Skip to main content
Noircir

Noircir

By Adrien Grassard
Chaque mardi à 20h. découvrez un nouveau texte.
Noyons internet d’une marée noirâtre de mots, et de phrases inutiles.
Bienvenue.
Listen on
Where to listen
Apple Podcasts Logo

Apple Podcasts

Breaker Logo

Breaker

Google Podcasts Logo

Google Podcasts

Overcast Logo

Overcast

Pocket Casts Logo

Pocket Casts

RadioPublic Logo

RadioPublic

Spotify Logo

Spotify

Currently playing episode

LA VACHE.

Noircir

1x
LA VACHE.
"Cet animal corné, n'as pas un seul adverbe, A son actif d'être, rien à mettre en exergue."
01:49
June 8, 2021
MISANTHROPIE AIGUE DU CERVELET
"Oui sa misanthropie, était bien trop grossit,  Pour survivre à sa large, étroitesse d'esprit"
03:03
May 18, 2021
LA LUNE
Amie de nos exils, de nos misanthropies, Amie du solitaire, et de ses utopies, Amante des dormeurs, aux mines assoupies, Qu’elle veille sans bruit, sous la brume tapit.
01:59
May 11, 2021
NOIRCIR 66 | DERNIERE MARCHE
"Les jambes traînantes, le front dégoulinant, D'une sueur âcre, seule eau environnante, L'humain se meut lascif, dans le calme absolu, Les idées desséchées, les pensées vermoulues."
05:00
May 4, 2021
DIRE
Je voudrais savoir dire, et ne plus la fermer, Ne plus se taire et dire, en étant acharné.
02:22
April 13, 2021
REFUGE
Je veux m’en aller loin, partir dans les tréfonds, Des pages abimées, en toute discrétion,
03:47
March 30, 2021
C'EST PAS ÉVIDENT DE MOURIR
C'est décidément pas, évident de mourir, Franchement pas facile, d'accepter de flétrir.
01:56
March 23, 2021
JE NE FAIS QUE PASSER
"Je ne fais que passer, j'en ai pas pour longtemps, Quelques ans seulement, le temps d'être pédant, De me prendre au sérieux, d'être gonflé du crâne, De me nommer poète, et génie d'la chicane"
01:30
March 16, 2021
Bouffe, bouffe, bouffe.
"Que l’espace et les temps, deviennent un ragout, Et peut-être alors, mon œil gluant flanc-mou, Dédaignera vouloir, prêter de l’attention, Au monde qui l’entoure, d’une simple flexion."
01:43
March 2, 2021
ESPERONS
"Laissez-vous engluer, par la visqueuse vague, De l’espoir qui s’amène, de manière divague, Laissez-vous embrocher, par ces longs traits d’esprits, Faisant couler le pue, de vos crânes meurtris, Laissez-vous porter oui, dans cette flaque opaque, Jusqu’à l’îlot d’espoir, où plus rien ne vous traque."
02:06
February 9, 2021
LE NOIRCIR DE LA MATURITÉ
Lumière dans le noir, vapeur qui nous enfume, Passant de main en main, elle se consume, De lèvres en lèvres, elle s’humidifie, Suante de bave, elle se lubrifie.
02:44
January 26, 2021
PATER NOSTER - JACQUES PREVERT
Notre Père qui êtes au Cieux, restez-y Et nous, nous resterons sur la Terre qui est quelquefois si jolie Avec ses mystères de New York et puis ses mystères de Paris Qui valent bien celui de la Trinité avec son petit canal de l'Ourcq Sa grande muraille de Chine, sa rivière de Morlaix, ses bêtises de Cambrai Avec son océan Pacifique et ses deux bassins aux Tuileries Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets Avec toutes les merveilles du monde qui sont là, simplement sur la Terre Offertes à tout le monde, éparpillées Émerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles et qui n'osent se l'avouer Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer Avec les épouvantables malheurs du monde qui sont légion Avec leurs légionnaires, avec leurs tortionnaires, avec les maîtres de ce monde Les maîtres avec leurs prêtres, leurs traîtres et leurs reîtres Avec les saisons, avec les années Avec les jolies filles et avec les vieux cons Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons
