à sa voix, vers un état de méditation profonde, tout en gardant un esprit conscient. « Méditation » est le résultat de recherches sur la méditation – infructueuses – qui ont mené Abi jusqu’en Allemagne, où elle a suivi l’enseignement du « maître » Dr Nalini Sahay… Pour écouter « Retour à la Langue » en intégralité (40 minutes environ), on peut se rendre sur https://podcast.ausha.co/retour-a-la-langue Cette émission a été préparée, réalisée et présentée par Aurore Juvenelle, avec la complicité de François Bordonneau.
01:03:20
November 10, 2019
S2 E3 La nature 3 Voyage sonore entre ciel et terre, entre humain et animal
Troisième et dernière émission de notre cycle consacré à la nature. C’est un voyage sonore tendu entre ciel et terre, entre humain et animal que nous  vous proposons avec ces documentaires. Dans Rester en Tete (2015) de Nicolas Mayeux, nous partons à la rencontre de la colombophilie avec trois passionnés pour y découvrir leurs savoirs, leurs méthodes, leurs secrets alors que se questionnent en filigrane la projection anthropomorphe des éleveurs de pigeons voyageurs ainsi que les relations de compétitivité qui animent notre monde contemporain. Ensuite,  qu’il inspire angoisse ou dégoût chez les humains, le cafard ne le sait que trop bien.  Eve-Marie Bouché nous emmène écouter Le cri du cafard (2017), une réalisation sonore effectuée lors du stage « nouvelles fictions sonores » auprès d’ Alexandre Plank et d’Antoine Richard en Juillet 2017. La bestiole s’efforce pourtant de sourire, de booster son capital sympathie… Plutôt que de chercher à tout prix à l’occire, ne pourrait-on s’en faire un ami ? nsuite, Muriel KS vous propose Sproposito, une nouvelle séquence de Récréation sonore. Prenant la forme d’un collage musical et sonore inspiré par le thème du mois. Muriel recompose à sa manière un « sproposito », c’est à dire un propos hors de propos. Muriel travaille depuis un an avec Julien Sarti  (prix d’art sonore de Phonurgia nova 2018)  sur l’émission « La soupe primitive » sur Radio Mega (91.2 à Valence).  Ils dénichent des sons, musiques, bruitages, émissions en tout genre Enfin,  une fois par mois, nous vous proposons quelques minutes de musique électroacoustique, avec notre partenaire, le Studio d’électroacoustique du Conservatoire de Pantin. Animé par Marco Marini et Jonathan Prager, ce studio est un lieu d’expérimentation où, depuis 1972, des élèves venus du monde entier apprennent chaque année la composition de pièces électroacoustiques, ainsi que leur interprétation « live ». Tout au long de l’année, on écoutera des pièces produites par les élèves de l’actuelle classe d’électroacoustique du Conservatoire. C’est Camille Lacroix qui ouvre le bal, avec « Ornithologos » (littéralement « parole d’oiseau »). Pour découvrir l’adaptation du documentaire de Nicolas Mayeux en court métrage d’animation: “Vifs” (par Nicolas Mayeux) et le site de son association Saxifraga Cette émission a été produite et présentée par Abi McNeil et Vanessa Vudo, avec l’aide de François Bordonneau.
50:50
October 27, 2019
S2 E2 La nature 2 Balade en campagne et au bord de la mer
Deuxième émission de notre cycle consacré à la nature. Cette semaine, on se balade à la campagne et un peu au bord de la mer. On part d’abord sur la Piste Animale, avec Péroline Barbet. Cette série de courts documentaires de création dessine un bestiaire extraordinaire, extraordinairement sonore. Les sons de la nature – tels quels ou finement orchestrés – et les récits des Hommes. On découvre de manière captivante et mystérieuse les remue-ménage des cerfs (« Le Plein Boum ») et la vie secrète du grand-tétras (« Les Derniers Confins »). On rejoint ensuite le collectif Phaune radio, pour deux pièces consacrées à la métamorphose, tirées de sa série Tiny Tunes : Le Papillon et La Tortue Marine. On retourne en forêt avec Chloé Sanchez et son “Cri du Lichen” et avec Yves Zysman, qui fait parler les insectes… Enfin, dernier trajet, à nouveau vers la mer, où notre comparse Julie Maréchal s’est intéressée aux pêcheurs à pied. Pour écouter les œuvres de Péroline Barbet, rendez-vous sur www.peroline-barbet.com. Phaune Radio vous propose une immense collection de pièces et de séries, à découvrir sur www.phauneradio.com Pour découvrir le travail de Chloé Sanchez : chloe-sanchez.weebly.com Et celui d’Yves Zysman : www.soundcloud.com/yves-zysman La semaine prochaine, suite et fin de notre cycle sur la nature. Cette émission a été produite et présentée par Muriel KS et François Bordonneau. Merci à Yves Zysman pour ses sons d’abeilles, qui habillent toute cette Récréation Sonore.
58:07
October 20, 2019
S2 E1 La nature 1 Sophie Berger, Les voix étranges
Voici une nouvelle saison de Récréation Sonore qui commence, cette année avec, Fanny Dujardin, Aurore Juvenelle, Marcela Lopez-Romero, Julie Maréchal, Abi McNeil, Muriel Sanchez-Kremp, Vanessa Vudo et votre serviteur, François Bordonneau. Pour cette saison, grâce à l’Association pour le Développement du Documentaire et de la Création Sonore, l’Addor (www.addor.org), nous avons fait appel à de très nombreux auteurs d’œuvres sonores. Nous leur avons demandé de nous proposer des pièces – documentaires ou créations artistiques – en rapport avec une liste de dix thèmes : la nature, la voix, la nuit, “ce qui se cache sous”, le travail, les archives, l’invisible, les répétitions, la rêverie et les listes. Cette semaine, et jusqu’au 27 octobre, nous parlerons de la nature, avec Sophie Berger – ingénieure du son et auteure-voyageuse – et Les Voix Etranges. On écoute donc 49°00 Sud, périple de Sophie Berger dans les Terres australes et antarctiques françaises, en bateau, sur le Marion Dufresne, qui assure la liaison entre ces îles du bout du monde, et à pied, notamment aux îles Kerguelen et Crozet. www.sophieberger.com On écoute également Arbre, une des quatre Fables de l’Autotune créées par Les Voix Etranges et des élèves du collège de Felletin dans la Creuse… … et on pourra en entendre bien plus sur le site de Radio Vassivière, http://radiovassiviere.com/category/musicales/voix-etranges/ On se retrouve la semaine prochaine, même antenne, même heure, et on parle toujours de la nature, cette fois-ci du point de vue des animaux. A suivre !
