Skip to main content
Edeni

Edeni

By EDENI
Chaque mois - ou presque - edeni invite autour d'une table ronde des personnalités qu'on aime, qu'on admire, qu'on juge intéressantes et pertinentes pour parler d'un sujet autour de notre triptyque fétiche : écologie - santé - éthique
Where to listen
Apple Podcasts Logo

Apple Podcasts

Google Podcasts Logo

Google Podcasts

Overcast Logo

Overcast

RadioPublic Logo

RadioPublic

Spotify Logo

Spotify

Currently playing episode

La finance peut-elle vraiment être responsable ?

Edeni

1x
Les dessous d’Edeni : comment allier convictions et apprentissages du désastre tout en gardant la pêche et une vision entrepreneuriale ?
Pour la première fois une partie de l'équipe Edeni se retrouve en tant qu'invité·es pour aborder sans tabou nos positions paradoxales de militants et de professionnels. Comment on fait pour garder du sens dans ce que l'on fait quand le monde pro actuel semble ne pas en avoir ? Comment choisir son projet pro si on veut de l'impact ? Comment parler de nos doutes, nos joies, nos succès, nos échecs, nos compromis, nos paradoxes, nos éco-anxiétés et bien plus. Vous êtes nombreux·ses à porter les mêmes interrogations entre la nécessité d'un "projet professionnel" dans des règles du jeu économique destructeur, et la volonté d'un épanouissement en accord avec vos valeurs. Et en même temps travailler sur des sujets écologiques, n'est-ce pas totalement déprimant vu l'accumulation de mauvaises nouvelles quotidiennes ? Comment ne pas devenir cynique ? C'est aussi l'objet de vraies réflexions chez nous et on a décidé d'en parler à coeur ouvert pendant cet épisode. C'est forcément trop court pour tout aborder, très frustrant, mais on a répondu aux principales questions de l'audience en live. Rappelez-vous qu'il y a des choses que vous pouvez, et devez (moralement) refuser, mais qu'il y a aussi des choses pour lesquelles cette société ne nous laisse pas le choix. Même un maraicher anarchiste du larzac devra à un moment se plier à des règles, remplir sa feuille d'impôts en ligne, commander des antibiotiques pour ses chèvres... Il y a pire qu'utiliser le numérique et de le critiquer... : l'utiliser sans le critiquer. Alors oui, le monde professionnel et la nécessité de "gagner sa vie" exige des compromis... mais faisons en sorte que cela reste sans compromissions ! Et c'est ce que l'on vous présente chez Edeni, sur le fond, comme sur la forme de notre collectif. -Valentin Frappat et Clémence De Latte sont alternants chez Edeni et à ce titre ont une position particulièrement intéressante : un pied en dehors de l'organisation et du monde pro, un pied en dedans. Un pied apprenant·e, un pied opérationnel·le. Iels nous racontent comment ils le vivent et l'analysent. Hélène, hôte du podcast, fondatrice et formatrice chez Edeni, répond aussi à leurs questions sur la gestion des émotions et du doute entrepreneurial, ainsi que la ligne de crête entre pro et perso que connaissent nombreux·ses de nos alumni.
48:13
April 14, 2022
Les alumni Edeni : Que sont-ils devenus ? Conseils et avertissements d'alumni qui ont réussi leurs reconversions.
Depuis 2017, des centaines et centaines d'individus ont participé aux formations d'Edeni. Notre mission est toujours la même : vous accompagner de manière pro, efficace, sincère, éclairée et incarnée dans vos transitions individuelles et professionnelles pour l'écologie et la justice sociale. Des centaines de conférences, de réunions, de jus de cerveau, de rencontres et d'évolutions plus tard, nos formations ont bien changé mais surtout VOUS avez bien changés. Pas une semaine ne passe sans avoir un mail, un message, un retour d'alumni nous parlant de son évolution, parfois radicale, à la suite d'Edeni. Alors qu'êtes-vous devenus ? Quelles sont vos succès et vos échecs ? Vos déconvenues, vos doutes et vos réaffirmations de convictions ? Quels sont les parcours desquels vous inspirer ? Quelles sont les conseils que vous donneriez à celles et ceux qui se posent des questions sur leur évolution professionnelle et quête de sens ? Quelles sont les erreurs à éviter? Nous recevons dans cet épisode pour y répondre deux alumni aux parcours singuliers :  Frédérique Gouzy, assistante de direction au sein de l'association On est prêt Après 25 ans de carrière dans l'industrie, les services et la santé, Frédérique a fait le choix de quitter son dernier poste pour nourrir sens et cohérence. Son arrivée au sein de l'association On est prêt après la formation en approche ESE d'Edeni constitue l'opportunité de mettre son expérience et ses compétences au service des causes qui lui tiennent à cœur et est loin d'être liée au hasard. Amoureuse des mots, passionnée par l'humain et la spiritualité, Frédérique est également professeur de yoga et membre d'un collectif d'habitat partagé. [Crédit photo : Yannick Perrin] Guillaume Cauvin, Consultant Manager ESG chez Deepki Après une carrière dans le conseil pure business et ayant du mal à en sortir, Guillaume profite d'un plan de départ pour entamer une transition. Son premier réflexe : se former, pour prendre le temps de réfléchir, de prendre du recul, s'outiller, mais aussi grandir en légitimité et trouver sa voie. Il a alors réussi à conjuguer compétences et un équilibre entre ses convictions en devenant consultant Manager ESG (Environnement | Social | Gouvernance) chez Deepki, travaillant sur la décarbonation du secteur de l'immobilier et des mesures d'impacts majeures. Dans cet épisode, Guillaume et Frédérique témoignent des différentes étapes de leur transition professionnelle, des erreurs qu'il éviteraient désormais et de ce que la formation Edeni "ESE : Transition à impact", leur a apporté : un spectre très large de connaissances, une légitimité avec une certification reconnue et des données qualitatives, un gain concret en expertise, une démarche méthodologique d’arbitrage en 7 étapes qu'il et elle peuvent réutiliser quotidiennement, des capacités argumentaires, une profondeur de radicalité à laquelle il et elle ne s'attendaient pas mais leur a ouvert l'esprit critique avec bienveillance, une super expérience humaine de promotion qui permet de se sentir moins seul·e et de se rassurer.  Leurs conseils ? Faire petit à petit, ne pas tomber du mythe de la voie royale ou des "tendances" (devenir coach, thérapeutes, ouvrir un écolieu...), réaliser qu'il y a des choses à faire partout et bien comprendre la taxonomie des luttes (cf. DGR et Full Spectrum Resistance) pour trouver sa place sans idéalisme ingénu ni cynisme désespérant.  Ils vous offrent à la fin leurs ressources pour aller plus loin. Belle écoute. 