01:13
January 23, 2021
ON VIT, ON PARLE... - VICTOR HUGO
On vit, on parle, on a le ciel et les nuages Sur la tête ; on se plaît aux livres des vieux sages ; On lit Virgile et Dante ; on va joyeusement En voiture publique à quelque endroit charmant, En riant aux éclats de l'auberge et du gîte ; Le regard d'une femme en passant vous agite ; On aime, on est aimé, bonheur qui manque aux rois ! On écoute le chant des oiseaux dans les bois Le matin, on s'éveille, et toute une famille Vous embrasse, une mère, une soeur, une fille ! On déjeune en lisant son journal. Tout le jour On mêle à sa pensée espoir, travail, amour ; La vie arrive avec ses passions troublées ; On jette sa parole aux sombres assemblées ; Devant le but qu'on veut et le sort qui vous prend, On se sent faible et fort, on est petit et grand ; On est flot dans la foule, âme dans la tempête ; Tout vient et passe ; on est en deuil, on est en fête ; On arrive, on recule, on lutte avec effort... -- Puis, le vaste et profond silence de la mort !
01:17
January 16, 2021
C'EST COMPLIQUÉ D'ÉCRIRE...
"On a beaucoup à dire, et peu à étaler, On a de quoi parler, mais sans être emballés, On a de quoi râler, mais on a plus l’envie, On a de quoi penser, mais on a plus d’avis."
02:36
January 12, 2021
POEMES #1 SI LES POETES ETAIENT MOINS BÊTES - BORIS VIAN
Si les poètes étaient moins bêtes Et s’ils étaient moins paresseux Ils rendraient tout le monde heureux Pour pouvoir s’occuper en paix De leurs souffrances littéraires. Ils construiraient des maisons jaunes Avec de grands jardins devant Et des arbres pleins de zoizeaux De mirliflûtes et de lizeaux Des mésongres et des feuvertes Des plumuches, des picassiettes Et des petits corbeaux tout rouges Qui diraient la bonne aventure Il y aurait de grands jets d’eau Avec des lumières dedans Il y aurait deux cents poissons Depuis le croûsque au ramusson De la libelle au pépamule De l’orphie au rara curule Et de l’avoile au canisson Il y aurait de l’air tout neuf Parfumé de l’odeur des feuilles On mangerait quand on voudrait Et l’on travaillerait sans hâte A construire des escaliers De formes encore jamais vues Avec des bois veinés de mauve Lisses comme elle sous les doigts Mais les poètes sont très bêtes Ils écrivent pour commencer Au lieu de s’mettre à travailler Et ça leur donne des remords Qu’ils conservent jusqu’à la mort Ravis d’avoir tellement souffert On leur donne des grands discours Et on les oublie en un jour Mais s’ils étaient moins paresseux On ne les oublieraient qu’en deux.
01:23
January 9, 2021
BONNE ANNÉE (peut-être.)
Tout commence sans bruit, au loin au très très loin, Au tréfonds des forêts, d’Australie plus ou moins, Une flamme avale, avec aisance l’herbe, Qui gonfle bruyamment, son embonpoint superbe, Puis vient le tour des troncs, et leurs feuillages verts, Qui se trouvent ronger, jusqu’à leurs os sévères, Mais ce n’est pas assez, la flamme baveuse, S’étalant sur la terre, de manière outrageuse, Veut se farcir des toits, des maisons des voitures, Elle veut tout goûter, même l’agriculture, Et les animaux fuyant, et les humains peureux. Elle rêve d’un monde, où tout y est poreux, S’évaporant en cendre, au moindre petit vent, Et ne laissant plus rien, à ceux qui sont vivant.