57:60
October 13, 2019
S1 E22 Créadoc, on tient le choc ?
ibratin : Les lettres une création de Narimane Baba Aissa « Occupe-toi de prendre un stylo, je te dirai ce que tu écriras Je te parlerai en kabyle et selon ton gré tu transcriras, A qui ne comprend pas, toi qui sais, expliqueras. Met cela sous forme de lettres, c’est toi qui les porteras. Alors que je serai parti, tu leur expliqueras. » Tibratin – Les lettres (chanson d’Aït Menguellet) Ce documentaire sonore raconte la quête d’identité de ma grand-mère née en Algérie, d’un père kabyle et d’une mère franco-belge originaire de la région minière de Charleroi. Elle reprend une correspondance arrêtée près de 70 ans plus tôt, avec des descendant.e.s de sa famille belge. Elle entreprend un voyage à Charleroi et à Verdun pour visiter les tombes de son grand-père mort pendant la guerre 14-18 et de ses tantes et oncles belges. Accompagnée dans ce voyage par ma mère et moi-même, un peu comme un rite initiatique partagé entre 3 générations de femmes immigrées. Le documentaire qui mêle une histoire intime à l’histoire de la Première Guerre Mondiale, de la guerre d’Algérie mais aussi de la guerre civile algérienne et de l’immigration, raconte comment la quête de ma grand-mère, fait écho à mes propres questionnements sur mes origines et mon identité. Narimane Baba Aissa est une franco-algérienne de 28 ans, vivant à Paris. Issue du monde du travail social et du militantisme associatif dans les quartiers populaires franciliens, elle travaille actuellement sur des projets de documentaires sonores. Fascinée par la radio et le son, elle aime faire entendre les petites histoires des gens, en tentant de les ancrer dans une histoire sociale et politique plus large. Créadoc, on tient le choc ? Une création par des étudiant·es du Creadoc et la complicité d’Antoine Chao. Montage – Alexandre Duval Le Creadoc est un master d’écriture et de réalisation documentaire, situé depuis 2005 à Angoulême. C’est la première formation universitaire en France dédiée à la réalisation documentaire et la seule à travailler en première année uniquement l’écriture sonore. Rattaché à l’Université de Poitiers, le master de création a formé en 25 ans des générations d’étudiant·es à l’écriture, à l’expérimentation et à la réflexion autour du travail d’auteur·e. Toutes et tous ont bénéficié des conseils et de l’écoute attentive d’une multitude d’intervenant.es professionnel.les. (France Culture, France Inter, Arte Radio, Radio Grenouille, Phaune Radio…) Depuis quelques années, et comme bon nombre de filières universitaires, la formation est fragilisée dans son déroulement quotidien. Son existence est aujourd’hui menacée. En écho à cette situation mais aussi pour donner à entendre toutes ces voix qui résonnent dans ce lieu unique. Voici un collage sonore réalisé uniquement avec des productions des étudiant·es du Creadoc et la complicité d’Antoine Chao qui a consacré en 2017 un focus sur la formation dans l’émission Comme un bruit qui court sur France Inter. Cette émission était préparé par Julie Maréchal (montage) avec Marcela Lopez Romero (réseaux sociaux) et Abi McNeil (recherche). Pour finir, le podcast sera disponible à partir de 28 avril sur Spotify, iTunes, Anchor et sur toutes les plateformes majeurs.
50:41
April 28, 2019
S1 E21 (Dé)construction des imaginaires / docs du CREADOC
Cette semaine dans Récréation sonore l’équipe vous propose une émission qui questionne nos images, nos représentations des phénomènes fantastiques, et scientifiques. Il est parfois difficile de se représenter ces univers, le paranormal n’a pas de visages, de voix, et le monde scientifique, par exemple la physique nucléaire n’a pas d’image, en dehors de ces immenses centrales.  Le premier documentaire qui s’intitule Franceline souffle les maux, réalisé par une étudiante du CREADOC  Jehanne Cretin-Maitenaz dresse un portrait d’une sorcière sympathique. Elle nous raconte son métier de soigneuse, comment elle s’y prend, sa relation avec ses patients, comment elle en est venue à exercer. Une histoire étonnante qui viendra remplacer dans nos têtes les horribles sorcières de certains dessins-animés. Ensuite nous écouterons Cherbourg : A l’écoute des imaginaires du nucléaire, un documentaire réalisé par Julie Maréchal. Une promenade sonore dans le Nord Cotentin, une des zones les plus nucléarisées d’Europe, (avec une centrale de production et sa construction d’EPR, un centre de retraitement, et la construction de sous-marins nucléaires), où nous entendons des artistes s’exprimer sur leurs pratiques, et leurs œuvres qui abordent cette industrie particulière. Le risque, l’industrie, la précision, la minutie, la peur travaillent leurs imaginaires et leurs créations permettent de faire naître du sens de ces immenses usines.  Les artistes cités sont : Peter Cusack, Jean-Gérard Gwezenneg, Jean-Philippe Burnel, Frédéric Leterrier, ainsi que le groupe Magène pour sa musique Jobourg, écrite par le poète Côtis-Capel. Emission réalisée par Julie
56:04
April 16, 2019
S1 E20 Vivre dans les brèches (génocide Rwanda, crise du logement France)
L’équipe de Récréation Sonore vous présente aujourd’hui une émission autour  de deux documentaires qui convoquent chacun des résonances singulières avec l’actualité. Le premier fait intimement écho aux commémorations des 25 ans du génocide au Rwanda. C’est une rediffusion d’un documentaire signé Abi McNeil. Le second vous est proposé par Fanny Dujardin et a pour sujet la vie d’un squat, à Angers, en ce début de mois d’avril où la trêve hivernale s’achève et où les habitants de ce genre de lieux précaires sont menacés d’expulsion. 15 000 photos de Abi McNeil « J’ai interviewé Aimé pour un épisode de Radio Campus Paris sur le thème de la guerre et de la paix. Je n’avais jamais parlé avec lui du génocide rwandais auparavant. C’est un ami, mais nous nous connaissons depuis peu. Nous avons discuté en français, et ça m’a prit quelque temps pour digérer la conversation. Sur le coup je n’avais pas ressenti beaucoup d’émotion. C’est seulement en rentrant chez moi, sur mon vélo, que j’ai réalisé quelle histoire je voulais raconter. Ce n’était pas celle d’Aimé perdant son père, ce n’était pas des accusations ou de nouvelles révélations au sujet de la vie au Rwanda ou du génocide. C’était l’histoire du « vide », de toutes les brèches, des choses qu’il ne connaîtrait jamais, des choses dont il ne se souvient pas. Quand je lui ai demandé si je pouvais voir une photo de son père, il a fouillé partout pendant vingt minutes en disant qu’il cherchait un album dans lequel il était sûr de pouvoir me montrer quelque chose...» Texte : Abi McNeil, traduction : Fanny Dujardin La Grande Ourse, de Fanny Dujardin À Angers, le squat de la Grande Ourse, est menacé d’expulsion suite à la fin de la trêve hivernale. Il héberge à ce jour des étudiants ou travailleurs précaires, des mineurs isolées,  des demandeurs d’asile. C’est à la fois un lieu de vie en communauté, où des personnes en détresses retrouvent un peu de solidarité, et un espace où s’organise la lutte politique pour le droit au logement, et pour créer des modes de vie autonomes. Ce documentaire de 38mn dresse le portrait du lieu et de ses habitants, dans une tentative de saisir les réalités multiples qui s’y côtoient, notamment le clivage entre l’engagement politique des jeunes militants, et le recours par défaut à un mode d’habitat précaire, parfois difficile à vivre pour d’autres. Musique du générique : Niklas Paschburg – Tuur mang Welten Cette émission  a été réalisée par Fanny Dujardin assistée dans la mise en ligne par Vanessa Vudo
52:48
April 7, 2019
S1 E19 les chineuses épisode 2
  L'équipe de Récréation Sonore vous propose le volume 2 des Chineuses. Les chineuses est une émission de 1h enregistrée à Angoulême pendant la radio éphémère du Festival international de la Bande Dessinée Radio Ad'hoc.  Cette émission est animée par les étudiants du CREADOC et a par sujet la précarité. Au programme : Histoires de rue de Pauline Steachelin, (Réalisé dans le cadre de la première année du master CREADOC.) Introspection de ma fenêtre,  documentaire présenté par Fabien Petitpré,  (création sonore collective, réalisée dans le cadre d’un atelier à la maison d’arrêt de Gueret) Pour conclure, nous vous invitons à vous abonner à notre podcast sur votre application de préférence : Apple Podcasts, Spotify, Google Podcasts.   Abi McNeil a préparé cette émission. 