57:44
February 24, 2022
"Média-Activisme" : paradoxe ou outil réel, métier ou hobby ?
On oppose souvent l'activisme de la rue à l'activisme des médias. Intellectuellement, l'activisme des médias est déprécié alors que socialement, les followers et les "likes" apportent souvent plus de reconnaissance sociale que les actions de terrain anonymisées. De plus, on peut parfois se décourager de petites actions de terrain touchant une dizaine de personnes quand les réseaux sociaux offrent la possibilité de s'adresser à des milliers. Pourtant, a-t-on le même impact ? Comment le calculer ? Comment réconcilier les deux ? Comment penser leurs apports et leurs freins en toute transparence ? On dit parfois qu'un bon communiquant n'a plus de temps pour être un bon acteur. Qu'en est-il ? Qu'en pensent nos invitées se définissant comme média-activistes? Comment nous sommes toutes et tous des influenceurs à nos niveaux et quoi en faire ? Nos deux invitées nous ont aidé à explorer ce sujet grâce à leur expérience concrète : -Camille, du compte insta @GirlGoGreen (50K followers), réalisatrice à ses heures perdues, parlant d'écologie du quotidien sous toutes ses formes, participant à des manifs et faisant découvrir des alternatives, notamment en permaculture et écolieux. -Charlotte, du compte insta @mangeuse_dherbe (20K followers), afro-féministe vegan, écrivaine à ses heures perdues, styliste/modéliste, mais également passionnée de naturopathie et de cuisine dont elle parle tous les jours via ses recettes végétales mises en scène, aussi bien politiques que saines et appétissantes. Nous avons parlé de la définition qu'on pourrait donner du média-activisme, au croisement entre un média indépendant et une lutte entrainant une charte spécifique mais souvent individuelle. Le "business model" (ou la réalité financière pour pouvoir durer) est une composante importante bien que souvent décriée ou cachée du média-activisme. Nous avons parlé de plusieurs options et celles qu'elles ont choisi. Nous avons abordé les raisons de leurs engagements en ligne, Charlotte ayant été horrifiée/déçue de certaines actions militantes de terrain antispécistes et rappelant que les corps racisés ne prennent pas les mêmes risques devant la police que des militant·es blanc·hes. Camille étant au contraire toujours en alternance entre des périodes d'actions de terrain hors ou avec les RS, et des contenus construits pour les RS. Charlotte a parlé de la forme politique de son engagement par le simple fait d'être une femme noire s'exprimant sur les réseaux, avec joie, et autour de l'afrovéganisme et de l'antispécisme.  Nous avons parlé des critiques et des avantages, des difficultés de la mesure d'impact et des espérances. Nous avons tordu le cou à l'idée fausse d'une séparation hermétique entre réseaux sociaux et "vie réelle" alors que l'impact des réseaux sociaux fait partie de la vie réelle (cyberharcèlement, #metoo et ce que ça a permis etc.). Néanmoins, il serait illusoire de ne pas intégrer une granularité de l'engagement, de la prise de risque, de l'engagement et des impacts, une mesure trop rarement faite. De plus, le paradoxe de parler d'anticapitalisme sur les plateformes les plus capitalistes et délétères qui soient. Enfin, Charlotte et Camille nous ont partagé des ressources. Pour une fois des ressources plutôt globales et non spécifiquement sur le média-activisme tant la littérature sur ce sujet d'étude trop récent est encore confidentielle (voire inexistante).  -L’âge des LowTech, de Philippe Bihouix, pour penser l'impact du numérique -Les déliées, de Sandrine Roudaut, pour imaginer un "après" l'effondrement d'internet -La baleine et le nucléaire, pour comprendre la non-neutralité de la technique -Undrowned d'Alexis Pauline pour penser l'afroféminisme et le véganisme
57:09
January 27, 2022
L'Art fait-il partie de la transition écologique et sociale ?
L’art peut très bien s’inspirer de la nature, être la nature, ou au moins ne pas l’endommager. Il peut être un catalyseur de protection, de réflexion, ou tout simplement un cadeau pour nos âmes, qui vaut parfois bien plus le sacrifice raisonnable de quelques ressources que tant d’autres utilisations futiles et/ou néfastes. Néanmoins, tous les moyens ne sont pas justifiables, ni au nom de la sensibilisation, ni au nom de l’art. Par exemple, déplacer des blocs de glace sur des milliers de km avec des dépenses d’essence et de ressources faramineuses au nom de l'alerte du changement climatique est plus que questionnable... Qu’il soit musique, photographie, peinture ou action, l’art peut, voire DOIT, dénoncer, alerter, faire prendre conscience et à ce titre est d’une utilité sociale immense. A quelles conditions s'inscrit-il alors dans les stratégies pour la transition écologique et sociale ? Nous avons reçu pour nous éclairer sur ces questions : Fanny Giniès, attachée de direction et de communication au Sustainable Art Market et alumni ESE EDENI Barthélemy Antoine-Loeff, artiste -éleveur d'icebergs Anaïs Roesch : co-pilote du secteur Culture pour le Shift Project et co-autrice de Décarboner la Culture aux Presses Universitaires de Grenoble sorti le 28 octobre dernier. Nous avons vu que l'art ne pouvait