02:46
January 5, 2021
TOUT ÇA POUR ÇA
"L’homme à la main agile, est courbé sur la page,   Ne voyant plus le monde, et ces sombres dommages,   Ne prêtant plus son âme, à ses envies primaires,   Ne la laissant vivre, qu’au fond de sa grammaire."
02:31
December 15, 2020
MINUSCULE
"Elle ne vaut vraiment rien, aux yeux de ce grand monde, Invisible aux humains, et bien trop pudibonde, C’est au tréfonds de l’herbe, auprès des lacs boueux, Entourées de racines, et d’un tunnel noueux, Qui s’éparpille en terre, qu’elle accomplit sa tâche, Sage comme une image, et sans une relâche."
02:20
December 1, 2020
ON REVEILLAIT LES MORTS
Je me souviens d’un temps, où il couler un flot, De bière et de long vers, crier avec culot, Ou par de simples mots, venant d’un autre temps, L’on réveillait les morts, le cœur palpitant. L’âme grande ouverte, et prête à s’abreuver, De rimes bien foutues, de poésie crevée.
02:54
November 24, 2020
JE SUIS NON-ESSENTIEL.
Mais maintenant je sais, non vous ne m’aurez plus, Mais maintenant je sais, et je n’écrirais plus. Je suis non-essentiel, mon être s’est trompé, Ces pages bien remplies, ont un goût détrempé, Maintenant que je sais, c’était improductif, Inefficace et bête,  et surtout vomitif, Négligeable et passable, incertain superflu, Superfétatoire, vain vide farfelue. J’ai bien perdu mon temps, mais maintenant je sais, Je vais me rendre utile, me faire tiens caissier, Et devenir enfin, quelqu’un d’essentiel, Car je me ronge l’âme, et me remplit de fiel, A l’idée qu’on me pense, homme dispensable, C’en est hors de question, ce n’est pas négociable. J’ai déjà arrêté, les auteurs parasites, j’ai brulé leurs livres, à tous ces illicites, Hugo Prévert et Vian, Lafontaine et Zola, Je les ai tous cramés, pour vendre du Cola , Car ça c’est utile, ça crée du diabète, Et beaucoup de travail, à nos docteurs starlette,
03:34
November 10, 2020
J'CROIS QU'J'AI CHOPE UN TRUC...
"Puis on m’a biduler, dans des trucs much guindés, Je m’suis fait machiner, dans des bazars blindés, On m’a scaniffier,  mon cervelet bondé, On m’a tâté les glandes, qui servent à glander, Pour enfin m’annoncer, « monsieur accrochez-vous, D’après les résultats, cela est un peu fou, Mais il semblerait bien, que vous ayez chopé, Le virus de la vie, livius vita iumpé,"
03:33
October 27, 2020
TAIS-TOI ET CRÈVE
C’est l’âme amère, que je reprends la plume, Avec l’envie furieuse, et sale qui s’exhume, De vomir méchamment, à votre sainte tronche, Ces quelques vers piquants, pour décharger mes songes. Monsieur le président, voici l’état des lieux, Des babioles perdues, enfin prise sans sérieux, Aux français votre « peuple », adorer et blabla, J’abrège il le faut bien, passons au pugilat...
03:54
October 20, 2020
FERMER LE CAHIER.
"Il est temps de poser, ma plume désaxée, De laisser le papier, doucement se froisser."
02:54
July 28, 2020
LA MER
"Elle bouche les creux, de son voile bleuté, Et son corps langoureux, vient sur terre empiété, Rien ne peut l’effrayer, ni la faire partir, Rien ne peut l’enrayer, ni ne peut l’aplatir, Lorsque fier elle part, elle revient toujours, Quelques heures plus tard, dans un grondement sourd."
03:46
July 23, 2020
J'ATTEND MON TROU DU CUL