59:09
March 26, 2019
S1 E18 des sons vacanciers, de gilets jaunes, politiques et d'enfance
L’equipe de Récréation Sonore vous a encore préparé une émission fait maison bien chargée de bons et beaux sons. Cette émission vous présente des mais sujets très profonds comme les souvenirs et l’enfance, et des sujets d’actualité comme le mouvement des gilets jaunes et l’ambiance sonore des meetings politiques.   Cinq souvenirs de vacances par François Bordonneau « Je voulais faire un collage avec les sons que j’ai glanés en Israël, où je suis allé en septembre 2017. Malheureusement, je m’y suis pris un peu tard : pas le temps de plonger dans ces 50 sons et de les assembler. Je n’ai qu’un souvenir, le bruit du « tac-tac » des raquettes de matkot, sur la plage de Tel-Aviv… Bon, de toute façon, Israël, ça sera pour plus tard. Mais ce souvenir de vacances en appelle d’autres. Voici cinq sons de vacances, pris à rabat, au Maroc, à Paris, au Salon du Livre et là où l’on danse le tango sur les quais. Et puis, enfin, à l’île de Batz et à la pointe Saint-Mathieu, dans le Finistère. »   Ceviche, 4’27 par Vanessa Vudo  « Homme libre, toujours tu chériras la mer !, la mer est ton miroir… » Une robinsonnade bretonne au chant des vieilles, des araignées de mer et du temps qui passe. Luxuriating in Sound, 2’57 par Abi McNeil Il est délicat de parler de quoi ce soit sans préciser d’abord son contexte. Sans vous emmener jusqu’à la maternité dans laquelle je suis née, j’aimerais dévoiler quelques ambiances de mon enfance. – Une présentation personnelle dans le cadre de Transmission 2, ecole libre de la radio.  Paroles de gilets jaunes par Aurore Juvenelle  Marie-Laure : Promenades dans les rues du 16eme arrondissement de Paris, pendant l’acte XVI, le 2 mars 2019. Immigrer enfant, 16’34 par Marcela Lopez Romero Grâce, une femme camerounaise, me raconte comment ses parents ont décidé de l’envoyer vivre chez son oncle en France quand elle n’avait que 8 ans. La France et sa famille d’accueil ne ressemblaient à ce qu’elle avait imaginé.  Bonjour l’ambiance ! de Joachim Poutaraud Notre rubrique mensuelle sur l’ambiance sonore Bienvenue au milieu des meetings politique et clips de campagne où les rythmes, les tubes et autres surprises constituent les musiques de campagne choisies pour les candidats à l’élection présidentielle. Quelles soient conquérantes, effrayantes ou enthousiastes, les musiques de campagne n’ont rien d’anecdotique. Mais qui se cache derrière tout ça et comment choisit-on la bonne musique de campagne électorale ? Retour sur le phénomène des chansons et clips de campagnes qui rythment les élections présidentielles en France, depuis plusieurs décennies. Cette émission a été produite par François Bordonneau, avec le coup de main de Marcela Lopez Romero pour la communication. 
57:50
March 17, 2019
S1 E17 l’amour, etc.
Aujourd’hui dans Récréation Sonore, on vous parle d’amour, de rencontres et de frissons. Au programme de ce dimanche 24 février 2019 : Le Rouge et le Noir Nous commencerons par la lecture d’un extrait du chef d’œuvre de Stendhal. Le Rouge et le Noir, est paru en 1830. Il raconte la vive passion que Julien Sorel, jeune provincial ambitieux mais de basse extraction, éprouve tour à tour pour deux femmes d’un milieu social bien supérieur. Dans le livre 1er, il est engagé, lui le fils d’analphabète, comme précepteur des enfants du maire de Verrières, un bourgeois fat et grossier, au contraire de son épouse, madame de Rênal, une femme sensible et rêveuse, dont Julien Sorel tombe violemment amoureux… Une lecture proposée par Aurore Juvenelle. Hello demain, épisodes 2 et 3 // Produit par Orange En 2064, errer sous la pluie pour chasser un chagrin d’amour pourra se faire en taxi volant et autonome. C’est ce que tente Aloisa en parcourant le Paris de demain. En échange de quelques données, il se pourrait même que le chauffeur virtuel puisse la consoler. 2069. À quoi ressembleront les Meetic et Tinder de demain ? Au cours d’un dîner entre amis, Jean-Marc et Eve découvrent le Dharma Grover. Cette technologie, qui permet à ses adeptes de partager leurs données biométriques pour avoir accès à des informations prédictives, pourrait changer l’avenir de leur couple.  Sex and sounds (n°6) : ASMR, le plaisir basse fréquence, une création de Maïa Mazaurette, mixée par Samuel Hirsch et produite par Arte Radio. Il y a des sons qui relaxent, il y a des sons qui énervent… et entre les deux, il y a l’ASMR. Il s’agit de craquements, glissements et autres chuchotements censés provoquer du plaisir, de l’excitation, voire un orgasme. Les adeptes comme les vidéos se comptent par millions. Le plaisir par l’oreille ? Ce n’est plus un fantasme, c’est une réalité. Sex and sounds, le podcast de Maïa Mazaurette, tous les mardis ARTE Radio propose chaque mardi « Sex and Sounds », le premier podcast dédié aux liaisons fructueuses entre plaisirs d’en-bas et sons d’en-haut. Là, dans nos oreilles, juste autour de cet énorme organe sexuel qu’on appelle le cerveau… A retrouver sur la chaîne Youtube ARTE Radio. L’amour à Cuba // De François Bordonneau : petite déambulation sonore plus ou moins réaliste, en train et en coco taxi, à La Havane et à la campagne, en musique cubaine mais aussi avec Scarface dans la tête… et tout ça se termine par un peu d’amour. Cabinet de curiosités, par Abi McNeil : Qu’attendez-vous du partenaire idéal? Le « dating » existe depuis bien plus longtemps que l’on ne croit. Voici un regard en arrière sur les exigences au sein du Marriage Bureau, société de « matchmaking » en temps de guerre à Londres. Pochette surprise : le Velvet Underground et sa banane… Bonne écoute ! Une émission réalisé par Joachim Poutaraud.