s'appréhender comme un secteur unique et qu'il fallait différencier LES types d'art qui n'ont parfois pas grand chose à voir les uns avec les autres (entre de l'art vivant, un tableau en végétaux et un film hollywoodien par exemple). Ensuite, concernant l'impact carbone de l'art, la majorité des émissions carbone du à la présentation d'une oeuvre d'art est due aux transports des spectateurices vers l'oeuvre, et le déplacement de l'oeuvre ou des oeuvres en elle(s)-même(s). Ainsi qu'à la scénographie temporaire et le gâchis de ressources qu'elle entraine souvent. Se posent alors pour l'art les mêmes arbitrages que pour tout "objet de consommation" : la question des ressources utilisées, l'éthique de sa production, son usage local ... et la non "sur-production", ce qui invite à critiquer le "marché de l'art" qui est évidemment baigné dans le système capitaliste destructeur. L'art a néanmoins un potentiel d'extraction plus important par essence, et les artistes ont souvent été aux prémices d'un changement de paradigme culturel dont nous avons bien besoin dans cette transition écologique. Deux clés d'action pourraient donc se concentrer autour de la cohérence et de l'engagement : le message qu'on fait passer (car faire de l'art non-engagé dans une période avec tant d'enjeux n'est-il pas indécent?) et la manière dont on le fait passer (l'interrogation de son impact, contraintes et respect de son éco-système, pour ne pas séparer l'artiste de l'humain... L'artiste n'est pas supérieur aux autres, ni son art immatériel et inconséquent). Ressources partagées :  Podcasts Floraisons sur l'art engagé et le divertissement L'ouvrage Apprendre à voir, d'Estelle Zhong Mengual aux éditions Actes Sud, et le cycle "Art et écologie" par le Centre Pompidou Conférence gesticulée de Franck Lepage sur l'art contemporain
49:30
November 19, 2021
Transition professionnelle et écologique : les erreurs à éviter
De plus en plus d'actif·ves font des burn outs ou se demandent comment donner du sens à leur vie, notamment professionnelle. Parallèlement, nous sommes à un tournant historique où chaque année compte pour nous engager radicalement dans une transition écologique nécessaire à la survie de notre espèce. Comment aider cette transition via les reconversions ? Comment accompagner ? Quels paradigmes renverser et construire? Quelles sont les erreurs à éviter ? Nous recevons dans cet épisode pour y répondre 3 organismes complémentaires qui y ont dédié leurs missions et coeurs de métier : Lucie Chartouny, co-initiatrice de "Paumé·es" au sein de MAKE SENSE Matthieu Dardaillon, co-fondateur de TICKET FOR CHANGE Hélène De Vestele, fondatrice de EDENI, pour vous servir. Nous abordons les besoins d'inspirations nouvelles pour créer des métiers utiles qui n'existent pas encore vraiment, pour repenser notre rapport au travail, à l'argent, à l'effort et au succès. Nous pouvons commencer par travailler moins, puis mieux, sur des activités à impact vraiment positifs. Nous pouvons refuser les injonctions à la croissance sans limite et refuser les "modes" : après les profs de yoga, les coachs en zéro déchet/vie et maintenant les éco-lieux ou tiers-lieux, posons-nous vraiment la question des besoins essentiels et des interdépendances fertiles que nous créons. Apprenons à ne pas fuir l'effort mais la toxicité. Il existe des outils pour nous y aider comme l'Ikigaï, mais aussi des principes : se former, échanger, se faire accompagner, avec autant de transitions possibles que de transitionneur·ses. Ressources partagées :  Le rêve selon Bachelard qui souhaitait voir un « bureau des rêveurs » dans chaque manufacture  L'essai  Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce  de Corinne Morel d'Arleux Le guide des paumé·es  de Lucie Chartouny et Aurore Le bihan Le Manifeste Tu fais quoi dans la vie ? de Joséphine Bouchez et Matthieu Dardaillon My Ticket, plateforme de ressources pour s'engager dans une carrière à impact   L'Exloration, parcours de 3 mois pour trouver sa voie  Jobs that makesense pour les offres d'emploi et de formation Le manifeste L'urgence de la cohérence, d'Hélène De Vestele La formation ESE : transition à impact, d'Edeni, en 63 heures Les ateliers Ikigaï (2h30) et la classe virtuelle Transition Pro de sens (6h) d'Edeni ou la retraite écosérénité pour prendre soin de votre éco-anxiété
01:06:15
October 21, 2021
Numérique : quel est le prix du progrès ?
Le Numérique prend toujours plus de place dans nos sociétés actuelles. Nous l'utilisons pour tout : nous rencontrer, écrire, communiquer, calculer, nous renseigner, acheter, vendre, partager... vivre. Perçu comme un progrès exceptionnel par la grande majorité des gens, une question se pose tout de même : quel prix sommes-nous prêt·es à payer pour ce progrès ? Scandales écologiques, sanitaires et éthiques à répétition, le Numérique est l'un des secteurs industriels les plus polluants et destructeur de la planète. Entre la fabrication des terminaux, les conditions de travail désastreuses, l’hébergement des données, les addictions, les pratiques d’utilisation ou le recyclage, de quels moyens d’action disposons-nous pour adresser ces enjeux ? Peut-on raisonner le progrès ? Peut-on vraiment rendre le numérique responsable ? C'est ce qu'a questionné ce podcast avec nos intervenant·es et public de qualité ! Pour répondre à toutes vos questions, nous avons eu l'honneur d'accueillir : Kevin Guerin, fondateur et responsable de projet du Cyber World CleanUp Day, une initiative co-portée notamment par le World CleanUp Day & L'institut du Numérique Responsable pour sensibiliser un maximum de personnes aux impacts des technologies digitales. Anthony Lecerf, bénévole pour le collectif GreenIT.fr mais également président et fondateur du collectif IT's on us. Ce collectif accompagne les organisations dans leur transformation numérique responsable en respectant trois points-clés : la sobriété, l'utile et l'éthique. Les missions de cet écosystème coopératif et local de professionnels sont de réduire les externalités négatives du numérique, environnementales, ou sociales, économiques; contribuer à des projets de transformation numérique à impacts positifs; accompagner le changement des modèles économiques liés au numérique pour les rendre plus vertueux. Sébastien Ortega, développeur web et mobile engagé, fondateur de MetaStrat, un collectif de freelances engagés avec lequel il a également lancé LaBonnePub : une régie publicitaire éthique et responsable pour faire la promotion de solutions à impact.