J'attend... 
01:53
July 23, 2020
ILS NE FONT QUE PENSER
"Ils pensent à la peur, et soudain en ont peur, Ils pensent à la mort, et soudain ils en meurent, Ils pensent à la vie, et ne la vivent plus, Ils pensent à penser, et pensent en surplus. "
03:27
July 23, 2020
TEMPS
"Soixante tics et tacs, font soixante autres tics, En vrac qui s’excitent, bruyants tel des moustiques, Tic tac tic tac tic tac, voici ton temps qui passe, Tic tac tic tac tic tac, voilà ce qui t’agace. »
02:35
July 23, 2020
J'AI RIEN A DIRE...
... Vraiment rien à dire... 
02:15
July 23, 2020
BAL MASQUÉ
"Un grandiloquent bal, mais qui plus est masqué ! Je l’ai vu je l’assure, j’étais estomaqué, Des milliards de gens, la tronche placardée, De tissus de plastiques, la tronche enguirlandée, De cordons bien pratiques, la bouche surmontée, De ces absurdités, le regard effronté, V’la qu’ils marchent tout droit, sans que l’on voit leurs bouches, Juste leurs yeux de mouches, qui vous fixent farouches."
02:48
July 23, 2020
CA Y EST, JE ME TIRE !
"Aujourd’hui ça y est, cette foutue poignée, Qui depuis le départ, ne cesse de grogner, Et d’harceler mes sens, de ses nombreux clins d’œil, Va prendre enfin ma main, dans sa tronche de veule, Aujourd’hui ça y est, enfin je vais sortir, J’abandonne mon bric, mon brac et je me tire. "
03:06
July 23, 2020
VERS
Le monde est ce qu'il est... 
02:17
July 23, 2020
ON MARCHE SUR LES PIEDS !
"Plus loin dans un journal, porté par le bon vent, Ouvert par grand hasard, à la page six cent, J’ai vu une photo, du diable biscornu, C’est difficile à croire, et un peu saugrenu, Mais je vous en assure, sans intérêt aucun, Qu’il était à l’article, de la mort ce mesquin"
02:18
July 23, 2020
L’HUMAIN CONFINÉ OBSERVE LE PRINTEMPS
"Il s’étire en largeur, avec un air farceur, Il te donne le temps, avec un air charmeur Le temps n’avait jamais, pu prendre autant son temps, De l’instant il profite, laissant l’heure flottante,"
02:53
July 23, 2020
REFLETS
"Le monde est une flaque, d’eau stagnante et puante, Face à laquelle l’humain, se tient d’un air pédant, Il s’y penche et épanche, non pas sa gorge sèche, Mais la soif de ses yeux, observant cette mèche, Caressant ses sourcils, lui donnant l’air rebelle, Imaginant d’avance, l’effet artificiel, Qu’elle va produire alors, dans les regards des autres Et le plaisir grandit, alors l’humain s’y vautre."
03:09
July 23, 2020
CHAQUE MOT QUE J’ÉCRIS...
« Chaque mot que je puise, est un bout de mon âme, Qu’il soit frais ou bêtise, c’est un bout de ma flamme, Qui sereinement glisse, au creux de ton oreille, Nous voici donc complice, tel la fleur et l’abeille »
02:01
July 23, 2020
JOYEUX CONFINEMENT
"L’heure est à l’écriture, et à la poésie, A la création, et à la fantaisie, Et lorsqu’il sera l’heure, de retrouver l’air frais, Les odeurs du printemps, qui vont nous délivrer, Il sera enfin temps, de poser les premières, Briques du nouveau monde, sur celles qui hier, Nous portaient sur leur dos, essoufflées par le temps, Harassées par la charge, et toujours haletantes Joyeux confinement, à vous humanité, Et laissons vivre un peu, la créativité."
02:36
July 23, 2020
LA JOURNÉE DE LA FESSE DROITE
"Alors je vous le demande, quelle est la morale de cette histoire ? Que l'humain se tenant sur une seule fesse sera à jamais bancale ? Ou que vous avez tous des têtes de culs ? "