53:47
March 6, 2019
S1 E16 La folie dure
 Ce dimanche , Récréation Sonore s'égare du côté de la folie, autour d'une archive d'Antonin Artaud interdite à la diffusion pendant plus de 20 ans, et d'une fiction surréaliste « La première fois que je suis devenue foule ». "La recherche de la fécalité", par Antonin Artaud : Antonin Artaud, auteur notamment de « L'Ombilic des Limbes » et de « Le Théâtre et son double », se disait atteint « d'un effondrement central de l'être ». Longuement interné dans diverses institutions psychiatriques au cours de sa vie, il est « soigné » à la mode d'alors : par électrochocs. Il ne cesse pourtant jamais d'écrire, à tel point qu'on lui diagnostique une « graphorrhée ». Cet extrait est tiré de « Pour en finir avec le jugement de Dieu », une performance radiophonique qu'Antonin Artaud a enregistré en novembre 1947 pour la Radiodiffusion française, en compagnie de Maria Casarès, Paule Thévenin et Roger Blin. Suite à l'écoute de cet enregistrement, le directeur de la radio, Wladimir Porché, interdit le programme. Il ne sera diffusé qu'en 1968. "La première fois que je suis devenue foule" Fiction surréaliste réalisée par Jeanne Debarsy et Maël Lagadec, d'après un texte anonyme. 2017 « La première fois que je suis devenu fou, j'ai eu l'impression vertigineuse d'accéder à un étage de mon être. Je pénétrais dans un champ de conscience qui m'était jusqu'alors interdit ou caché et je n'y reconnaissais rien, je ne savais pas si j'étais mort ou si je venais de naître. Tout y était inouï et incertain. Je ne pouvais plus interpréter ce que je ressentais. J’avais un nouvel univers à déchiffrer dont chaque signe était un miroir de ma perplexité. Je me suis dit, ou plutôt cela s’est dit à travers moi : Ma folie est le dernier rempart entre moi et une liberté totale. Qui cédera le premier ? Le rempart ? Moi ? Ou la Liberté ? » Une production BabelFish  réalisée dans les studios de la RTBF, avec le soutien de l’A.C.S.R et du Fond d’Aide à la Création Radiophonique. Cette émission est réalisée et présentée par Aurore Juvenelle.
57:30
March 6, 2019
S1 E15 Les Chineuses épisode 1
  Aujourd’hui dans récréation sonore, nous re-diffusons « les chineuses » une émission amie, produite sur l’éphémère « Radio Ad’hoc » en janvier dernier. Cette radio est animée par les étudiant·e·s du CREADOC (cette fameuse école de documentaire sonore d’Angoulême) dans leur ville pendant le festival international de la bande-dessinée. Equipée d’un émetteur et d’une antenne, accrochée tant bien que mal sur un toit au bout d’un mât, elle diffuse en FM pendant quatre jours. Cette radio est un lieu d’apprentissage collectif et d’expérimentation pour des faiseurs de sons en herbe. Chacun·e peut proposer une émission, s’essayer à la réalisation, à l’animation ou à la technique, aller à la rencontre des habitant·e·s locaux, ou des artistes du festival, parler de bande-dessinée ou de toute autre chose, de sujets tendres ou polémiques, poétiques ou politiques, d’actualité, de radio … Le tout dans un esprit d’improvisation où l’on s’essaye à la radio cousue bouche qu’on aime tant. On y diffuse aussi des documentaires de création dans « les chineuses ». Vous entendrez donc deux documentaires ainsi qu’une discussion autour de la table entre leurs auteur·e·s et leurs camarades de 1ère année. i. Quand c’est plus l’heure, de Marie Flacon (2016) « En 1966, De Gaulle lançait sa campagne d'essais nucléaires en Polynésie. Aujourd'hui restent des questions informes et hésitantes, on les formule en regardant nos pieds. La plus grande d'entre toutes: Mamie est-elle morte à cause des bombes de Moruroa? Je la pose à ma mère, sa fille. »      Documentaire réalisé dans le cadre du Master 1 Ecriture et Réalisation de Documentaires de Créations (juin 2016) Mention "Coup de coeur du jury" au Prix Longueur d'Ondes de la Création Documentaire (février 2017). ii. Le Désensableur, un documentaire de Fanny Dujardin (2017) « Jean-Paul, 82 ans, passe sa vie depuis la retraite à désensabler les bunkers abandonnés du mur de        l’Atlantique. Il s’appelle lui-même « le désensableur ». Que cherche-t-il dans ce geste digne de Sisyphe, répété à l’infini ? Que veut-il sauver dans ces ruines, de l’histoire qui s’est jouée là, ou de sa propre mémoire ? »   Documentaire réalisé à Soulac-sur-Mer, monté à Angoulême (dans le cadre du CREADOC) en mars 2017. Sélectionné en compétition pour le prix "petites ondes" au festival Longueur d'Ondes 2018 (Brest). Lien vers d’autres documentaires de l’auteure : https://soundcloud.com/fannydujardin/le-desensableur Vous pouvez retrouver toutes les émissions de la saison 2019 de Radio Ad’hoc en podcast ici : https://www.mixcloud.com/RadioAdHoc/ Plus d’information sur leur page facebook : https://www.facebook.com/adhocradio/   Musique du générique de début : Yann Marc Une émission présentée par Fanny Dujardin Merci à Jeahanne, Amélie, Jimmy
59:23
March 6, 2019
S1 E14 Quand la mer se retire
 Alors que la semaine du son bat son plein (encore jusqu'au 03/02), Récréation sonore vous propose cette semaine un documentaire avec un environnement sonore tout particulier. Quand la mer se retire, parle de maladie, de vie, de rencontres, de la force des relations tout en proposant un accompagnement sonore atypique. Ici pas de bruits d'hôpitaux, le lieu commun de la maladie, mais des promenades le long de la mer, ou sous des arbres. On entend la vie, une connexion avec la nature, des discussions, des témoignages de cette femme que l'on suit à travers son cancer du sein. Le travail du son permet à l'auditeur de s'évader avec ses personnages, tout en abordant ce sujet difficile de la maladie.  Un documentaire de Ecaterina Vidick et Aurélie Boudet produit par Babelfish asbl avec le soutien de l'acsr et du Fonds d’Aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Emission réalisée et présentée par Julie Maréchal
56:26
March 6, 2019
S1 E13 Le blanc, marketing sonore & plus