56:14
September 17, 2021
Cultivez votre jardin... punk, rasé ou perma ?
La Permaculture ? Concept NewAge pour les urbains en quête de nature ou réalité maraîchère ? Limité au potager ou véritable paradigme ? Comment vivent les maraicher·es, est-ce applicable partout ? Qu'est-ce que la permaculture et qui l'applique vraiment  ...? Et nous en ville on fait comment ? Lors de cet épisode nous avons reçu deux professionnel·les de marques :  Eric LENOIR, pépiniériste, paysagiste, poète et auteur de l'ouvrage "Petit traité du jardin Punk" aux éd. Terres vivantes, où il nous encourage à nous émanciper des conventions, des idées toutes faites sur le jardin et le paysage. Mathilde BRES, ouvrière en maraichage permacole à Carquefou, et mentor Edeni à Nantes.  On a donc parler des liens entre justice sociale et environnementale et du caractère révolutionnaire et émancipateur de cultiver sa propre nourriture. Cultiver redonne du lien entre les gens mais aussi entre les choses (70% des élèves d'écoles primaires urbaines ne savent pas faire le lien entre leur nourriture la plus quotidienne et les plantes ou animaux desquels elle est issue). Le savoir c'est du pouvoir, et il est temps de remettre les mains dans la terre et d'inverser les normes sociales des métiers "prestigieux" donc revaloriser l'utile, le paysan etc. Jardiner n'a donc rien de bobo déconnecté, cela peut au contraire être une voie d'autonomisation, comme celle tracée par les ouvriers de 36 (dont les grèves générales n'auraient pas pu durer aussi longtemps sans les jardins ouvriers qui assuraient leur subsistance), par les communautés marrones ayant fui l'esclavagisme en Amérique centrale et du Sud, par les chasseurs-cueilleur-agriculteurs... oui on a même un peu parlé d'Anthropologie et de Franck Nathié dans cet épisode et de l'absurdité de la naissances des "pelouses".  On a donc parlé jardin punk, de pourquoi et comment ne plus tondre son jardin (semez, laissez-faire et passez la faux/ le sécateur sur les arbustes gênants une fois par an au début de l'automne), comment nourrir le monde en agro-écologie et bien plus encore.  On a cité ces ressources :  Mon Ishmael, de Daniel Quinn aux éd. LIBRE Homo Domesticus, de Daniel C. Scott Mon balcon en permaculture d'Hervé Chabert Collaborer avec les bactéries et autres micro-organismes de Jeff Lowenfels et Wayne Lewis https://www.lafermeacueillir.fr/ La bibliographie de l'anthropologue David Graeber Bonne écoute et à bientôt avec le collectif Edeni ! www.edeni.fr
01:01:20
May 27, 2021
Sport et écologie : un dilemme ?
Entre les équipements, les déplacements et les infrastructures nécessaires à sa pratique, le sport est parfois loin d'être éco-responsable. Les sportifs et sportives se retrouvent alors confronter à un dilemme : comment profiter de la nature et de ses espaces non-artificialisés tout en les préservant ? Par exemple, même le canoë dans certains cours d'eau abiment les fonds fluviaux et y perturbent la faune et la flore. Sans compter les infrastructures d'accueil et le matériel. S’il n’existe pas de solution parfaite, nous pouvons toujours réfléchir à une solution la moins impactante possible sur l’environnement. Après avoir repensé nos façons de voyager, il est désormais temps de repenser nos façons de faire du sport, grâce à nos 3 invité·es sportif·ves qui concilient leur passion avec l'écologie, dans leur vies personnelles et professionnelles : -Lisa LOUVIOT, traileuse Marseillaise de 30 ans, alumni Edeni et media-activiste. -Benjamin de MOLLIENS, sportif aguerri fondateur d'Expedition Zero, des défis sports écolo. -Sarah VANBREMEERSCH, ingénieure de formation, bénévole pour Football Ecologie France, fondatrice de la chaîne YouTube Sport Changer. Durant ce podcast, nous avons parlé de comment concilier sport et écologie, et des alternatives pour une pratique sportive la moins impactante possible. Nos invité·es nous ont partagé les ressources suivantes : http://recyclerie-sportive.org/ La vidéo de Sarah sur la coupe du monde au Qatar : https://www.youtube.com/watch?v=GrzgkRiN_h8&t=7s Label développement durable pour les événements sportifs : https://label-dd.franceolympique.com/
58:39
April 29, 2021
La CNV, quels contextes pour quels bénéfices ?
La Communication Non-Violente est un extrait de nos modules de formation qui suscite toujours beaucoup d'intérêt...et de difficulté d'incarnation. Entre structure rigide paraissant surjouée et formidable outil d'expression une fois la pratique acquise et devenue inconsciente, la CNV est une pratique, ou un "principe" de communication interpersonnel qui peut être un outil de lutte. Comme tout outil, son efficacité dépend de son contexte d'utilisation (essayez de tester l'utilité d'un arrosoir pour éteindre un immeuble en feu versus une lance à incendie pour remplir vos oyas). Alors dans quel contexte utiliser la CNV ? Quels en sont les principes ? Les écueils fréquents pour celles et ceux qui la découvrent ? Les limites ? Les bénéfices à court et long-terme ? Nos deux invité·es répondent avec nous à ces questions importantes : Camille Ducorps, est parisienne, jeune maman et facilitatrice en intelligence collective. Après plusieurs switchs professionnels dans le consulting et l'accompagnement d'entrepreneurs sociaux, elle cherche à donner une juste place aux émotions dans le monde. En 2020, elle a créé Coulisses , 5 ateliers hebdo d'introduction à la communication empathique pour aller voir dans les coulisses de son monde intérieur et faire de nos émotions nos alliées. Haraka Tea, Transitionneur, 44 ans, Breton et fier de l'être, a navigué pendant 15 ans dans la Solidarité internationale et l'Inclusion Sociale et construit des ponts associations/entreprises. Depuis 2019, il se concentre sur les thématiques de Transition et Résilience, d'Ecologie Intégrale, de nouveaux modèles de gouvernance et de management, d'intelligence collective et d'intrapreneuriat avec la CNV comme précieux outil au quotidien, dans ses sphères perso, pro et associatives.