05:12
July 23, 2020
LA POÉSIE EST INCREVABLE
"Ouvrez grand vos esgourdes, car la poésie frappe, Lorsqu’on ne l’attend pas, comme une mascarade"
02:14
July 23, 2020
LES VEGANS Y PUENT DU BEC
"Cette semaine c’est les vegans y puent du bec, La semaine prochaine ce sera les féministes j’aime pas vos têtes."
03:46
July 23, 2020
DÉSOLATION
"L’air pur est étranglé, par les pets dérangeant, De ces caisses en plastiques, où des nuées de gens, S’entassent l’air sévère, l’œil baveux et éteint, Teint maladif et vert, attendant sans entrain. "
02:46
July 23, 2020
A L’INTÉRIEUR DES LIVRES...
"Et rencontrer ces mots, effrayés par nos yeux, Sympas lorsqu’ils sont seuls, mais ils deviennent odieux, Lorsqu’ils se réunissent, ensemble en groupuscule, Ils deviennent violents, d’un coup ils s’articulent, Si bien ils gesticulent, tellement qu’ils t’attaquent, Sans aucune préface..."
02:41
July 23, 2020
DOCTEUR RENART
"- Oh je ne promets rien, mais si vous me laissiez Ausculter vos petits, je pourrais les soigner. - Faites de votre mieux, jeune docteur sacré. - Envoyez le plus faible, j’en ferais mon entrée, En matière bien sûr, pour comprendre le reste"
04:13
July 23, 2020
LAISSER UNE TRACE
Au final j’en sais rien, pourquoi j’écris autant, Mais voilà je le fais, de l’hiver au printemps, La tête emplie de rêves, et l’envie d’étaler, Pourtant parfois je sens, l’envie de détaler, Qu’il n’y as plus de sens, à ces mots emmêlés, A ces lettres formées, à ses phrases enroulées
02:34
June 15, 2020
CHER GROS PAPA NOEL
"Je t’écris cette lettre, que tu liras peut-être, Si tes grosses lunettes, veulent te le permettre, Pour te dire bien fort, que j’ai été très sage, Cette année j’ai tout fait, pour bien être à la page."
03:11
June 15, 2020
LA NUIT
"Le gros œil blanc du ciel, dévorant les étoiles, Observe ce beau monde, qui vit à rebrousse-poil. "
02:05
June 15, 2020
NOUVELLE RÉVOLUTION FRANÇAISE
"Ah ça ira, ça ira, ça ira, Le peuple sans cesse répète, Ah ça ira, ça ira, ça ira. Sauf que ça n’ira pas. "
04:04
June 15, 2020
TOUT LE MONDE CRÈVE
"En ce moment j’ai l’impression que tout l’monde crève, Passant par des élèves, À des mecs qui font la grève, Passant des gens qui vont léguer, Aux gens qui n’ont rien à laisser, Passant des gens qui se sont flingué, À ceux qui se sont fait écraser. Tout le monde crève."
03:52
June 15, 2020
MOUSTACHE
"Je vois un monde remplie de moustachus, Aux poils bien drus, Où l’après-rasage n’existe plus, Où l’avant rasage n’as jamais plût Où le pendant rasage n’est qu’une invention hurluberlus."
02:35
June 15, 2020
FACE A LA GUERRE
"Il n’y a ni méchants ni gentils, Juste un tas d’imbéciles qui se tirent dessus sans savoir pourquoi."
04:22
June 15, 2020
EXCÈS DE VIOLENCE
"Ce que j'écris ne parle à personne, Parce que cette époque ne me parle plus."
05:44
June 15, 2020
ON ATTEND
On attend... 
03:09
June 15, 2020
LA NAISSANCE DU MAL
La brume se fait poisseuse, tellement poisseuse qu’elle agrippe les yeux. La mer, timide, laisse se voile se dérouler sur son corps et masquer son horizon. Face à elle, deux silhouettes, une femme anguleuse, un homme montagneux... 
04:10
June 15, 2020
MARCHE OU CRÈVE
Marche ou crève... 
03:53
June 15, 2020
SUR UN BANC
Sur un banc... 
02:06
June 15, 2020
PARADE NUPTIALE