  Première Récréation Sonore d'équipe de l'année 2019 !  Dans un but de création 100% maison, nous avons proposé « le blanc » comme point de départ. Julie Maréchal s’en est inspirée et a créé un documentaire de 10 min : "Le blanc, le pigment blanc révèle la lumière, les autres couleurs viennent l’habiter, le colorer  et le recouvrir, pour enfin disparaître. Il est le début, toujours aux prémisses des œuvres d’arts : L’écran de cinéma, la page blanche de l’écrivain, la toile vierge du peintre, et le blanc sonore en ce qui nous concerne... Comment donc exprimer cette absence ? En ce début d’hiver, où l’on préfère s’enrouler dans ses nouveaux draps, voici un petit documentaire avec un ancien médecin ayant travaillé pour les bases polaires des terres australes. Nous irons donc à la rencontre du continent antarctique (pôle sud !) pour tenter de comprendre cet univers où le blanc est omniprésent. Un long voyage dont le but sera de capter le vide, l’absence et enfin révéler cette couleur blanche." Et comme il est désormais de coutume une fois par mois, vous retrouverez nos rubriques : Bonjour l'ambiance ! de Joachim Poutaraud  Le marketing sonore, la musique d’ambiance en magasins.   "Qu'elle soit commerciale, thérapeutique ou purement contemplative, le but de la musique d'ambiance en magasins n'a jamais vraiment été d'être écoutée. Mais alors à quoi sert-elle ? Les gens auraient-ils peur du silence ou s'agit-il simplement d'un cache-misère ? Revenons sur les  principales thématiques du marketing sonore, un des acteur constitutif de l'environnement sonore des espaces de vente.  Avec les témoignages de l'agence Sixième Son (identité sonore et production musicale), Alain Goudey (professeur associé de Marketing à NEOMA BS) et Jean-François Lemoine (professeur à l'université Panthéon Sorbonne Paris 1 en marketing expérimental)." Cabinet de curiosités sonores  A mermaid Is On Air - 10'50, Anna Raimondo, 2016 (Commisioned by Maria Andueza for RRS (Radio Reina Sofia), co-produced by Kunst Radio & Radio Revolten. Sound effects: Céline Bernard. Sound mix: Jeanne Debarsy   Pochette surprise  Proposition d'accroche "Une photo avec une subtile nuance de gris est la garantie d'un beau noir et blanc, gage d'un grain de toute beauté. A l'image de la pochette qui illustre l'album "Rain Dogs" de Tom Waits  sortie en 1985. C'est le chanteur-troubadour qui l'a choisi lui-même. Il a pour cela puisé dans un livre du photographe Suédois, Anders Petersen, sorti en 1978, pour un travail effectué au début des années 60, Le café Lehmitz. C'est toute l'histoire de la pochette du jour". En dernière partie d'émission nous vous présentons deux lauréats du concours de création sonore Oreilles Curieuses  Le troisième prix « Le monde s’éprouve » sur le thème « Interférences » de Fanny Testas & Lola Barrett. Le prix d’honneur « Qui se bat contre qui » sur le thème Soul Survivors de Nina Beltram. Cette émission a été préparée et présentée par Marcela Lopez Romero, avec l’aide d’Abi Mc Neil, Julie Maréchal, Joachim Poutaraud et François Bordonneau
54:16
March 6, 2019
S1 E12 De la magie pour 2019
  Bienvenu dans la première Récréation sonore de l'année 2019! Pour fêter cela nous vous proposons deux créations sonores merveilleuses qui traite justement du merveilleux et de la magie.  Le premier est un documentaire s'intitulant Escamoteur de Cabirira Chomel. Nous irons à la rencontre d'un magicien un peu lunaire, qui voyage dans l'espace et lévite sous nos oreilles ébahies!  Ensuite nous écouterons Come Come de  Isabelle Dumont et Candy Saulnier. Elle nous offre par cette fiction  un voyage onirique où nous serrons happés par le chant des sirènes. Nous naviguerons à travers différentes histoires afin de mieux comprendre cette légende, qui à nos oreilles risque de sembler bien réelle. Merci à l'Atelier de Création Sonore et Radiophonique pour ces deux productions. Emission animée et réalisée par Julie Maréchal.
51:21
March 6, 2019
S1 E11 Docs produits par l’ACSR : Rascasse le vieux marin - Si je rêve, prends garde à toi
 // Bienvenues à la dernière recréation sonore de l’année // Notre premier documentaire parlera de la mer. J’ai rencontré la réalisatrice à Utopie Sonore 2018, une résidence estivale destinée à l’expérimentation sonore sans limites. La charmante Zoé vient de terminer une nouvelle œuvre, « Rascasse le vieux marin ». Grâce au soutien de l’association de création sonore radiophonique cette œuvre est actuellement en train de faire le tour de la Belgique, où Zoé habite par ailleurs. C’est une fiction adaptée d’un livre de Fréderic Cartier Lange. Rascasse, dont le personnage principal est représenté sur la couverture du livre : un marin à la barbe rouge qui contemple le destin incertain de l’océan d’ou émerge une immense île de déchets. En plus de la voix de Denis Lavant, Zoé et son équipe mélangent des sons enregistrés par leurs soins pour produire un documentaire de fiction saisissant // RASCASSE LE VIEUX MARIN de Zoé Suliko (2018) 25’ + ENTRETIEN INÉDIT avec la réalisatrice // // La deuxième documentaire de cette émission : SI JE RÊVE, PRENDS GARDE À TOI de Jeanne Cousseau (2018) 20’36 // Camille n'arrive pas à dormir. Félix rêve. Camille invente ce que Félix rêve et Félix rêve ce qu'il rêve et ce que Camille invente. Une histoire de sirènes, de plage et de glaces. // // Ecoutez le podcast ci-dessus et prochainement sur l'appli Podcast Addict (Android et iOs) // Une émission réalisé par Abi McNeil.
57:50
March 6, 2019
S1 E10 Kinshasa, des histoires à nous
 Ce dimanche 23 décembre la République Démocratique du Congo aurait dû avoir un nouveau président. Après un peu plus d’une quinzaine d’années de présidence du père et du fils Kabila, et un retard de deux ans pour cette nouvelle élection, les citoyens congolais vont enfin pouvoir retourner aux urnes… mais cette élection présidentielle a été reportée d’une semaine. Dans ce contexte électoral, l’équipe de Récréation Sonore est heureuse de vous présenter un documentaire sur Kinshasa, la capitale du Congo. Créé au printemps 2018 par Sebastien Godret et Benjamin Bibas,  « Kinshasa, des histoires à nous » est mis en son par Sebastien Lecordier.   Le Congo a été en guerre de 1995 à 2003, la PIB par habitant est un des plus faibles du monde. C’est dans ce contexte que les auteurs sont allés s’intéresser à Kinshasa, ville de près de 15 millions d’habitants, pour y voir comment, culturellement, elle s’est construite et continue d’évoluer et de s’enrichir artistiquement. Tourné en partie dans l’école des Beaux Arts de Kinshasa, la plus ancienne de toute l’Afrique subsaharienne, ce documentaire explore les pratiques artistiques à Kinshasa et fait frémir nos oreilles par des instants poétiques (slam, chanson, poème…). Il nous explique également la place importante de l’activité artistique dans cette ville qui, comme ils le disent dans une présentation, a été aussi bien « une soupape de sécurité qu’un levier social, économique et symbolique ». En deuxième partie de l’émission un court échange avec Benjamin Bibas réalisateur du documentaire qui nous expliquera sa démarche au sein de cette création. « Kinshasa, des histoires à nous » a été produit par notre partenaire La Fabrique Documentaire . [Image : Avenue Luvua, commune de Lingwala, Kinshasa, avril 2018 – photographie Sébastien Godret] Cette Récréation Sonore a été réalisée et présentée par Julie Maréchal.