52:55
March 18, 2021
Comment lire et écrire pour créer un autre futur ? La question des Utopies.
Dans un contexte où la dystopie de la réalité annihile nos ambitions utopiques, comment écrire pour la transition ? Comment réhabiliter les imaginaires positifs? Comment entraîner sans décourager ? Mieux vaut-il décrire le réel ou bien l'irréalisé? Quel est le poids encore accordé à l'écrit développé face aux vidéos, aux 140 caractères ou face aux besoin de se voir ? Nos deux invité·es répondent avec nous à ces questions essentielles. Julien VIDAL, auteur de 3 ouvrages et d'un podcast sur la Transition écologique : 2030 Glorieuses. (https://2030glorieuses.lepodcast.fr/) Sandrine ROUDAUT, perspectiviste, éditrice, autrice de 2 essais et d'un roman d'anticipation : Les Déliés. (https://www.lamersalee.com/livre/les-delies/) Nous avons abordé la question des normes sociales, de la fenêtre d'Overton, de la banalité du mal versus le bien à banaliser, et donc à montrer, écrire, incarner. Nous avons parlé de la force de nos intuitions à ré-apprendre, et de l'avec-soi à cultiver. Nous avons parlé de la notion trompeuse de réalisme, des enjeux de l'utopie et des processus créatifs. Enfin nous avons partagé nos espoirs et quelques ressources, des retraites en éco-sérénité d'Edeni aux autres podcasts traitant du sujet :  Dites à l'avenir que nous arrivons : https://leseclaireurs.canalplus.com/articles/agir/dites-a-l-avenir-que-nous-arrivons-le-podcast-des-eclaireurs-de-demain?tl=fr?tl=fr?tl=fr?tl=fr?tl=fr Supplément d’Âme : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/suppl%C3%A9ment-d%C3%A2me/id1440591978?l=en
50:42
February 25, 2021
Sciences cognitives & Transition écologique
Comment communiquer intelligemment pour maximiser la sensibilisation et l'engagement dans la transition écologique ? Que sont les biais cognitifs ? Les nudges ? Est-il vrai que notre cerveau est programmé pour détruire ? Nous recevrons pour nous éclairer Albert Moukheiber et Thibaud Griessinger, membres du comité scientifique consultatif d'Edeni, Docteurs en Neurosciences Cognitives, Co-Fondateurs de Chiasma et du ACTE Lab. Le ACTE Lab est un collectif de chercheur·ses en sciences cognitives et sociales qui s'est donné pour mission de mettre ces connaissances au service de la transformation des modes de vie, des organisations et des territoires. Sous la formule "comprendre pour mieux agir, et agir pour mieux comprendre", le ACTE Lab entend contribuer à la transition écologique et sociale des territoires en accompagnant les acteurs de la transition (do tank) et en produisant des réflexions pour ouvrir des perspectives nouvelles (think tank). Durant cet échange passionnant nous avons abordé :  -la définition des sciences cognitives, des biais cognitifs, des nudges, du bonheur (versus plaisir), de la réalité (versus récits perçus), et des injonctions paradoxales -le fait que le cerveau soit plutôt un "amas de neurones", dont le rôle n'est pas encore très bien défini, plutôt qu'une duplicité de cerveaux (abordé sur le chat) -l'importance de l'exemplarité au vu des agents d'influence perpétuelle que nous sommes toutes et tous à divers degrés, animaux sociaux que nous sommes. Et en même temps l'importance de la prise en compte des techno-structures, contextes politiques et sociaux dans lesquels nous évoluons et qui ne nous laissent pas toujours le choix. On ne peut pas non plus "nudgéiser" toutes nos actions. Il est important de se former, de mieux communiquer entre nous, de permettre la pensée complexe, et de s'unir pour agir en se politisant car la solution ne peut pas être dans la sur-théorisation du fonctionnement du cerveau. -l'importance de saisir la possibilité de transitionner vers une activité pro non néfaste si on en a les moyens grâce par exemple à Edeni, à https://shiftyourjob.org/ ou à https://jobs.makesense.org/ -des partages de ressources utiles comme  des exemples de nudges verts ( https://www.ecologie.gouv.fr/nudges-verts ) (http://archives.strategie.gouv.fr/cas/system/files/2011-03-09-na-216-nudgesverts_0.pdf ) et un rapport que Thibaud a écrit ( https://www.modernisation.gouv.fr/sites/default/files/transition_ecologique_-_lapport_des_sciences_comportementales_20_01.pdf ) des vidéos pour comprendre le piège de se limiter à des écogestes ou nudges ( https://www.imagotv.fr/documentaires/oubliez-les-douches-courtes/ ) des livres comme L'espérance en mouvement de Joanna Macy ou Votre cerveau vous joue des tours d'Albert Moukheiber (que vous retrouverez dans la bibliographie Edeni en vous inscrivant à notre newsletter ou participant à une formation)  Une des idées les plus dangereuses qu'on pourrait avoir serait de se dire: "Si tout le monde était comme moi, le monde irait mieux". Mais non, heureusement que non. Nous avons BESOIN de nos multiplicité, de nos différences, de nos complémentarités... Apprenons à communiquer et faisons confiance à l'intelligence collective, en lui donnant les moyens de s'exercer !
01:22:08
January 25, 2021
Accompagner les enfants dans leur éveil écologique