La nuit, l’espèce humaine s’enferme dans des hangars vides. Puis au rythme de bruits sourds, Se frottent les uns aux autres, avide, Voici comment l’humain fait sa cour.
01:39
June 15, 2020
L'ENFANT QUI A ÉTÉ
Y'a des jours où le temps se casse ; Y'a des jours où la vie se fracasse, Tête dans l’cul, cul posé sur la moquette, On sait plus trop s’qu’on fout, On ne sait plus trop d’quoi on doute, Alors on attend que quelque chose se déclenche, Mais rien ne vient,  Mais rien n’convient.
04:33
June 15, 2020
FAUSTO
Fausto est un être bien mystérieux. De visu, il paraît plutôt sérieux, Un seul regard suffit pour comprendre que c’est un être minutieux, Tiré à quatre épingles, dos droit, teint cadavéreux, Assez coiffés pour paraître précieux, Assez précieux pour paraître suspicieux.
05:23
June 15, 2020
LA FIN DE L’ÉTÉ
Cher lecteur, Cher auditeur, Je t’annonce officiellement et sans préambule, Que l’été glisse doucement vers sa fin, emportant avec lui sa canicule.
02:41
June 15, 2020
L'INCROYABLE RENCONTRE DE JOCONDE ET THÉRÈSE
Joconde est un joyeux luron,  Croyez-moi ou non, c’est le genre d’être qui s’extasie pour tout et n’importe quoi...
06:55
June 15, 2020
ASTOLPHE
Le royaume du soleil est un royaume bien sombre, Où la pauvreté bat son plein, où le peuple n’est plus qu’une ombre, Chaque pavé de la cité est marqué par le crime, par le sang, par les larmes, Chaque habitant de la cité, est édenté, desséché, et malade.
04:02
June 15, 2020
LE CALME APRES LA TEMPÊTE
Recouverte de son chapeau nuageux, La mer s’étend sur l’horizon, aqueuse. Bataille de vagues incessante, Baignade de gens hésitants.
01:34
June 15, 2020
RÈGLEMENT DE COMPTE
Du haut de la colline, il observe le paysage dévasté, La terre creusée, trouée et asséchée...
03:51
June 15, 2020
COMMENT LE CORBEAU SE FÎT AVOIR PAR LE RENARD AU XXIe SIÈCLE
Au fond d’une forêt, Situé géographiquement on ne sait où, D’ailleurs difficile de parler d’une forêt vu le nombre d’arbre qui y règne dorénavant...
04:22
June 15, 2020
LA RÉPONSE A LA QUESTION QUE TOUT LE MONDE SE POSE
Que ce passe-t-il à la fin ? Voici une question qui à l’âge où l’on comprend, commence son chemin. Question sans réponse, alors on attend...
04:48
June 15, 2020
LA VÉRITÉ SUR LES PIGEONS DE FENÊTRE
Ce petit pigeon sur la fenêtre, Vous pensez le connaître. Il vous agace de ses roucoulements ragoûtants, Il vous irrite de ses léchages de plumes hésitants...
02:14
June 15, 2020
PAGE BLANCHE
Vide. Sec. Desséché. Essoré. Imagination perforée. Page blanche, stylo toujours gorgé d’encre, Il faut cracher, vomir, dire, répandre.
02:01
June 15, 2020
LA DANSE DES MORTS
Il existe caché quelque part un lieu, Accessible après de nombreuses épreuves broussailleuses, Ronces, embûches, passages, peu spacieux.
01:56
June 15, 2020
QUELQUES MINUTES AVANT LA FIN
Face à la mer il se tient droit. Raide comme un piquet, solide comme un roi. Il observe ce paysage salé qui s’étend sur l’horizon.
02:12
June 15, 2020
ALORS ON ESSAYE
Star du dimanche; Soyez heureux; Rassurez-vous; Le prochain Noircir vous sera consacré; Et on a des choses à vider sur vos têtes de con sacré.
04:38
June 15, 2020
REPRÉSENTATION
Le comédien, café à la main, cigarette au bout des lèvres, attends...
02:07
June 15, 2020
SANS CONSERVATEURS
Cette boîte de conserve qui conserve les humains qui se dessèchent, qui les desservent...
03:30
June 15, 2020
OUVERTURE
Il est temps de naître...
02:35
June 15, 2020