57:36
March 6, 2019
S1 E9 Noël ! – Emission fait maison
C’est l’émission produite par les membres de l’équipe. Le 16 décembre, on parle de Noël, Noël à la maison mais aussi, actualité oblige, Noël dans la rue, où le rouge a des reflets jaunes.  « Essai radiophonique » Comment faire un documentaire sonore sur Noël quand le mois de décembre est enflammé par la colère sociale ? Je voulais faire un reportage sur le Père Noël, aller dans les grands magasins, interviewer les gens qui sont payés pour jouer ce rôle, enregistrer un enfant qui y croit, un enfant qui n’y croit plus… mais le mouvement des « gilets jaunes » a éclaté et les bonnets de Père Noël je les ai vus sur la tête des manifestants, et les sapins dans les barricades. Que faire dans mon documentaire quand les violences dans la rue forcent les grands magasinsà fermer leurs rideaux ?  Par Fanny Dujardin – Texte adapté de Claude Levi-Strauss, « Le Père Noël supplicié », et lu par Vincent Couesme.  « Petit clip sonore de circonstance » On déambule dans l’univers de Noël au gré de sons divers et variés, de films surtout, sur le thème de la famille : « je suis partie de l’idée de parler de la famille, car les fêtes de Noël ça se passe le plus souvent…en famille. Mais comment on en est tous arrivés là ? Et bien demandons à Freud et à Levi-strauss…» Par Elsa Fiévez « Quand il descend du ciel » « le Père Noël » « les Chants » « le Mensonge » « les Déceptions de Noël » Voici les quatre épisodes de la mini-série « Quand il descend du ciel ». Marcela López Romeroet Sonia Leyglene ont fait parler de Noël à des enfants et des adultes, en leur posant les mêmes questions… Avec, les enfants Alix, Evans, Natasha, Josephine et Bérénice, les ados Luana, Martin et Colline et les adultes Claire-Sophie, Thiago, Angela et Catherine. « Le calendrier de l’Avent » De petites cases que l’on découvre et qui cachent des chocolats, avec des petits jouets ; avec du maquillage, des bières ou des sextoys… depuis quelques années, le calendrier de l’Avent est à la mode, si bien qu’on y trouve tout et n’importe quoi. Avec quelques sons et une voix de synthèse, voici un retro-planning de Noël, dont la suite, le « calendrier de l’après », sera disponible dans notre émission de janvier. Par François Bordonneau  Bonjour l’ambiance : « Bienvenue en Inde ! » Sur les routes urbaines saturées des villes de New Delhi et Mumbai pour partir à la découverte du caractère sonore intense de la circulation indienne. Prenez place à bord du traditionnel « tuktuk » indien pour vous plonger dans l’environnement sonore quotidien d’un indien en tentant de comprendre son rapport au son et l’usage intensif du klaxon. Petite entrevue locale avec la participation de Mony Khubchand, acteur important du mouvement No Horn de New Delhi et de Christine Guillebaud, chercheur au CNRS et au centre de recherche en Ethnomusicologie (CREM), LESC/Université Paris Nanterre. Par Joachim Poutaraud  Un texte, une voix, des sons : « Napoléon le Petit » de Victor Hugo  Cabinet de curiosités sonores : « Le Passage des rennes »,  « Samedi 8 décembre, avenue des Champs-Elysées »  Pochette surprise : « Antilles Méchant Bateau »  Cette émission a été réalisée et présentée par François Bordonneau 
52:50
March 6, 2019
S1 E8 Les poupées russes
  Les poupées russes Laurence Ellena   Écoute suivie d’un entretien avec la réalisatrice Ce dimanche à 18h dans Récréation Sonore, nous écoutons les poupées Russes, le documentaire d’une réalisatrice débutante, Laurence Ellena, étudiante au CREADOC d’Angoulême, mais aussi sociologue, maîtresse de conférence à l’université de Poitiers. "Chronique d'une fille qui cherche" Cette pièce audacieuse est à la fois un journal, un roadmovie, et un essai radiophonique. Laurence la décrit elle-même comme la « chronique d’une fille qui cherche ». Jouant sur la subtile frontière entre l’humour et l’angoisse, elle se lance dans une enquête sur la « sensation d’infini » et met ses amis à contribution. Le rythme est celui d’une course, qui nous fait rebondir au gré de sa fantaisie d’un trajet en voiture à un déjeuner entre amis, où l’on prend soudain le temps d’une conversation philosophique. Et de fil en aiguille, en cherchant l’écho de son vertige chez les autres, Laurence Ellena tisse une petite anthropologie du rapport à la mort. Les rebonds anarchiques de ce documentaire donnent à entendre l’originalité d’une forme de pensée, d’une forme de vie, celle de son auteure. Par son approche de l’écriture sonore, Laurence fait du bien à nos oreilles habituées à des styles plus sages.   Entretien En deuxième partie d’émission, Laurence Ellena nous accorde un entretien téléphonique.  L’occasion de l’interroger sur la fabrication des « Poupées russes » et sur son rapport au documentaire sonore (qu’elle découvrait l’an dernier au CREADOC). Comment aborder un sujet à la fois métaphysique et intime en documentaire ? Face à ce vertige, quelle fonction peut avoir la création ? Quel rapport à l’art Laurence a-t-elle en tant que sociologue ? Que peut dire le documentaire – et ses glissement vers la fiction, vers le « lointain intérieur » – de notre rapport au monde, qui échappe aux sciences sociales ? Présentation, réalisation de l’émission : Fanny Dujardin Musique : Yann Marc, aka Yann Cello Solo, à retrouver sur soundcloud. Photo : Laurence Ellena Liens : Les poupées russes, documentaire sonore de Laurence Ellena, avril 2018, CREADOC, Angoulême (25mn). Tout va bien, court-métrage d’animation adapté du premier documentaire de Laurence Ellena, réalisé en collaboration avec Emeline Penet, Lisa Di Giovanni, Hugo Glavier, Joséphine Gorbi. Une coproduction EMCA-CREADOC, Angoulême, 2018.
55:47
March 6, 2019
S1 E7 Le ventre de Paul par Christophe Rault
  Cette semaine l'équipe de Récréation Sonore vous propose, après son avant-première à Bruxelles, un documentaire historique : Le ventre de Paul de Christophe Rault.  "À mille lieues d'une reconstitution historique, Le ventre de Paul est une déambulation et une enquête  dans les Vosges, à la recherche de trace de Paul Marulaz. Le point de départ de ce travail est la découverte en 2008 du journal de guerre de mon arrière-grand père, né en 1888 et mort en 1967. Il vit alors tout près de la frontière franco-allemande, qui se trouvait alors sur le chemin des crêtes entre l'Alsace et les Vosges. Mobilisé dès juillet 1914, il part combattre à quelques kilomètres de chez lui et sera blessé un an plus tard. Le journal de Paul, lu par Francesco Mormino, nous livre un souvenir poignant  des combats de Paul et de son hospitalisation. Un récit précis et intime de la découverte de sa blessure, de sa  "gueule cassée". Je suis parti dans les Vosges, avec Marion Fabion, à la recherche des lieux où il aurait combattu et de personnes ayant des souvenirs de lui. J'ai aussi enregistré les instruments de musiques construits par les Poilus dans les tranchées collectionnés par Claude Ribouillault. Cette matière sonore pleine d'histoires et de souvenirs accompagne notre quête et les mots de Paul. Nous marchons sur la frontière, à la limite des souvenirs de cette drôle de guerre. Les instruments d'époque, les temps et la lecture du journal résonnent ensemble et s'entrechoquent pour esquisser le portrait de cet arrière-grand-père inconnu. Et je rencontre finalement tout un pan de ma famille..." Une production BabelFish asbl réalisé au Studio MIMA, avec le soutien de l'A.C.S.R et du Fond d'Aide à la Création Radiophonique. Cette émission a été produite par Elsa Fievez et Marcela Lopez Romero
54:43
March 6, 2019
S1 E6 la guerre – Emission fait maison
11 novembre et centenaire de l’Armistice de 1918 : cette semaine, l’équipe de Récréation Sonore a planché sur le thème de la guerre. Dans la partie « rubriques » de cette émission, vous retrouverez une lecture mise en ondes et notre nouvelle chronique, « L’Oreille et la Plume », consacrée à l’actualité du livre audio.  Marcela Lopez-Romero propose « Colombie : le pays que l’on porte », une pièce qui revient sur l’enfance de sa génération trentenaire : « Nous avons grandi dans une des périodes les plus difficiles de la Colombie. Pendant les années 90notre pays a souffert la guerre des cartels, les attentats, les prises d’otage et les attaques des groupes armés. Aujourd’hui quelques choses ont changé mais il y a encore beaucoup à faire. Voilà le pays que nous portons. » Abi Mc Neil vous propose « 15 mille photos » : « Christian n’a jamais vu de photos de lui quand il était bébé. Toutes les traces de son enfance ont été effacées dans le génocide rwandais. » Et enfin, Fanny Dujardin, la petite nouvelle de l’équipe, vous propose d’entendre le témoignage d’un jeune homme sur son rapport à la « guerre » qui se joue dans la rue, dans les affrontements entre la police et les manifestants, depuis le mouvement social de 2016. Il raconte son expérience de la violence, parle de la peur au cœur de l’action, des stratégies pour la combattre. Il parle aussi de la révolte intérieure, la profonde, celle qui ne le quitte pas, dans un temps où il est plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme.   Et comme il est désormais de coutume une fois par mois, vous retrouverez nos rubriques : L’Oreille et la Plume, ou l’actualité du livre audio, avec Stéphane Devernay, président de l’association Lire dans le Noir. Un Texte, une Voix, des Sons, lecture d’Aurore Juvenelle, sonorisée par Camille Chabert. Cette semaine, on écoute un passage du « Silence de la Mer », une nouvelle signée Vercors (pseudonyme de Jean Bruller), publiée clandestinement aux Editions de Minuit en 1942. Nous sommes en 1941 : un officier allemand, épris de culture française, tente de se rapprocher de Français – un homme âgé et sa nièce – dont il a réquisitionné la maison et dont le patriotisme s’exprime par un mutisme total… Cette émission a été préparée et présentée par François Bordonneau, avec l’aide d’Abi Mc Neil, Aurore Juvenelle, Camille Chabert, Fanny Dujardin et Marcela Lopez-Romero, et la participation de Stéphane Devernay.