La découverte de la nature, l’exploration au quotidien de la biodiversité, le respect de soi et des autres sont essentiels pour l’équilibre de nos enfants et leur éveil écologique. Il n’est cependant pas toujours simple pour nous parents d’éduquer nos enfants en accord avec nos valeurs et notre souhait de préserver l’environnement. Comment inspirer nos enfants en mal de verdure ? Quels sont les contenus et supports pour les sensibiliser au respect de la planète ? Comment les aider à prendre soin d'eux et des autres ? Comment être à l’écoute de leurs doutes et peurs face aux enjeux environnementaux ? Nous sommes nombreux·ses à nous poser ces questions et à essayer de trouver de nouvelles histoires pour inspirer nos plus petits et leur faire embrasser la transition écologique avec joie ? Entre nouvelles fictions, geste du quotidiens et activités inspirantes, une des mentors d'Edeni essaiera de dresser, avec nos invité·es, des pistes de réflexion pour aiguiller nos petits écolos à y voir plus clair. Autour de la table : · Amandine, formatrice Ecoparentalité Edeni · Barbara, fondatrice Merci Mercredi  · Thibaut, fondateur des Décliques  · Sarah, responsable partenariat, La Cabane Bleue  Pour aller plus loin : Formation Parents Ecolo sur https://www.edeni.fr/produit/parentalite-eco-responsable/
54:13
December 15, 2020
La finance peut-elle vraiment être responsable ?
Face à la complexité du système financier et les scandales réguliers qui l'entourent, nous sommes nombreux·ses à nous demander : que faire de notre argent ? En voilà une bonne question ! Entre banques non transparentes et labels peu rassurants, greenwashing et alternatives réelles, comment s'y retrouver dans l'offre actuelle pour les particuliers ? Peut-on réformer le système ? Existe-il des alternative à ce dernier ? Ou doit-on l'abandonner complètement ? Finance rime t-elle obligatoirement avec croissance et destruction ? Un monde sans finance, est-ce réaliste ou souhaitable ? Tant de questions auxquelles nous tenteront de répondre lors de notre conférence mensuelle en présence de nos expert·es sur le sujet ! Avec Maeva COURTOIS, directrice générale d'Helios, Florian BRETON, fondateur et CEO de MiiMOSA et Bertrand SENé, économiste et auteur.
49:45
November 27, 2020
Mener une transition professionnelle qui a vraiment du sens : quelles implications ? quels accompagnements ?
A l'heure où 1 employé·e sur 5 est activement désengagé·e en France, où le nombre de burn outs et de demande de ruptures conventionnelles explose, comment analyser ces besoins de transitions "professionnelles" ? Dans ce monde ultra-productiviste, nous sommes nombreux·euses à ne plus trouver de motivation à exercer notre métier du quotidien. Nous avons envie et besoin de changement. Ceci dit, rien ne sert de changer pour changer... Il s'agit de changer pour répondre à des besoins actuels et futurs réels tout en exploitant des compétences monnayables. Faire mieux pour soi tout en faisant mieux pour la société et le vivant. A travers les témoignages d'alumni de nos formations, nous reviendrons sur les étapes essentielles de leurs changements de parcours. - Quel a été leur élément déclencheur ? - A quoi se sont-ils formés ? - Comment choisir un domaine d'activité qui soit utile et nécessaire ? - Ont-ils eu des moments de doute ? - Y a-t-il des écueils à éviter ? - Suite à ce changement, quel est leur bilan ?
45:40
October 28, 2020
Exode urbain : Envisageable ? Souhaitable ?
Exode urbain : Envisageable ? Souhaitable ? Peut-on faire venir la nature en ville ou faut-il la fuir ? Quelles réalités à la campagne ? Pour y répondre, et dans un contexte d'interrogations de nos futurs, de nos alternatives et de nos moyens de résistance, Hélène DE VESTELE, fondatrice d'Edeni, donnera la parole à nos 3 invité·es : -Thomas Artzt, géographe environnementaliste, spécialisé dans la gestion des risques notamment climatiques, qui a travaillé pour le CNRS sur des thématiques Environnement/Santé, d'abord sur la pollution atmosphérique à Paris, puis, dans le cadre d'une étude d'impact concernant des aménagements futurs sur le plateau de Saclay, et qui vit désormais à Pau. -Ophélie Damblé, agricultrice urbaine et autrice du livre "Green Guerilla" et de la chaîne YouTube "Ta Mère Nature", qui interroge les manières de revégétaliser nos villes pour y faire la révolution plutôt que de les abandonner. -Agnès Chapier, artisane et multi-casquette associative, ayant vécu en ville avant de rejoindre il y a 9 ans la ruralité et ses réalités concrètes, qui décrypte les idéalisations des élites citadines sur les marges abandonnées.
01:18:04
September 14, 2020
Sorcellerie et Nouveaux Rites
Le succès de "Sorcières" de Mona Chollet, la redécouverte des écrits de Starhawk ou des rites écoféministes ainsi que l'émergence de cafés de sorcellerie à Paris... au-delà d'un imaginaire stéréotypé et poussiéreux, que nous apprend le retour de la sorcellerie version 2020 et des nouveaux rites associés ? Entre herboristerie et empouvoirement, nos invitées décrypteront avec vous cette réappropriation [Reclaiming] du chaudron à 3 pieds : MAGIE / ACTIVISME / SOIN. -Voltayrine, militante anarchiste depuis dix ans, a découvert il y a quelques années la tradition Reclaiming et écoféministe. Elle se définit comme sorcière et croit que l'on peut et que l'on doit réconcilier spiritualité et politique. -Judith Vieille est une sorcière de lumière, militante féministe et experte en égalité femmes-hommes, elle a ouvert en septembre 2019 un lieu unique à Paris, Mūn, l’école des sorcières de lumière. Écoféministe, son lieu porte les valeurs de sororité, d’humilité, de partage et de responsabilité. Elle travaille au lancement des réseaux de l’Écovitalité avec Mūn Place (tiers-lieux) et Mūn Voice (plateforme digitale).
01:20:44
July 02, 2020
Activisme : militer, oui mais comment ?