58:41
March 2, 2019
S1 E5 Demain s’ouvre au pied de biche
Ce dimanche, nous vous proposons un voyage en utopie, un docu-fiction plein d’énergie, de fantaisie, de réflexion(s), d’invention(s)… « Demain s’ouvre au pied de biche », lauréat du prix « Fiction francophone » aux derniers Phonurgia Nova Awards, est le résultat de la rencontre entre Alexandre Plank, réalisateur de documentaires et de fictions radiophoniques et les élèves d’une classe de 1ère L du lycée Jean-Marie Lebris de Douarnenez. Une grande bouffée d’air frais ! « Demain s’ouvre au pied de biche » Entre février et mai 2017, dans le cadre d’une résidence d’artiste en milieu scolaire financée par la région Bretagne, le festival Longueurs d’Ondes m’a invité à passer une quarantaine d’heures au lycée Jean-Marie Lebris de Douarnenez, pour créer avec les élèves de la classe de 1ère L de Madame Le Cléac’h une émission à mi-chemin entre le documentaire et la fiction radio. Ensemble, période oblige, nous avons décidé de travailler sur l’élection présidentielle… mais sur une élection qui n’auraient pas eu lieu. Pas à «Douarn» en tout cas. Car c’est à partir d’une brèche que les lycéens ont tenu à imaginer leur avenir : à Douarnenez, ville militante et indocile s’il en est, les bureaux de vote n’auraient pas ouvert et les habitants n’auraient pas voté. Tout simplement. Pas par abstentionnisme apathique ou désengagement politique, soyons clair, mais avec en tête l’intention d’esquisser une alternative, de tracer les premiers plans d’une communauté à venir et de rêver à la manière dont 14000 habitants pourraient ensemble bricoler une utopie version breizhat. Interroger la ville Pour les besoins de la cause et ceux de notre fiction-sécession, les ados, magnéto en bandoulière, sont allés au-devant de dizaines de personnes et leur ont demandé : qu’est-ce qu’on pourrait construire ici, ensemble, maintenant ? Pendant des jours, ils ont sillonné leur ville, interviewé des matelots et des historiens, des éducateurs et des architectes, des experts en énergies renouvelables et des grossistes en spiruline, des militants de la Vélorution, des véganes et des libraires anars, des demi-dieux du kouign-amann, des guérilléros des jardins partagés, des briscards de maison retraite et même un ancien PDG de Petit Navire…   Demain s’ouvre au pied-de-biche» est une pièce écrite et réalisée par Chelyann Ahamada – Servane Baudouard – Hugo Bosser – Angélina Breton – Gaëdig Chanard – Liza Claquin – Saskia Corlu – Manon Core – Louise Donnart – Alexandre Duverger – Bertille Gadot – Marlène Khlelef – Annaëlle Klessa – Bastien Leberre – Julie Lohro – Louna Manach –Laura Maze – Lisa Moan – Sharon Moan – Jasmine Mouzin – Alexandre Plank – Aïda Rondeau – Matéo Zanantsoa. Mixage : Victor Blanchard Cette Récréation Sonore a été réalisée et présentée par Elsa Fievez, avec la complicité de François Bordonneau.
56:25
March 2, 2019
S1 E4 ACSR : Me My English and All the Languages of my life - Bienvenue
  Anna Raimondo is an Italian sound artist based in Bruxelles. Her documentary Me My English and All the Languages of my life has travelled the world and won the Palma Ars Acustica. It’ll make you want to go and revisit George Kuckor’s My Fair Lady.  Taking a slightly different tone with Fabienne Laumonier speaking to survivors on a rescue boat in the Mediterranean. Her signature approach is thoughtful and provocative. The piece is titled, Bienvenue or « welcome ». Music by Thibault Renard AKA Tom Wheeler 
57:16
February 28, 2019
S1 E3 émission fait maison : L'Estonie, l’environnement sonore des enfants et plus
 Ce soir, l’équipe de recréation sonore est revenue avec deux nouvelles recrues et quelques créations artisanales, conçues spécialement pour vous !   Pour cette saison notre prestation est assez diverse, mais nous avons pour objectif de vous proposer une fois par mois l’une et/ou l’autre de ces rubriques : POCHETTE SURPRISE une série qui vous dira tout des pochettes de disques marquants de l’histoire de la pop.  ACTUALITÉ DU LIVRE AUDIO le point sur les sorties récentes ou à venir, avec des extraits.  BONJOUR L’AMBIANCE ! la rubrique qui parle d’environnement sonore. UN TEXTE, UNE VOIX, DES SONS un court texte lu, sur fond de paysage sonore. DES NOUVELLES D’ESTONIE, le quotidien de Clarisse et Elie, Français expatriés au fin fond du plus septentrional des Pays Baltes. OREILLES CURIEUSES : les oeuvres lauréates du concours Oreilles Curieuses, organisé par Radio Campus Paris à l’occasion de ses vingt ans Et, dans chaque émission mensuelle, LE THEME DU MOIS un espace de création pour chacun des membres de l’équipe de Récréation Sonore N’hésitez pas à déposer un commentaire en bas de page pour nous dire votre ressenti, et à nous faire des suggestions : nous serons très heureux d’avoir vos avis. Bonne écoute… BONJOUR L’AMBIANCE ! : L’environnement sonore des enfants Une réalisation de Joachim Poutaraud Durée  5 mins Bien que l’environnement sonore fasse partie de notre quotidien et nous permette de développer nos sens et d’évoluer en société, il peut aussi s’avérer gênant, voire dangereux pour la santé et particulièrement en ce qui concerne les enfants. Alors embarquons dans un retour en enfance, à l’école primaire, où nous redécouvrirons les sons qui résonnent dans la tête des enfants d’aujourd’hui et où nous envisagerons également leurs aspects négatifs avec l’intervention de Valérie Rozec docteur en psychologie de l’environnement et chargée d’études et de recherche au Centre d’information et de documentation sur le bruit. OREILLES CURIEUSES : Le concours de création sonore de Radio Campus Paris Une réalisation de Quentin Fouquet Aujourd’hui, nous écoutons la pièce qui a remporté le premier prix : « Black Hole », une variation sur le thème de l’île déserte. CARTE POSTALE SONORE Des nouvelles d’Estonie, épisode 1 : chez le ferrailleur. Prise de son et textes : Clarisse Bordonneau Montage : Francois Bourdonneau Clarisse et Elie ont tout quitté il y a trois ans pour aller s’installer au fin fond de l’Estonie. Ils ont acheté une vaste ferme, plantée au milieu de plusieurs hectares de prairie. Au milieu de leurs chiens, de leurs chats et de leurs poules, ils consacrent leurs journée à retaper leur maison. Ils y ont notamment trouvé un énorme stock de ferraille – outils, ustensiles, machines, déchets… – une aubaine pour eux, Français expatriés en Estonie, car la valeur de cette ferraille leur permet de financer la réhabilitation de leur vieux sauna au feu de bois, lequel, comme dans beaucoup d’habitations traditionnelles, fait office de salle de bains. Aujourd’hui, nous allons au « vana metali », le « vieux métal » : c’est le ferrailleur de Polva, la grande ville la plus proche de chez nous.Kaio, ami et voisin estonien, est venu nous p
54:30
February 28, 2019
S1 E2 A l’envers de la forêt, l'école, carte postale du Mexique
 Au programme : A l’envers de la forêt / 28’52 Par Samantha Maurin, Cie Le Son qui Manque A l’envers de la forêt explore la forêt vivante et ses paysages sonores au gré du jour, de la nuit et des saisons. De la richesse des sons de la forêt émerge ce qui pourrait ressembler aux voix, aux chuchotements, aux chants ou aux cris des créatures fantastiques ou véritables qui la peuplent.A l’envers de la forêt incite à nous immobiliser pour cesser un instant notre propre vacarme et percevoir peut-être ce qu’il advient sans nous, malgré nous, ou à notre insu ; se mettre en état d’écoute au bord d’un étang ou à l’orée d’une clairière, en pleine nuit ou au petit jour, en grelottant ou en transpirant. A l’envers de la forêt nous plonge imperceptiblement dans l’invisible forestier. Pour découvrir le travail de Samantha Maurin : https://soundcloud.com/samantha-maurin *** L’école, la forêt, ou les deux / 5’25 Par la Cie Tiksi Par les élèves de la classe de CE1-CE2 de l’école de Poillé sur Vègre (72) Un projet de la compagnie Tiksi et du réseau jeune public de la Sarthe (CRJP72) Quand des élèves deviennent des grenouilles, quand la classe s’invite parmi les arbres, quand on ne sait plus si on est à l’école ou bien dans la forêt… Pour suivre la Compagnie Tiksi : http://cie-tiksi.tumblr.com/ *** México : à pied, en bus et en Uber / 4’52 Par Marcela Lopez Romero Description : Cette carte postale est une balade à pied, en bus et en voiture dans le très riche paysage sonore du Mexique. *** Absun / 7’10 et  Aniug / 4’24 Pour clore ce voyage forestier, méditatif, estival et mexicain, nous écouterons deux morceaux de l’album SelFonia, de l’artiste nantais Tosaka. Retrouvez l’intégralité de l’album sur : https://tosaka.bandcamp.com/album/selfonia Cette émission a été produite par Pascaline Baumard avec la collaboration de Marcela Lopez Romero 
54:59
February 28, 2019
S1 E1 Monsieur le Directeur de Corinne Dubien
  C’est la rentrée sur Radio Campus Paris, c’est la rentrée dans Récréation Sonore. Cette année, nous reprenons notre rythme de trois émissions par mois, chaque dimanche, à 18h. Au programme, des documentaires, de la fiction, de la musique expérimentale, de l’art sonore, du livre audio…  Cette semaine, nous vous proposons d’écouter Monsieur le Directeur, une création sonore de Corinne Dubien Monsieur le Directeur », c’est ainsi que commencent tous les courriers adressés au patron de la Radio Télévision Belge entre 1958 et 1968. Des courriers pour exprimer une satisfaction ou un mécontentement ; pour questionner sur un invité ou un disque passé à l’antenne ; pour demander l’heure de passage de tel ou tel épisode d’un feuilleton que l’on ne veut pas rater… Mêlant lecture de vrais courriers et archives radio de l’époque, le tout dans une « mise en ondes » un peu fantastique, un peu extraordinaire, cette pièce sonore de 56 minutes nous fait (re)découvrir la radio des Trente Glorieuses et surtout ses auditeurs. Une radio proche de la vie quotidienne et un public proche de sa radio. Monsieur le Directeur est une « création à vocation documentaire » : le réel y est « mis en ondes » grâce au montage, à la musique et aux effets sonores. On est pas vraiment dans le documentaire journalistique ; on est pas vraiment dans l’art… Ce qui est sûr, c’est qu’on est dans une manière d’approcher le monde, plus déstructurée, plus libre, plus rêveuse, plus introspective… plus humaine, quoi ! Documentaire de création Ce type de production, que l’on appelle aussi le documentaire de « création radiophonique »est le sel de notre émission et aussi ce qui nous guide en tant qu’auteurs de radio occasionnels. Véritable genre radiophonique, il est représenté depuis toujours sur les grandes radios publiques. Il a une histoire et une actualité ; il a connu et il connait de grands auteurs ; il est défendu par nombre de collectifs, coopératives et d’associations, mais aussi par divers prix européens, dans lesquels les auteurs français ont toujours été bien représentés. Et puis, bien entendu, il a aussi un public. Une période difficile Malheureusement, comme beaucoup de choses qui font notre société et notre pays, sa légitimité n’a cessé d’être remise en question ces dernières années et encore, très récemment, par celle qui était son principal promoteur et diffuseur dans l’Hexagone, France Culture. En effet, la grille des programmes de cette rentrée ne propose plus qu’une heure hebdomadaire de « Création on Air » là où, il y a dix ans, elle en offrait 10. C’est une longue tradition de recherche, d’expérimentation et d’innovation, tant dans le fond et la forme que dans la technique, qui est régulièrement niée, petit à petit grignotée, au profit d’émissions de plateau, moins onéreuses à produire, quand il ne s’agit pas, tout simplement, de rediffusions de programmes passés à l’antenne quelques heures plus tôt. L’ensemble des producteurs et auteurs mais aussi le public réagissent et notamment via une pétition adressée à Françoise Nyssen, ministre de la Culture, pétition que chacun.e peut signer. Phonurgia Nova Awards 2018 Récréation Sonore c
57:59
February 21, 2019