📢 Vous êtes persuadé·e·s que le monde a besoin de changement. Vous avez envie d'agir pour faciliter de telles transformations. Ceci dit, comme beaucoup... vous êtes complètement paumé·e·s. Par où commencer ? Comment faire ? Qui contacter ? Qu'est-ce que le militantisme exactement ? Vous avez beaucoup de questions et trop peu de réponses. Et si au lieu de rester seul·e chez vous face à cette tâche qui vous semble bien plus compliquée qu'elle ne l'est vraiment, vous veniez en parler avec nous ? 👋 L'action individuelle peut-elle être considérée comme une forme de militantisme ? Le militantisme nécessite t-il forcément de revendiquer ses convictions sur la place publique ? Comment fonctionne le milieu associatif ? Tant de questions sur lesquelles nous reviendrons avec Mathilde, Marie et Corinne, 3 de nos mentors, qui partageront avec vous leurs expériences personnelles.
01:29:08
May 15, 2020
Cultures De Résistance et Rapport à la Violence
Cette événement s'est tenu à la Maison de Crowdfunding de KissKissBankBank. Il était animé par EDENI et le collectif Floraisons. Dans ce monde qu'on effondre, chaque jour apporte son nouveau lot de chiffres catastrophiques, d'espèces disparues, d'injustices révélées, de scandales perpétués, de forêts primaires qui brûlent, de cours d'eau qui s'assèchent et d'exemples d'autoritarisme d'Etat. Dès lors, nous, générations vivant ce bouleversement, tentons de nous informer en apprenant des évènements tragiques passés. Afin de défendre nos droits et protéger le vivant, il nous faut réinventer nos manières de vivre et comprendre pourquoi et comment faire (re)naitre des cultures de résistance active. - Comment nous défendre ? - Comment résister à ces mises à mort du vivant ? - Que déduire de l'autoritarisme grandissant et de la répression des manifestations ? - Et si nous sommes en situation de survie, que penser de la violence ? - Comment la définir et la juger ? - Est-elle une réaction utile ? - De la légitime défense ? - Comment l'expliquer, la justifier ? - Que faire à notre échelle ? Avant qu'il n'y ait plus d'espaces publiques pour en débattre, nous tenterons d'en discuter toutes et tous ensemble.
01:47:05
March 04, 2020
L'écoanxiété, on en parle ?
Face au contexte actuel d'épuisement des ressources et à l'effondrement probable de nos sociétés telles que nous les connaissons, comment ne pas être traversé·e par toutes sortes de profondes émotions et un fort sentiment d'impuissance ? Nombreux·ses sont celles et ceux qui se retrouvent en proie à de réelles crises d'anxiété face à la destruction actuelle du vivant et à ressentir une colère grandissante envers les autres et elles·eux-même. Ce mal de plus en plus répandu porte désormais un nom : l'éco-anxiété. Si l'éco-anxiété est une réponse normale et saine à la menace qui nous fait face, elle reste un problème majeur qu'il faut tenter de comprendre pour réussir à mieux vivre avec. Comment aider chacun·e à mettre des mots sur ses émotions ? L'écoanxiété est-elle une étape inévitable - et nécessaire - lorsque l'on s'intéresse aux questions environnementales actuelles ? Quelles stratégies peuvent construire les personnes engagées afin de ne pas oublier leur santé psychique au profit de leur combat écologiste ? Autant de questions que nous aborderons au cours de cette table ronde en compagnie de nos 3 intervenant.e.s : Eva Roussel, Alice Desbiolles et Vadim Turpyn. La table ronde sera animée par Joanna Levy du collectif EDENI.
01:26:08
December 03, 2019
Fripes Ou Marques Éthiques : Peut-on encore shopper responsable
Pas une semaine sans qu'un nouveau crowdfunding pour des baskets "éthiques" ou des sac à main en papier voit le jour. Pourtant la plupart de ces entreprises sont devenues des multinationales au bilan carbone monstrueux, les tendances et les promos se font aussi sur les marques responsables, et le résultat est que nous sommes tou·te·s perdus. La mode et les créateur·rice·s, même "éthiques" et "responsables", sont condamné·e·s à voir s'opposer les arguments plutôt recevables de leur ponction sur des ressources déjà amoindries, et de leur encouragement à de la consommation superflue dans un monde déjà dégueulant de vêtements. Les fibres recyclées ne sont elles-mêmes plus recyclables, ou libèrent des micro-plastiques tandis que leur composition et fabrication n'est jamais neutre. Les fripes sont-elles alors notre salut en terme d'habillement ? Ou une mode de plus investie là aussi par le capitalisme ? Vintage ? Seconde main ? Disponibilité ? Ce sont quelques unes des questions que nous essaierons d'aborder, en apportant un oeil nouveau sur la traditionnelle réponse du "shopper éthique" qui ne convainc plus grand monde. Pour nous apporter leur expertise respective et animer cette conférence : - Julia Couturier, qui a fondé Love & Dress il y a 2 ans, dans le but montrer que l'on peut trouver son style tout en respectant l'environnement, via la mise en avant de vêtements vintage sur son site. Son adage : consommer moins et mieux. - Thomas Ebélé, co-fondateur de Slo We Are, plateforme née de la volonté de rassembler dans un même lieu des actualités, adresses, initiatives positives et conseils pratiques autour de la mode écoresponsable. - Joanna Levy d'Edeni, un collectif qui a pour but de former les particuliers comme les entreprises à un mode de vie plus sain, plus éthique et plus écologique.
01:40:49
October 22, 2019
Alimentation Végétale - Déconstruisons les idées reçues
Cette conférence organisée et animée par EDENI avait lieu à la Maison de Crowdfunding. Protéines, régimes, cru, alimentation végétale : déconstruisons les idées reçues ! Que ce soit pour des raisons de santé, d'écologie ou d'éthique, de plus en plus de gens se tournent vers l'alimentation végétale. Souvent associée à de nombreuses idées reçues et à un imaginaire très fort, le régime végétalien intrigue. Peut-on vraiment se passer de produits animaux ? Où trouve-t-on alors nos protéines ? Et notre calcium ? L'alimentation végétale est-elle adaptée à tout âge ? Est-elle compatible avec une activité sportive régulière ? Nous permet-elle d'avoir suffisamment d'énergie ? Doit-on prendre des compléments alimentaires ? Permet-elle de construire du muscle ? De perdre du poids ? La voie des "summer et/ou healthy bodies" vendus par les magazines peu scrupuleux ? Tant de questions qui méritent d'être posées et qui seront abordées lors de notre table ronde exceptionnelle. Alors, que vous soyez en transition vers une alimentation végétale ou non, en recherche de guérison ou non, cette conférence vous permettra d'en apprendre toujours plus sur les besoins de votre corps et la façon d'en prendre soin au quotidien. En effet, nous passons une grande partie de notre temps à manger et il est toujours intéressant d'apprendre à la faire correctement 🙂 Avec la participation de : - Jérôme Bernard-Pellet est médecin nutritionniste. Il a co-fondé l'APSARes (association de professionnel de santé pour une alimentation responsable) dont l'un des buts est de promouvoir la santé de ses concitoyens par une meilleure nutrition. Il donne également des conférences à travers la France afin de promouvoir le monde de vie végétalien. - Guillaume Richard : est un athlète devenu vegan par éthique début 2016. Passionné de nutrition, il désire prouver que construire du muscle, être un athlète performant en mangeant végétalien est non seulement possible, mais également optimal. Il est membre de l'association Vegan Impact et possède sa propre chaîne YouTube. - Hélène de Vestele est la fondatrice d'Edeni, un collectif qui a pour but de former les particuliers comme les entreprises à un mode de vie plus sain, plus éthique et plus écologique.
01:56:57
July 04, 2019
Monnaies locales : utopie ou nécessité ?
à la Maison de Crowdfunding avec Sarah Tartarin, co-présidente de La Pêche, et Bertrand Séné, Économiste écologiste
01:58:42
May 14, 2019
Écoféminisme - Quand Les Femmes Défendent La Planète
Cette conférence a eu lieu à la Maison de Crowdfunding de KissKissBankBank&Co. "Ni la Terre, ni les femmes, ne sont des territoires à conquérir" Sorcières, sororité, libération de la parole, écologie intégrale.. Féminisme et écologie ressurgissent dans le débat public en force, et parfois de façon liée. A l'exploitation à outrance de la terre, on peut lier l'exploitation de la femme. C'est l'analyse en tout cas que certain·e·s font de nos sociétés patriarcales et capitalistes qui visent à exploiter les ressources - la nature comme les femmes - pour en tirer un maximum de profit, qu'importe les conséquences. Autour de ces notions subsiste pourtant en France une méconnaissance du mouvement écoféministe. Quelle est l'histoire de ce mouvement, ses différents courants, ses critiques aussi ? Pourquoi relier féminisme et écologie ? Est-ce parce que les femmes ont une sensibilité plus grande à la nature, en serait plus proches ? Quel peut être le rapport entre domination masculine et destruction de l'environnement ? Faut-il "abolir le patriarcat" et resacraliser la Terre-Mère pour résoudre la crise écologique ? Autant de questions que cette table ronde abordera, dans un esprit ouvert au débat ! Avec : - Jeanne Burgart Goutal - Professeure agrégée de Philosophie et autrice de nombreux textes sur l'écoféminisme, avec notamment un livre sur le sujet prévue pour 2019 - Lou Howard - Réalisatrice et Actrice, série Sister Sister, engagée dans la campagne On Est Prêt - Hélène De Vestele, fondatrice d' Edeni, collectif qui a pour but de former les particuliers comme les entreprises à un mode de vie plus sain, plus écologique et plus éthique.
01:52:20
March 05, 2019
Faut-il encore fêter Noël ?
Ce Talk avait lieu à la Maison de Crowdfunding de KissKissBankBank & Co. Bien au delà du symbole religieux, Noël s'est imposé dans notre société comme LE rendez-vous festif annuel. Chaque année en France, c'est : - un budget moyen qui s'élève à 749 euros, dont 323 pour les cadeaux et 130 pour les repas - 61 millions de jouets - 41 dindes toutes les minutes qui sont mangées au mois de décembre en France, soient 2,47 millions de dindes qui finissent dans nos assiettes de Noël. - 20% de déchets collectés en plus par rapport au reste de l'année C'est un moteur clé de la consommation voire surconsommation, mais également un rendez-vous placé sous le signe du partage et de la générosité. Surconsommation d’objets, jouets en plastique, papiers cadeaux, gaspillage alimentaire… La fête préférée des Français est loin, dans les pratiques, d’être écologique et/ou éthique. Comment faire pour conserver les valeurs de Noël ? De quelle manière pouvons-nous générer de nouveaux récits collectifs moins basés sur la consommation ? Sommes-nous prêt·e à changer nos habitudes ? Quelle place devons-nous accorder à la tradition ? La table ronde aborde toutes les questions pour faire avancer le débat. - Axel Lattuada : En février 2017, il lance la chaîne YouTube " Et tout le monde s'en fout ", qui rencontre un franc succès dès le premier épisode "Les femmes". Depuis, il sensibilise avec humour le grand public sur plusieurs sujets de société et déconstruit des clichés bien ancrés. - Benjamin El Zein, Responsable partenariats et solidarité matérielle au Secours populaire de Paris depuis avril 2018, il supervise l’ensemble des dispositifs d’aide matérielle, alimentaire et vestimentaire. Il participe notamment à la campagne des Pères Noël verts, qui permettent aux enfants, aux jeunes, aux familles, aux personnes âgées ou isolées, de fêter Noël et la nouvelle année dans la dignité - Claire Tournefier - fondatrice et directrice du développement de l'association Rejoué, qui via un chantier d’insertion, collecte, nettoie , ré-assemble et vend des jouets ayant déjà servi. Elle contribue fortement à la protection de l’environnement par la réduction des déchets de jouets et le développement du réemploi. - Hélène De Vestele, fondatrice d' Edeni, un collectif qui a pour but de former les particuliers comme les entreprises à un mode de vie plus sain, plus écologique et plus éthique.
01:26:37
December 13, 2018